AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

☆ best member
avatar
Antoine Griezmann



☆ in hollywood since : 22/08/2018
☆ interviews : 333 ☆ crédits : red. (avatar) + anaëlle (signa)

MessageSujet: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Ven 31 Aoû - 22:56


stay crazy, don't give a f.
Bryan & Grizzi



Je finis de boucler mes valises, prêt à décoller en France dans un peu plus de vingt quatre heures, y restant pendant quelques temps pour m’entrainer et disputer les matchs prévus de la Ligue des Nations. Aucun stress, aucune pression, j’y vais sereinement mais je ne sous-estime en aucun cas nos adversaires, je ne le fais jamais. Les joueurs sont tous aussi bons, les uns que les autres mais dans ce milieu, il ne faut pas simplement être bon mais meilleur que les autres. J’me pose devant Netflix, le temps de grailler à l’arrache. J’avale une salade bien trop fade à mon goût et de quelques cookies, m’enfilant la boîte entière, trop absorbé par la série. Lorsque je plonge ma main dans le paquet, je tire une grimace, déçu de voir que la boite est désormais vide. Je check un rapide coup d’œil en direction de l’horloge avant de décoller subitement de mon canapé. « Putaaaaaaaaaaaaaaaain ! » Je suis pas connu pour être un retardataire mais dès qu’on me pose devant une série, on m’entend plus, sage comme une image, absorbé et complètement à fond, comme les gosses. Si un jour j’vous épuise, souvenez-en vous. J’éteins rapidement ma télévision, enfilant mes baskets à l’arrache et un gilet en cours de route, préférant prendre la voiture plutôt que de jouer l’écolo et celui qui devrait penser à éliminer les kilos qu’il prendra en ayant dévoré tous les cookies. J’envoie un rapide message à Bryan, le prévenant de mon retard. Pour une première rencontre dans la vraie vie, c’est un peu bof et ça ne donne pas vraiment une bonne image de moi. Il y a peu que l’on a découvert que nous étions connus, mutuellement. On a trouvé ça drôle mais vu que nous ne sommes pas le genre de personne à péter plus haut que notre derrière à cause de notre célébrité, ça n’a rien changé entre nous si ce n’est un point commun en plus. J’augmente le volume de la radio, tapotant mes doigts sur le volant avant de me mettre à chanter dans un sublime anglais, avec l’accent français qui fait mal aux oreilles et chantant bien trop fort, comme à chaque fois dans un trajet. « You’re sooo gooodd, he’s just wishing he could biiite it, huuh ? SAY WHAT WHAT ? » Je lève rien qu’un peu mon bras, n’ayant pas de place dans la voiture, bougeant mon épaule en rythme tout en restant concentré sur la route. J’arrive rapidement sur place mais galère à trouver un endroit où me garer, poussant des jurons à ceux qui pour moi ne méritent pas d’avoir le permis –sauf moi, je suis un pilote. J’trouve une place et m’empresse de me garer avant de sortir de ma voiture, remarquant m’être garé un peu comme un bancal avant de verrouiller les portes, tournant les talons tout en haussant les épaules. Il faut bien emmerder deux ou trois personnes par jour et au pire, y’a qu’eux que ça dérange. J’entre dans le bar, sifflotant la musique passée à la radio que j’ai désormais en tête. J’aperçois bien vite Bryan qui j’espère ne m’a pas attendu trop longtemps. Dix minutes de retard, c’est rien. « Yooo ! Désolé du retard, franchement c’est la loose. » Dis-je totalement à l’aise, venant lui donner une accolade, suivie d’une petite tape amicale dans le dos. « Ca fait tout bizarre mais ça me fait plaisir de te voir, depuis le temps qu’on en parle. » Au vu de nos plannings respectifs assez chargés, c’était assez compliqué de se trouver un créneau pour que l’on puisse se voir. Bryan est une personne que j’affectionne beaucoup, avec qui j’aime beaucoup jouer à Fortnite, même parler de tout et de rien, me taper des barres pour un oui ou pour un non. C’est rare d’avoir quelqu’un qui déconne autant que vous, sans que vous ayez l’impression d’être l’enfant. « T’es grand, en fait, ou alors c’est moi qui suit petit ? »

AVENGEDINCHAINS

_________________
after all this time
We were just wasting time, we never crossed the line. All my hidden desires, finally came alive. It was always you, can't believe I could not see it all this time, all this time. Now I know why my heart wasn't satisfied.by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Bryan Dechart



☆ in hollywood since : 03/06/2018
☆ interviews : 1101 ☆ crédits : basia (vava)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Sam 1 Sep - 16:56


≈ ≈ ≈
{ stay crazy, don't give a f. }
crédit/ tumblr ✰ antoine griezmann.

Bryan venait d’entrer dans le bar, il n’était guère le genre de personne à y aller en solo. Sauf qu’aujourd’hui, la personne qui devait l’accompagner n’était pas là. Ou du moins, Il ne la voyait pas encore malgré le fait qu’il se mettait sur la pointe des pieds afin de voir l’ensemble de la salle. Jetant un coup d’œil à sa montre, il vit qu’il était l’heure. Peut-être s’était-il tous simplement trompé de jours ? Ou même d’heures ? Le jeune trentenaire n’était pas très doué en organisation. Par chance, sa femme, elle avait la tête sur les épaules et gérait beaucoup mieux son emploi du temps que lui. Bryan hésita à quitter le bar, ne voulant pas être à une table en solitaire mais finalement, il décida tout de même de rester. Qui sait, peut-être allait-il rencontrer une connaissance. Et si jamais ce n’était pas le cas, il se consolerait avec un petit verre. Rien de bien fort cependant. Il ne tenait pas à rentrer ivre avec Amelia à la maison. Elle risquerait fortement de l’étrangler dès son arrivée. Et de demander le divorce, ce qui serait bien dommage vu qu’ils venaient à peine de se marier. Se passant une main dans les cheveux, il commanda sa boisson au premier serveur qui passait par là.

Il ne pouvait s’empêcher d’être déçu. Et il espérait que leur rencontre était plus tard qu’aujourd’hui. Il allait sûrement devoir lui demander de nouveau s’ils se croisaient en jeu. Bryan n’aurait jamais cru se lier autant avec un joueur en ligne. Après tout, la première fois qu’il s’était connecté pour jouer à Fortnite, c’était plus pour s’amuser que pour sérieusement penser à gagner. Et finalement, il avait fini par en devenir un peu trop accro. Au grand dam de son épouse qui lui répéter qu’il fallait qu’il dorme un peu s’il ne voulait pas être un zombie dans peu de temps. Le hic avec Bryan, c’est qu’une fois collé à son écran, il était difficile de le décoller de là. Et c’est ainsi qu’un soir, il se retrouva dans la même équipe qu’Antoine. Le courant passa très vite et tout naturellement, une rencontre s’organisa lorsqu’il apprit qu’il était à Los Angeles. Ils avaient eu de la chance, après tout, il était rare que Bryan reste dans la ville très longtemps. Celui-ci avait la bougeotte, il voulait voir le monde et comptait bien réaliser son rêve au fur et à mesure que la vie passait.

