Please ensure Javascript is enabled for purposes of website accessibility

AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
L.A NEWS Ils sont beaux, bronzés, glamours, attachants ou provocateurs, les stars, qu'on le veille ou non, font partie intégrante de nos vies. Nous sommes tous passionnés par ces célèbres faces, ces sourires plus ou moins francs et ces belles gueules qui valent des milles et des cents, mais vous êtes-vous déjà demandé ce que toutes ces paillettes peuvent bien cacher ? Hollywood semble trembler depuis l'arrivée fracassante de celle qui se fait surnommer 'la grande Moore'. Semble-t-il que la vipère a ouvert une voie inconnue pour tous les ouliés d'Hollwyood - lire la suite
CA Weather | septembre 2022, 30° C. grand soleil.
Graphisme de WATSON et codage réalisés par shock wave, cccrush, arthémis, Felicis, coeurdelion et terrible. OH! est un forum célébrité ouvert en juillet 2014.
-40%
Le deal à ne pas rater :
-40% Nike Waffle One – Chaussure pour Homme
65.97 € 109.99 €
Voir le deal

She's like the wind ✧ Ester & Nathaniel
Nathaniel Whittaker
Nathaniel Whittaker
kingdom on earth
Skywalcino ✧ Elle/Il (Irl) · Tu/Il (InRP)
15
27 ans.
Réalisateur en devenir.
Ame solitaire, coeur énamouraché.
bambieyes (ava) · SAMURAI (signa) · wyngarde (gifs) · kaiyeolhuns (icons) sunset (crackship)
✧°~ Soft hearted

She's like the wind ✧ Ester & Nathaniel 752dbd79469d928aa13a73316e824b82eacea69e She's like the wind ✧ Ester & Nathaniel 144fdb656552fe9254b721d1e566d97c19a48d30

« Baby, look at me, Mama love you. And I know you ain't no little boy no more, but you'll always be my baby. It seems like only yesterday I was holding you in my arms…Now look at you now big one, but I worry about you. I worry about you all the time... Hangin' out on the corner, all times at night with the cruel people baby, that ain't nothin' but trouble. I always taught you that you could have whatever you dream, well, I want you to hold on to that dream, baby, hold on to it real tight, ‘cause the sky's the limit. »

She's like the wind ✧ Ester & Nathaniel Giphy

25.08.22 12:58

Elle se résumait à un souvenir. Une ombre floue logée à l’arrière de son crâne. Pourtant, les sensations, elles, étaient nettes, d’une précision presque chirurgicale. Un seul regard fut échangé — unique contact entre ces deux êtres durant cette longue soirée mouvementée. Il avait suffi à créer une bulle, un univers parallèle dont Ester et Nathaniel étaient les seuls habitants. Savait-elle qu’elle était en possession d’une arme redoutable ? À peine posé sur lui, son regard avait tout balayé. Trop tard pour lui ; son cœur venait d’être pris en otage. Fugace fut l’éclair, puissantes furent les sensations. Le vertige que Nathaniel avait eu à ce moment-là, il l’avait mis sur le coup de l’alcool qui l’avait aviné. Au fond, le jeune réalisateur savait que ce n’était qu’une excuse pour se rassurer. Avouer qu’il avait eu un coup de foudre pour elle, ça lui donnait bien plus le vertige que tout le reste. Quand il y pensait, sa gorge se serrait — la faute de ce cœur qui s’emballait avec violence, une sensation intense qu’il n’avait jamais connue jusqu’ici. Par moment, Nathaniel se trouvait ridicule : ressentir un tel bouleversement pour un simple regard ? C’était digne d’un adolescent victime de ses premiers émois amoureux. Pourtant, le sentiment était bien là, imprégnant chacune de ses cellules. Il n’avait jamais été aussi certain de toute sa vie : il savait que ce n’était pas l’histoire d’un soir ou un attachement passager. La jeune femme devint rapidement une idée entêtante pour se muer en une obsession pure et simple. Il avait soif d’elle. Soif de la revoir et de se perdre à nouveau dans ses yeux enchanteurs.

Sa timidité maladive l’avait empêché de l’aborder ce soir-là. Il s’en était mordu les doigts, se maudissant chaque fois qu’il revenait au club pour espérer l’apercevoir et qu’Esther brillait par son absence. Peut-être ne reviendrait-elle jamais… Nathaniel s’accrochait pourtant à cet espoir et il avait eu raison de ne pas abandonner. Après deux semaines d’une attente interminable, la voilà enfin. Elle dansait parmi la foule, mais lui, il n’avait vu qu’elle, immédiatement attiré par sa lumière tel le papillon de nuit qu’il était. En la revoyant, il fut percuté par le même sentiment qui l’avait submergé la première fois. En