Plongé dans sa pensée, il ne put que sursauter lorsqu’il sentit une tape dans le dos. Pour un peu, il aurait fait une prise de judo à la personne en question avant de se souvenir qu’il était nul dans ce domaine. C’était juste quelqu’un qui venait de débucher et qui s’était rattrapé à sa chaise. Don’t Panic. Cependant, cela lui permit de repérer un Antoine Griezmann qui s’approchait de lui. Un sourire naquit sur ses lèvres alors qu’il répondit à son étreinte. « Pas de soucis, j’ai cru que je m’étais trompé de jours. » dit-il en riant. C’était tout lui. La tête ailleurs. C’était aussi pour ça qu’il ne finissait jamais par gagner, à force de faire l’imbécile dans le jeu, il se laissait distraire et les ennemis se jetaient ainsi sur lui. « J’avoue que c’est étrange de se voir en vrai. Je savais à quoi tu ressemblais mais ouais, se voir, ça rends plus réel la personne. » Comme si avant, il n’était qu’une voix dans un ordinateur. Après tout, même s’il avait déjà vu sa tête, se rencontrer en vrai était une toute autre expérience. Et il espérait que leur complicité serait la même. Il se mit à ricaner et il secoua les épaules. « C’est toi qui es trop petit. Je suis à la bonne taille moi. » dit-il en bombant un peu le torse avant de se mettre de nouveau à rire.

_________________
    you can't kill me.

    i'm not alive
    ANAPHORE


Dernière édition par Bryan Dechart le Mar 11 Sep - 14:56, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
avatar
Antoine Griezmann



☆ in hollywood since : 22/08/2018
☆ interviews : 333 ☆ crédits : red. (avatar) + anaëlle (signa)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Lun 3 Sep - 21:17


stay crazy, don't give a f.
Bryan & Grizzi



Netflix + s’empiffrer comme un mal propre en ayant essayé d’être un tant soit peu raisonnable, bien trop aspiré par la série Salem pour oublier de guetter l’heure. J’ai tout de même prévenu Bryan de mon retard, par respect et politesse. Je suis pas le genre de gars à se pointer en retard, souriant comme Ken, à l’aise blaise on a rien vu. J’assume toujours mes conneries même si parfois elles sont bien trop honteuses. J’espère simplement qu’il n’ait pas décidé de s’en aller, qu’il n’ait pas oublié lui non plus et au pire, ça ne me dérange pas de commencer la soirée seul en tête à tête avec mon verre et finir par sociabiliser. Je ne suis pas un grand timide, j’ai de l’humour à revendre bien qu’il ne soit pas au goût de tout le monde. C’est bien rare que ce soit le cas mais, ça arrive. J’arrive rapidement au lieu de rendez-vous après avoir mis ce stress que me crée chaque fois un retard en profitant d’être isolé, seul pour me taper une scène de chant digne d’un Griezmann. J’ai envie de faire bonne impression pour une première entrevue dans la vie réelle. Bryan et moi, on se connait sans se connaitre. On déconne comme des malades, on rend fou les personnes qui jouent avec ou contre nous. Deux vrais gamins qui se sont bien trouvés et qui se comprennent. Il y a seulement peu que l’on a évoqué le sujet de nous voir, profitant de notre créneau de libre pour se voir avant que je ne retourne faire des allers-retours entre la France, l’Espagne pour finir ma course ici. Los Angeles est un lieu où j’ai appris à aimer passer du temps, décompresser et penser à autre chose. C’est une ville pleine de ressources, qui nous en met plein les yeux mais comme partout, la ville a ses points d’ombres.

J’entre dans le bar, à la recherche de la petite tête brune que je repère rapidement, m’avançant vers lui, manifestant ma présence chaleureusement. Je n’ai pas l’être d’être le seul à côté de la plaque aujourd’hui, on va remettre ça sur la fatigue et tout ce qui nous trotte dans la tête. Je viens prendre place à ses côtés, interpellant le barman pour commander un coca-zéro, préférant être raisonnable pour le moment, on verra pour après. « T’as l’air plus innocent en vrai que sur le net. » Dis-je pour le taquiner, suivit d’un léger rire. C’est encore plus agréable d’avoir la personne en face de soi, ça change la donne et, ça peut changer beaucoup de choses. J’ouvre la bouche d’un air faussement offusqué lorsqu’il parle de ma taille, tentant de garder mon sérieux. « T’es de mèches avec mes potes les footeux toi, nan ? C’est vous qui êtes anormalement grands ! » Je finis par rire, trop difficile de rester sérieux. « Enfin, je fais une taille normale, je comprends pas. » Je vais pas me plaindre, tant qu’on a pas eu l’idée de m’appeler le schtroumpf ou le minimoy. Le barman me rapporte mon verre et je le remercie avant de m’en saisir, levant mon verre en direction de Bryan. « Trinquons à notre duo du feu de dieu ! » Dis-je gaiement, avec mon fort accent français épouvantable, sorti tout droit des enfers, cognant ensuite mon verre contre le sien avant de boire une gorgée de mon soda, reposant le verre sur le comptoir. « Et alors, ça se passe bien dans ta petite vie ? T’as quoi de prévu récemment ? » Je crois que ça me fascinera toujours de savoir des petites choses sur la vie d’acteur, un monde bien différent du bien mais qui m’a l’air tout aussi intéressant et passionnant. J’aurai jamais pu me lancer là dedans par contre, je suis un mauvais comédien et j’ai bien trop de mal la plupart du temps à garder mon sérieux.


AVENGEDINCHAINS

_________________
after all this time
We were just wasting time, we never crossed the line. All my hidden desires, finally came alive. It was always you, can't believe I could not see it all this time, all this time. Now I know why my heart wasn't satisfied.by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Bryan Dechart



☆ in hollywood since : 03/06/2018
☆ interviews : 1101 ☆ crédits : basia (vava)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Mar 11 Sep - 15:18


≈ ≈ ≈
{ stay crazy, don't give a f. }
crédit/ tumblr ✰ antoine griezmann.

Même si désormais, Bryan était un homme marié, ses habitudes n’avaient guère changé. Après tout, Amelia savait très bien comment il était et l’acceptait. Puis, elle l’accompagnait la plupart du temps dans ses escapades. Néanmoins, elle lui permettait tout de même de sortir dans un bar en compagnie d’un ami. Et heureusement d’ailleurs, il n’aurait guère pu vivre en sachant que son épouse le tenait en laisse. Ce n’était pas son genre avant le mariage alors cela aurait rendu les choses bien étranges si après le mariage, elle avait tourné mal. La jeune femme lui avait juste fait promettre de ne pas trop boire. Comme si c’était son genre. Certes, cela lui arrivait de boire de temps en temps mais aujourd’hui, c’était avant tout pour rencontrer un ami que pour faire la fête. Ils n’allaient sans doute pas se mettre la tête à l’envers. Mais juste discuter de tout et de rien comme ils le faisaient habituellement. Même s’il ne pouvait s’empêcher d’avoir une légère pointe de stress pour ce face à face. Parler derrière un écran était simple mais lorsqu’on se retrouvait au devant de la scène, c’était une toute autre affaire. Mais le jeune marié avait confiance. Et dans le pire des cas, si le courant ne passait pas en réalité, ils pourraient toujours en discuter en virtuel plus tard. En espérant que tout ne soit pas gâché.

Et finalement le moment du face à face se fait et Bryan ne put s’empêcher d’être ridicule à sursauter de cette façon. Il y avait mieux comme première impression. Cependant, un rire s’échappa de ses lèvres à ses paroles et il ne put que secouer la tête. « Sache que je suis toujours innocent. » dit-il en bombant légèrement le torse avant d’ajouter. « Mais il faut bien que je me montre menaçant lorsqu’on joue, ce n’est pas avec ton talent qu’on arriverait à effrayer les ennemis. » Il lui sourit, se moquant gentiment de lui. Après tout, Bryan était une vraie guiche à ce jeu. Il établissait quelques plans mais tout tombait très vite à l’eau. Il pensait plus à faire l’imbécile qu’à chercher la victoire, il était difficile de se concentrer lorsqu’on riait comme une pie. Bryan ne se trouvait pas spécialement grand, il était juste de taille normale, n’est ce pas ? Voilà qu’il allait s’inquiéter sur ce sujet. « J’aurais du me lancer dans une carrière de footeux alors. » Sauf qu’il était vraiment nul dans ce domaine. Dans tous les sports en réalité. Il avait beau courir de temps en temps, cela n’empêchait pas d’avoir deux pieds gauches lorsqu’il se retrouvait avec un ballon devant lui. « Ce n’est pas maintenant que tu vas grandir alors acceptes ton sort d’être plus petit que la moyenne. Tu verras, ça ira. » dit-il d’un ton presque compatissant en lui tapant l’épaule.

C’était un vrai enfant, toujours à taquiner son monde. Mais c’était sa façon de montrer qu’il appréciait la personne en réalité. Leur conversation fut interrompue par l’arrivée du barman qui vint déposer un verre devant Antoine. Prenant le sien en main, il le leva afin de trinquer également. « A notre duo. » Il pouffa à son accent avant d’en boire une gorgée. Cela ne devait guère être évident de devoir parler une autre langue constamment. Lui avait beau parlé légèrement plusieurs langues, il ne se voyait guère tenir une longue conversation. Il serait surement pris de panique et finirait par communiquer uniquement en geste. « Tout se passe très bien ouais, je reviens de voyage de noces avec Ame donc forcément tout va pour le mieux. Et je reprends le chemin des auditions, ça me stresse toujours autant, je ne vais pas te la cacher. Surtout l’attente… » Il but de nouveau une gorgée comme pour retirer le stress qui venait de pointer le bout de son nez. Il venait d’auditionner pour prêter de nouveau son visage et sa voix pour un jeu vidéo et il attendait avec impatience les résultats. Il allait sans doute mourir avant ça. « C’est terrible. Et toi alors ? Tout se passe bien, tu es devenu un héros ? » dit-il avec un sourire.

_________________
    you can't kill me.

    i'm not alive
    ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
avatar
Antoine Griezmann



☆ in hollywood since : 22/08/2018
☆ interviews : 333 ☆ crédits : red. (avatar) + anaëlle (signa)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Jeu 13 Sep - 18:25


stay crazy, don't give a f.
Bryan & Grizzi



Boire un verre est devenu presque une petite angoisse pour moi depuis le soir où Olivier et moi nous avons dérapés. Certes, jusqu’ici je n’avais jamais fait ce genre de choses, que le contexte était différent mais c’est l’idée de sortir des idioties encore plus grandes que moi qui me fait peur. Je n’en abuse pas généralement, je suis le genre à être raisonnable parce que le lendemain je me maudis toujours d’avoir bu autant, de m’être ramassé une gueule de bois aussi acide que le flux des eaux de l’enfer. Le but n’est de toute façon pas de me mettre une mine aujourd’hui, simplement siroter un verre, découvrir un autre Bryan, bien plus en chair et en os qu’une simple voix sortie de mon casque. Ca ne m’inquiète qu’un court instant de faire enfin sa rencontre, étant bien rapidement à l’aise. Je ne suis pas du genre grand timide dans la vie réelle et grande gueule derrière un ordinateur, je reste pareil dans les deux cas. Puis, je n’angoisse pas trop concernant cette première entrevue, je suis un homme qui a sûrement beaucoup trop de foi, naïf à voir toujours le bon côté des choses mais en tout cas, j’essaye de le mettre à l’aise comme je le peux tout en restant fidèle à moi-même. « Haaaan, ça c’est pas vrai ! Je suis sûr que j’en ai éliminé plus que toi, faudra qu’on compte la prochaine fois. On se fait un tableau des scores chacun de son côté et à chaque fin de mois, on fait le point ! » Je suis persuadé que l’un ne vaut pas mieux que l’autre vu que l’on passe la plupart du temps à troller tout le monde, à rire comme des abrutis. Sans Bryan, sur les jeux, je suis un peu plus sérieux, concentré à jouer mais autrement lorsqu’il est là, c’est fini. Il me taquine sur ma taille, comme certains ont tendance à le faire simplement pour me taquiner. Ce qu’ils ignorent, c’est que leur enfantillage, ça me passe au dessus, je suis trop bas pour que ça m’atteigne, c’est con, hein ? « Je l’ai déjà accepté, il y a plus d’avantages que d’inconvénients à être petit, tu sais ! » Puis même, moi ça me fait plus rire qu’autre chose. L’auto dérision, c’est bien plus fun que de se prendre au sérieux. Au moins, on est à la bonne taille pour se faufiler où on veut, on se casse pas le dos en se baissant pour ramasser quelque chose, on ne prend pas toute la place et on aura moins de problèmes de dos. Je plains quand même réellement ceux qui dépassent pas les 1m70, dieu merci je n’en fais pas parti.

On trinque à notre duo d’insupportables gamins coincés dans un corps d’adulte, assumant totalement mon accent pourri. La honte moi, ça, j’connais pas. Je regrette juste de ne pas avoir bossé dur en anglais, parfois quand je ne sais pas dire un mot, soit je le sors en français, soit j’évite de parler. L’espagnol, je l’ai appris bien plus facilement. On ne peut pas être bon partout, hein ? Je m’intéresse à sa petite vie, chose dont on ne parle pas forcément une fois connecté, parfois brièvement mais sans plus. On sait juste l’essentiel et au final, on ne sait pas grand-chose l’un de l’autre. « C’est trop mignoooon. T’en as déjà passé beaucoup, des auditions ? Ca m’intéressait grave de venir te voir tourner un jour genre, rien à voir avec les spots publicitaires qu’on tourne, ça doit être encore plus fun, plus intense et tout. J’m’en fais pas pour toi, t’es un gars bourré de talents. » Et je le pense, comme la plupart des compliments qui franchissent le seuil de mes lèvres. Je suis un gars franc, et honnête qui n’aime pas passer par quatre chemins. Si t’es moche aujourd’hui, j’te le dis, si t’es grave canon, c’est la même. Je lui adresse un petit sourire encourageant en le voyant noyer son stress dans son verre, tapotant son épaule d’un geste amical, démontrant mon soutien quoiqu’il arrive. « Ca va aller, est-ce que moi je stresse ? » Oui, tout le temps, sauf que je deviens pénible dans ces moments là, encore pire qu’à l’accoutumé. « J’en suis pas encore au stade de Batman mais, j’y travaille. » Dis-je en riant. Je ne le serais jamais de toute façon, je ne me considère pas comme un héros, un champion, ça oui. « Je suis tellement heureux et fier. J’ai vraiment de la chance d’avoir une équipe comme la mienne, ça fait plaisir de jouer avec des personnes qui savent vraiment ce que c’est le travail d’équipe. Il y a eu des tensions, normal, comme partout mais, on est passé au dessus. » On se met pas des bâtons dans les roues, on va de l’avant, on se hisse vers la victoire comme à chaque fois. « Mais sinon, tout roule. Les vacances sont bientôt finies, c’était court mais je suis quand même content de retourner sur le terrain. » Retrouver mes petits potes, retourner sur le champ de bataille, ressentir cette adrénaline. « Même si c’est pas ton passe-temps, ça me ferait plaisir que tu viennes à un entrainement ou un match, encourager ton préféré. Tu pourras emmener ta petite femme aussi ! »



AVENGEDINCHAINS

_________________
after all this time
We were just wasting time, we never crossed the line. All my hidden desires, finally came alive. It was always you, can't believe I could not see it all this time, all this time. Now I know why my heart wasn't satisfied.by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Bryan Dechart



☆ in hollywood since : 03/06/2018
☆ interviews : 1101 ☆ crédits : basia (vava)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Mer 26 Sep - 11:54


≈ ≈ ≈
{ stay crazy, don't give a f. }
crédit/ tumblr ✰ antoine griezmann.

Bryan savait rester sage, il avait beau avoir sept ans d’âge mental. Il savait tout de même se tenir lorsqu’il entrait dans un bar. Et heureusement sinon, nul doute qu’il aurait terminé à danser sur le comptoir de nombreuses fois. Quoi qu’en y pensant, il serait plutôt du genre à tomber la tête la première si jamais l’envie lui prenait de danser dessus. Il était loin d’être très agile, encore moins lorsqu’il avait bu. Sa démarche avait tendance à être chancelante et son cerveau ne semblait guère capable de voir droit. Si jamais, il décidait de faire le show, il terminerait sans doute avec un pied dans le plâtre ou au moins, une belle bosse sur le front. De quoi bien ralentir l’envie de danser. Mais aujourd’hui, Bryan n’avait pas à s’en faire. Tout ça n’arrivait pas, il allait juste faire connaissance avec un ami. A moins qu’Antoine ne soit un grand buveur, ils allaient sans doute consommer que quelques verres. Et si jamais, il voyait que la conversation s’éternisait, Bryan songerait à tourner au jus d’orange. Après tout, c’était tout de même bon et en plus, c’était rempli de vitamines. De quoi, donner des forces au jeune homme. « Oh mais oui, bonne idée. » dit-il en frappant dans ses mains, comme si Antoine venait de trouver l’idée la plus géniale qu’il soit. Pas du tout dans l’excès ce garçon. « Enfin, t’as pas intérêt de tricher sur ton score, hein. On sait tous les deux, que c’est moi le plus fort. » Il lui adressa un grand sourire, ce n’était pas la vérité, même Bryan en avait conscience. Il était loin d’être un champion dans ce jeu, ou alors il gagnait juste haut la main le prix du mec qui adorait taquiner les autres. Ou qui construisait des structures un peu partout sur la carte.  Bryan était irrécupérable de toute façon, ce n’était pas à son âge qu’il allait changer de toute façon. « Après, qu’est ce que tu dis d’un petit défi ? Pour pimenter un peu l’enjeu. »  Nul doute que cela le motiverait encore plus à remporter la victoire. Quitte à ce qu’il s’entraîne dans son coin, mais ça, Antoine n’était pas obligé de le savoir. Ah la taille. Bryan avait de la chance d’être dans la normale. Ni trop grand, ni trop petit. « Ah ouais ? Lesquelles, je suis curieux de les avoir. » dit-il en croisant les bras, le jugeant du regard. Il se demandait bien ce que cela pouvait bien apporter d’être petit. Après tout, même lui qui n’était pas complexé par sa taille ne pouvait s’empêcher de râler par moment. Le pire était sans doute lorsqu’il faisait ses courses. Pourquoi les rayons étaient aussi hauts ? Limite, il devait se mettre sur la pointe des pieds pour attraper le produit qu’il souhaitait. La plupart du temps, il finissait par abandonner et disait simplement à Amelia qu’il n’y en avait plus en stock.

Sa carrière. Il était certain que le jeune homme n’avait guère une immense liste de films à son actif. Il n’avait eu que la chance de tourner dans des seconds rôles et lorsque par chance, il obtenait des rôles assez conséquents, la série se terminait. Il avait eu une période de doute, c’était sans doute pour ça qu’il avait essayé de se diversifier. Après tout, la comédie avait été une véritable passion pour lui dès l’adolescence. Il ne comptait plus le nombre de films qu’il avait tourné avec son groupe de pote à l’époque. Encore aujourd’hui, il lui arrivait d’écrire ses propres scénarios. Peut-être qu’un jour, il aurait la chance de réaliser un vrai film qui aurait la chance d’être diffusé. Néanmoins, actuellement, il avait vu sa côté de popularité grimper en flèches. Merci l’univers des jeux- vidéo qui l’avait grandement aidé. « Tu veux que j’attrape la grosse tête, c’est ça ? Après je ne peux pas vraiment te dire grand-chose sur les auditions, la plupart du temps, on est obligé de garder les projets pour nous. Après c’est sur que ça doit être différent que de tourner une pub, c’est déjà plus long. » dit-il en ricanant doucement. « Puis, il faut vraiment que tu te plonges dans ton personnage, c’est parfois difficile. T’as jamais songé à tourner dans un film ? Genre juste pour tester ? Pas forcément un grand rôle, même les figurants peuvent avoir un travail à faire sur eux-mêmes. » Après tout, cela ne serait pas la première fois que quelqu’un s’improvisait acteur le temps d’un rôle seulement. « Tu sais qu’on dit que stresser, c’est un signe de réussite ? » Ce n’était guère de lui, il avait entendu ça quelque part. Surement de la part de ses parents lorsqu’il était plus jeune et qu’il stressait pour ses examens. Ou quelque chose dans ce genre là. « Personne ne peut arriver à la cheville de Batman. Impossible. » dit-il d’un ton solennel. Personne ne pourrait porter mieux que lui, la cape et le masque du héros par excellence. « C’est cool si tout le monde s’entend, c’est le principal j’imagine. Surtout pou un jeu d’équipe. Puis parfois, les tensions, ça ne peut que faire du bien non ? Cela booste à se surpasser. » Un peu comme lorsque deux acteurs amis se retrouvent pour un même rôle. « Faut bien que tu reprennes le terrain, si tu restes à ne rien faire la tête collée à ton écran, tu risques de ne plus pouvoir courir aussi facilement avec une légère brioche. » C’est certain qu’Antoine prenait du poids, il risquait d’avoir des difficultés à courir partout sur le terrain. « Mon préféré, c'est-à-dire toi ? » Il ria doucement avant d’ajouter. « Mais pourquoi pas, il faudrait que j’en parle à Amé mais cela peut se faire. Il faudra juste que je sache quand tu as un match pour venir. »

_________________
    you can't kill me.

    i'm not alive
    ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
avatar
Antoine Griezmann



☆ in hollywood since : 22/08/2018
☆ interviews : 333 ☆ crédits : red. (avatar) + anaëlle (signa)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Mar 2 Oct - 14:44


stay crazy, don't give a f.
Bryan & Grizzi



L’alcool fait parti de mes pires vices. Je sais boire raisonnablement autant je sais jusqu’où vont mes limites et je prends parfois un malin plaisir à boire jusqu’au trou noir. Ca dépend toujours de la situation mais lorsque je suis saoul je ne m’en fais pas trop pour moi. Il n’y a que les alcools à bulles qui me rendent agressifs, je les évite comme la peste. J’ai la langue encore bien plus pendue qu’à la normale et je passe ma vie à amuser la galerie sans retenue. Par contre, oui, quand mes teammates sont dans le coin –surtout un en général- ça devient vite moins raisonnable et ça je l’ai appris à mes dépends. Au début je me suis maudit d’avoir pris une dose supplémentaire au point de finir par n’avoir que quelques flash de la soirée où l’on a célébré la coupe du monde mais au jour d’aujourd’hui je n’éprouve même pas un tant soit peu de regret. L’alcool m’a poussé à agir, à cesser de refouler tout ce que je contenais au plus profond de mon être. Savoir qu’Olivier ressentait la même chose à en croire ses agissements, ça me rassure mais, pas comme je le voudrais. « Est-ce que je suis un tricheur, moi ? On devrait prendre chacun un témoin. Je prends mon frère, Théo si tu le souhaites. Il est digne de confiance ! » Puis, Théo a déjà passer des soirées à jouer avec nous, Bryan a déjà échangé avec lui. Il ne le connait pas aussi bien que moi mais, déjà suffisamment pour savoir que mon petit frère ne trichera pas ou, il s’arrangera pour que je perde tout ça pour me faire rager. Je vais peut-être compter sur quelqu’un d’autre, finalement. « Un défi ?! J’aime les défis, bien sûr que ça me tente ! » J’ai un esprit de compétition tellement important que dès que je peux l’exploiter, je suis le premier à courir. Je suis déjà tout surexcité à l’idée d’user mon esprit malin, de pouvoir tout mettre en œuvre pour être le vainqueur. « Eh bien, on peut se faufiler partout, on trouvera toujours des vêtements à notre taille, des chaussures aussi parce que, qui dit grande taille dit grand pieds ! Puis on n’a moins de soucis de dos, on nous trouve toujours bien plus mignons. » Je pense que si je me penchais un peu plus sur le sujet, j’aurai beaucoup d’autres avantages à énumérer, la liste finirait par être bien longue et interminable. J’ai cité les points principaux et qui me semblent important, c’est déjà suffisant. Après oui, je ne cache pas que même si je fais parti des hommes de tailles moyennes, c’est chiant d’attraper tout ce qui se trouve en hauteur. Je suis toujours obligé de prendre un tabouret, une chaise ou d’improviser en escaladant pour attraper des produits inatteignables pour mes 1m75.

Il me parle de sa carrière qui a l’air bien plus stressante que la mienne. Je ne suis pas un bon comédien et je pense que j’aurai bien du mal à me glisser dans la peau d’un personnage, de jongler entre deux. C’est un peu de la schizophrénie, d’être acteur, nan ? J’aimerais quand même tester un jour, voir ce que ça fait de jouer quelqu’un d’autre qu’Antoine Griezmann. Ce n’est pas une histoire pour encore faire plus parler de moi mais parce que ça m’intrigue. Ma curiosité est grande, j’ai besoin de m’instruire, de toucher à tout, de tester tout ce qui est possible. Je croque la vie à pleine dent, je prends plaisir à découvrir tout et n’importe quoi. « Ben, non, je dis la vérité. Il y a certains téléfilms français qui sont vraiment à mourir de honte tellement c’est mal joué. Enfin de toute façon le cinéma français, ce n’est pas trop ce que je préfère. » Puis qu’il se rassure, je ne dis pas ça parce que c’est lui, tout le monde sait autour de moi à quel point je suis franc et que si j’ai envie de dire que t’es pourri ben … je ne passe pas par quatre chemins, je le dis, que ça plaise ou non. « Moi j’ai toujours rêvé d’être Batman mais, c’est déjà un trop haut niveau pour moi. J’aime bien les méchants, ça ôterait aussi l’image angélique qu’on a de moi. » Je ne fais pas une crise à la Miley Cyrus, loin de là. Certains savent à quel point je peux être ignoble quand l’envie me prend mais, je ne sais pas, j’ai toujours préféré les vilains. « Et puis, je ne pense pas avoir un quelconque talent pour la comédie, je ne peux pas être bon partout. » Heureusement, d’ailleurs, ça m’ennuierait d’exceller dans tous les domaines. Mais figurant, tiens, pourquoi pas, je suis sûr que c’est quand même bien plus facile que d’être le personnage principal. « C’est pour ça que je suis aussi fort ? » Je lui adresse un petit clin d’œil taquin. Se la jouer Narcisse, de temps à autre, ça ne fait de mal à personne. « Si ! Je te montrerais que j’arriverais à la cheville de Batou. J’ai même le projet de m’acheter la batmobile. » Gros mensonge, c’est un rêve de gosse ça, comme tous les petits garçons qui ont tant admiré monsieur la chauve-souris durant leur enfance et qui ont cessé de rêver puis, il y a ceux qui oublient de grandir, comme moi. « Oh, ça les booste eux. Moi j’ai pas besoin de tensions pour faire en sorte de pousser mes limites encore plus loin. » Même si, oui, celle qui règne entre Kylian et moi me pousse à m’en demander plus encore. « Eh, même quand je suis au repos je fais du sport et je fais attention à ma ligne ! Mauvaise langue. » Enfin, faire attention à ma ligne parce que je suis suivi sinon, c’est vrai que je me ferais plaisir bien plus souvent. Concernant le sport, j’ai besoin d’en faire tous les jours, même si c’est courir pendant une heure et à mon rythme. Ca m’aide à penser à autre chose, à me détendre, à garder la forme. « Ben bien sûr que je parlais de moi, tu pensais à quelqu’un d’autre ? » Demandais-je suspicieux et curieux. « Ahh, ça me ferait plaisir ! J’ai un match avec mon équipe espagnole Mercredi et Dimanche et avec mon équipe française, Jeudi prochain. Après, ça ne presse pas, tu pourras venir dans quelques mois aussi, ma carrière est bien loin d’être terminée. »



AVENGEDINCHAINS

_________________
after all this time
We were just wasting time, we never crossed the line. All my hidden desires, finally came alive. It was always you, can't believe I could not see it all this time, all this time. Now I know why my heart wasn't satisfied.by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Bryan Dechart



☆ in hollywood since : 03/06/2018
☆ interviews : 1101 ☆ crédits : basia (vava)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Ven 12 Oct - 16:36


≈ ≈ ≈
{ stay crazy, don't give a f. }
crédit/ tumblr ✰ antoine griezmann.

Bryan était quelqu’un de raisonnable, même lors de grosses soirées. Bien que cela faisait quelques années maintenant qu’il avait arrêté de sortir et de fréquenter les bars. La plupart du temps, il préférait largement passer une soirée entre amis chez lui, avec simplement quelques bières. C’était plus pour le plaisir de tous se retrouver et de passer un bon moment que de boire plus de raison. Le trentenaire ne se souvenait pas à quand datait sa dernière cuite. Sûrement pendant ses années étudiantes. Celles-ci avaient été plus que mémorables, c’était à cet âge-là qu’il avait aussi découvert son amour pour la comédie. Il ne comptait plus le nombre de soirées qu’il avait passé avec sa bande de pote à tourner des courts-métrages. Maintenant quand il les revoyait, il se cachait les yeux. Quelle honte. Par chance, il avait parcouru du chemin depuis et heureusement sinon, il aurait très certainement du changer de métier. « Ok, je prendrais mon frère aussi. Il sera un très bon témoin, il ne me fera pas de cadeau si jamais, j’ose tricher. » Au contraire, il se ferait surement un plaisir de le vendre. Un vrai traitre. Aucun soutien de sa part n’était à attendre. Il aurait très bien pu demander à sa femme d’être son témoin – dit de cette façon, c’était très étrange – mais Bryan doutait qu’elle connaisse le jeu. Alors que son frère avait joué quelques parties avec lui et ses modérateurs. Et il était plutôt bon, enfin aux dernières nouvelles. Son frère avait tendance à être un peu trop concentré dans le jeu, il ne parlait pas lorsqu’il était en vocal. Ou juste pour se moquer quand il arrivait malheur à Bryan. Une vraie plaie. « Je savais bien que ça te plairait. » dit-il en laissant échapper un petit ricanement. Bien entendu, il n’avait pas encore réfléchi au défi en question mais cela viendrait avec le temps. « Et bien, tu as du beaucoup réfléchir à la question pour répondre ça. Tu ne serais pas un chouilla complexé par ta taille ? » Il pencha légèrement la tête sur le côté, le jugeant presque avant de reprendre la parole. « Mais au moins, les grands, ils ont la chance de voir loin. Ils ne sont pas obligés de se mettre sur la pointe des pieds pour pouvoir attraper les articles en haut des rayons. Et je n’ai pas de grands pieds. » dit-il en jetant rapidement un coup d’œil à ceux-ci. Non, ils étaient de taille normale et Bryan n’avait aucun mal à trouver des paires de chaussures. Heureusement.

Être comédien pouvait paraître idyllique mais en réalité, c’était un milieu énormément stressant. Entre ne pas obtenir de rôles et enchaîner les échecs, le moral pouvait très vite être tourmenté. Ce n’était pas pour rien que quelques années auparavant, il avait souhaité ouvrir d’autres portes. Il s’était mis à la photographie, créant ainsi son propre site de photo. Cela lui évitait de penser à tous ses rôles qui lui étaient passés sous le nez. Puis son envie de voyage était de plus en plus grande alors peut-être songerait-il un jour, à tout claquer et partir à l’aventure avec sa chère et tendre. « Oh tu sais, aux Etats-Unis, y a aussi des films qu’il faut éviter de regarder. On se demande comment de tels navets ont pu voir le jour, que ce soit à cause du non-talent des comédiens ou même pour le script en lui-même. C’est à se poser des questions parfois… » Et par moment de belles séries avec un avenir prometteur se faisait recaler parce qu’il n’y avait pas assez d’audiences. Mais on ne les laissait pas avoir une deuxième saison alors qu’elle était demandée. Bryan ne pouvait s’empêcher de se demander qui étaient les idiots qui prenaient ce type de décision. Sûrement ceux qui lisaient attentivement les comptes et paniquaient dès qu’il y avait un zéro en trop dans le budget. « Toi, un ange ? » Il ne put retenir le rire qui s’échappa. Ok, là il était choqué qu’on puisse penser ça de lui. « Tu pourrais très bien jouer Joker, ainsi t’aurais la chance de fréquenter Batman. Mais je ne suis pas sûr que ça passe. Tu es bien trop angélique pour ça. » Es ce qu’il se moquait de lui ? Juste un peu. Mais c’était sa façon d’être, Bryan adorait taquiner son monde. C’était un signe d’amitié pour lui. De toute façon, il vivait dans le monde de bisounours, cet homme-là. Une rencontre, un grand sourire et ça y est, Bryan considérait la personne comme un ami. Il n’était pas difficile à vivre. « Certes, le talent apporte beaucoup mais si tu as l’envie de bien faire, parfois ça suffit. » dit-il avec un sourire. « Mais oui, concentre-toi sur le terrain et laisse les rôles aux autres. » Bryan ne put s’empêcher de secouer la tête, légèrement dépité. Voilà qu’il allait avoir les chevilles qui enflent. Cela le ferait peut-être grandir un peu ? Il se retint de le dire à voix haute, il tenait tout de même à sa vie et être tué dans un bar ne faisait guère partie de ses projets d’avenir. « J’espère que tu m’inviteras à faire un tour à l’intérieur ! » Et si jamais, Antoine ne voulait pas, et bien il le harcèlerait jusqu’à ce qu’il cède à la pression. Mais si jamais, il achetait la voiture, Bryan deviendrait un poil jaloux, pas tout le monde pouvait se permettre ça. Lui était très bien avec sa petite voiture. De toute façon, il n’était pas certain qu’Amelia apprécie qu’il dépense des milliers pour s’acheter une voiture de collection. Elle lui hurlerait surement dessus. « Surtout que ce n’est jamais bon de jouer sous tension. Peut-être que ça motive mais en même temps, ça doit stresser encore plus. » Bryan ne préfère même pas y penser. « Je ne sais pas comment tu fais. J’en aurais marre de faire du sport tous les jours. » Mais si c’était sa passion, c’était compréhensible. « Je ne sais pas ? A un autre bon joueur ? » Bon, vu qu’il était très peu renseigné sur les footballeurs, ce serait difficile de citer d’autres membres. Que ce soit de l’équipe de France que de celle de son pays. « Tu ne veux pas prendre ta retraite de suite ? Mais je verrais si dimanche, je n’ai rien de prévu. »

_________________
    you can't kill me.

    i'm not alive
    ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
avatar
Antoine Griezmann



☆ in hollywood since : 22/08/2018
☆ interviews : 333 ☆ crédits : red. (avatar) + anaëlle (signa)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Sam 27 Oct - 14:06

Maintenant que l’on a chacun son témoin pour être sûr de ne pas tricher, le défi est lancé. Nos témoins sont fiables à 100% en plus de ça, le genre de frères qui aiment mettre des bâtons dans les roues, vous freiner dans la compétition. Vu le mauvais perdant que je suis, vu à quel point je suis du genre à rager quand on se met en travers de mon chemin afin de m’éloigner de la victoire, ça risque d’être très prometteur et de mettre l’ambiance mais, pas celle dont j’ai l’habitude. Quand on veut, on peut, j’y arriverais, même s’il faut que je me coupe du monde pendant un petit bout de temps juste pour prouver à quel point je suis le meilleur et que Bryan se fasse terrasser. Théo ne me fera pas de cadeau, il lui arrivera probablement d’être impitoyable et je ne me laisserais pas faire. Jamais. Bryan a l’air déjà de m’avoir cerné plus que je ne le pensais et en même temps ce n’est pas bien difficile. Je ne suis pas quelqu’un qui se cache derrière une autre personnalité afin de se protéger du monde extérieur, non, au contraire. Je fais parti de ceux qui se font dévorer en premier parce que je suis doté d’une générosité hors norme et je m’attache vite. Je suis extrêmement sensible et à vivre dans un monde tout rose à l’odeur alléchante de la barbe à papa, je ne me méfie jamais assez des bonnes personnes, je vois le bien même dans le mal. Ca m’a déjà porté préjudice mais pas au point de ne pas savoir me relever, de me pousser dans un merdier dans lequel je ne saurais m’en sortir seul. Le pire dans tout ça, je n’ai pas appris de mes erreurs. Je reste celui qui a le cœur sur la main et qui aidera son prochain. J’ai beau détesté certaines personnes et agir comme une vraie teigne, comme avec Kylian, je sais que s’il me demande mon aide je mettrais sans doute ma rancœur de côté et je lui tendrais la main sans hésité. Trop bon, trop con. « Je ne suis complexé par rien du tout. » Dis-je en faisant une petite moue. C’est un mensonge, ça. C’est un peu vexant de se faire vanner sur sa taille de la part des gars dépassant la norme alors que je fais parti de ceux qui l’on juge de taille moyenne, normale quoi mais ça me monte tellement au cerveau que j’ai l’impression d’être le huitième nain de Blanche-Neige. « Ah, mais j’arrive aussi à attraper les articles en haut d’un rayon sans me mettre sur la pointe des pieds, j’escalade, moi. » Dis-je en lâchant un léger rire. C’est une blague, hein, même si je fais parti de ceux qui seraient capable mais dieu merci, je ne suis pas petit au point de chercher un escabeau ou de demander de l’aide à un inconnu qui passe par là pour m’aider. Non, moi, je me débrouille tout seul, comme un grand.

On dévie sur un sujet qui m’a toujours intéressé, rien qu’en regardant mes films ou mes séries préférées. Je me suis toujours demandé ce que ça faisait d’être comédien, de se glisser dans la peau de quelqu’un d’autre et de jouer un rôle, de savoir ce que ça fait de voir sa tête sur un écran dans une salle de cinéma en se la jouant schizophrène. Moi, je me suis déjà vu sur youtube entrain de jouer mais ça c’est carrément différent. Je suis conscient que ce métier là est tout aussi dur qu’un autre où l’on se met en avant, où plusieurs personnes vous regardent et s’identifient à vous. De toute façon, dès que l’on met le pied dans un monde où l’on s’expose, ça devient vicieux. « Jusqu’ici, je ne suis jamais tombé sur des navets américains. En même temps je n’ai pas vraiment le temps pour vraiment fouiller dans le côté obscur du cinéma, je me contente de m’intéresser aux films ou séries à la mode. » Ceux dont tout le monde parle, ceux que tout le monde me suggère de regarder. Par contre, j’avoue que tous les films d’horreurs que j’ai regardé jusqu’ici et de toutes origines confondues, ils m’ont tous déçus. J’ai besoin qu’on me fasse vraiment peur, moi, pas qu’on me vende des somnifères. Même les documentaires à la télévision ont plus le don de me donner envie de me planquer sous la couette. Après, dans ce domaine là, Bryan s’y connait plus que moi, je lui demanderais un jour de me passer des noms de navets histoire que je rigole un peu et que je me rassure en voyant que le cinéma français n’est pas le seul à avoir quelque chose à se reprocher. « Trouve-moi un rôle qui m’irait bien, alors. » Lui demandais-je intéressé, un sourire faussement angélique se dessine sur mon visage. Ce n’est pas une tâche facile, peut-être, mais je suis curieux de savoir ce qu’il osera me dire puis, ses connaissances sont bien plus élargies que les miennes. Je vais peut-être devoir chercher le nom qu’il osera me balancer sur Wikipédia pour chercher l’identité de la personne. Je ne m’avance pas de trop, il risquerait de me surprendre. « Bien sûr que tu pourras venir faire un tour mais, seulement si t’es sage et là, actuellement, je ne suis pas sûr que tu le mérites … » Dis-je en faisant mine de réfléchir. C’est beau de rêver, n’est-ce pas ? Après, si tout le monde de mon entourage, tous mes amis footeux et les autres se cotisent pour me l’offrir à mon anniversaire ou à Noël moi hein, je ne cracherai pas dessus, pas du tout. La folie des grandeurs. C’est sûrement pour ça que je suis attiré par tout ce qui est grand. « On a l’habitude du stress, quand part jouer, c’est un peu comme si on partait à la guerre. On ne sait jamais comment on va finir le match, en entier ou pas. » Les risques du métier, ça peut bien se passer tout le long comme on peut se heurter à un joueur et se péter quelque chose. On éprouve ce que j’appelle du bon stress, ce n’est pas celui qui fait perdre nos moyens au point de jouer comme un pied. « Comme moi je ne pourrais pas m’amuser à lire un script entier et à retenir chaque passage ! » Déjà que j’étais une brelle pour retenir une poésie ou un court passage d’une pièce de théâtre que l’on devait jouer devant toute la classe en binôme, faire ça tous les jours beh … non merci. « Eh, j’ai encore quelques petites années avant la retraite, laisse-moi en profiter et montrer au monde à quel point je suis le meilleur, encore un peu. » Je n’ai pas fini de faire parler de moi, si je peux marquer le cœur de nombreuses personnes et ne jamais finir aux oubliettes, ça me va parfaitement. « Tu me tiendras au courant, alors. Ca me ferait vraiment plaisir que tu viennes, seul ou avec ta petite femme. »

_________________
after all this time
We were just wasting time, we never crossed the line. All my hidden desires, finally came alive. It was always you, can't believe I could not see it all this time, all this time. Now I know why my heart wasn't satisfied.by anaëlle.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Bryan Dechart



☆ in hollywood since : 03/06/2018
☆ interviews : 1101 ☆ crédits : basia (vava)

MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   Lun 29 Oct - 17:05


≈ ≈ ≈
{ stay crazy, don't give a f. }
crédit/ tumblr ✰ antoine griezmann.

Es ce que s’il payait son frère, celui-ci lui ferait une faveur et le laisserait tricher ? Bryan pouvait toujours essayer même s’il ne pensait guère que cela fonctionne. Avoir un frère, c’était bien. Mais lorsqu’il s’agissait de gagner, c’était bien connu que le mot fraternité disparaissait complètement du dictionnaire. Malheureusement. Il allait devoir sérieusement s’entraîner s’il voulait avoir une chance de gagner, hors de question pour lui de construire des murs. Même si c’était plus marrant que de chercher à tuer les gens. Néanmoins, il n’aimait pas perdre lorsqu’il s’agissait d’un défi alors, il était prêt à faire des nuits blanches pour s’entraîner. Nul doute que son épouse n’allait pas du tout apprécier ça. Il allait sûrement devoir attendre qu’elle s’endorme pour de bon avant de quitter en silence le lit. Bien que son niveau de discrétion était aussi élevé que son skill dans les jeux vidéos. Il risquait fortement de se faire attraper. Il allait devoir trouver une excuse. Même si Amélia connaissait son amour pour les jeux-vidéos, elle allait s’en doute lui hurler dessus qu’une nui était fait pour dormir et non pour jouer. Il pouvait déjà l’entendre d’ailleurs et il l’avait déjà entendu dans certaines occasions. Certes, aujourd’hui il s’était calmé mais il fut un moment où Bryan avait enchaîné les lives. Qu’ils soient nocturnes ou en pleine journée. A chaque fois, ses abonnés lui disaient d’aller se coucher, à croire qu’Amélia les avait bien élevé. Néanmoins, depuis qu’il était un homme marié, il arrivait à se contenir et suivait un emploi du temps. En parlant de complexe, es ce que lui-même en avait ? Hormis ses cheveux impossibles à couper, Bryan était plutôt satisfait de son physique. De toute façon, il n’allait sûrement pas changer à trente ans et hors de question qu’il fasse de la chirurgie. « J’espère bien, t’es bien comme t’es. » dit-il en secouant la tête. Et si jamais il lui avait dit le contraire, Bryan se serait fait une joie de lui lancer son verre en plein visage pour lui remettre les idées en place. Toujours adorable n’est ce pas ?  Il ne put s’empêcher de rire, es ce qu’il venait d’avoir l’imagine d’un Antoine grimpant en mode Spiderman dans les magasins ? Oui. Il faut qu’il arrête d’utiliser son imagination, ce n’était pas bon pour sa santé mentale. « Wow. La classe, vraiment. » dit-il en riant avant d’ajouter. « Si seulement, c’était aussi simple que ça. A chaque fois, j’ai toujours peur de faire tomber tout le rayon si je m’appuie un peu trop dessus. » Il laissa échapper un autre rire, après tout qu’est ce qui arriverait si par malheur un rayon tombait ? Cela ferait surement un effet domino drôle à regarder, sauf pour la personne responsable de ça. Là, Bryan était sûr qu’il songerait à creuser un trou pour s’enterrer ou bien changer d’identité.

« Oh tu sais, ce n’est pas pour dénigrer certains mais parfois ce sont les films à la mode qui sont de véritables navets. Après c’est chacun ses goûts, je suppose ? » dit-il en portant une main sur son menton. Le succès d’un film, parfois, n’était pas dû à l’histoire mais aux acteurs présents à l’intérieur. Alors forcément, Bryan de son petit nom n’avait aucune chance d’être choisi. Puis finalement es ce qu’il le regrettait ? Certes, il aimait pouvoir tourner dans plus de films mais cela lui avait ouvert une autre voie. Celle du jeu vidéo. Depuis gosse, il jouait alors là, le trentenaire avait la chance de jouer devant des personnes et de gagner de l’argent, que demander de plus ? Surtout qu’il se rendait aussi en conventions pour rencontrer ses fans. Il n’y a pas à dire Detroit avait changé sa vie. « D’accord, j’essayerai de te trouver ça. » dit-il en bombant le torse, comme s’il venait de recevoir une mission des plus capitales. « Tu sais, je réalise moi-même quelques petits films donc si jamais l’envie t’en prends, je pourrais très bien t’inviter dedans. » Bon, ce n’était pas du grand cinéma. Antoine ne verrait sûrement pas de grandes affiches avec sa tête dessus vu le peu de budget qu’ils avaient. Mais cela ferait un bon entrainement non ? Et qui sait peut-être qu’en jouant la comédie dans un petit film, un autre réalisateur le verrait. Bryan porta une main sur son cœur, comme s’il venait de subir une attaque des plus blessantes. « Je suis toujours sage. » dit-il avec un grand sourire. « On me prend même parfois pour un ange, c’est pour dire. » Es ce qu’un jour, il arrêterait de dire des âneries ? Non. Sans doute pas, c’était fichu. Bryan se passa une main dans les cheveux pendant que le joueur de foot lui parlait. Tout de même, il ne put s’empêcher de se demander comment il arrivait à gérer le stress. Lui dans ses conditions, souffrirait sans doute d’un mal de ventre horrible qui l’empêcherait de courir. Mais sans doute avec l’habitude, on devait s’y faire. « Enfin, l’idéal c’est que tu reviennes en entier, ce n’est pas comme si tu faisais du rugby… Si tu te casses quelque chose, c’est que les autres joueurs sont soit terrifiés de se battre contre vous et du coup, c’est la seule méthode qu’ils ont trouvé. Ou soit qu’ils sont juste violents. » Et ce serait vraiment effrayant. « Parfois, oui tu es vraiment obligé d’apprendre tout par cœur. Mais tu as des réalisateurs qui sont assez cools. Ils nous laissent un peu de liberté, du moment qu’on respecte le dialogue. Improviser rend le personnage encore plus réel. » De son point de vue. « Tu vas bientôt devenir un Papi dans ce milieu, fais gaffe. Le taquina-t-il avant de se mettre à rire. « Je te tiendrais au courant, y a pas de soucis. »

_________________
    you can't kill me.

    i'm not alive
    ANAPHORE
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine   

Revenir en haut Aller en bas
 
stay crazy, don't give a f. ▬ bryan&antoine
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fiche technique et news de Stay with me
» First Night : " A Crazy Man in Délirium" [pv Ed Free & Hélène Metz]
» I'LL GIVE YOU ANYYYYYYYYYTHING, I'LL GIVE YOU ANY RING.
» Crazy Minds
» Fate Stay Night RPG (demande de partenariat)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: CENTRAL L.A.-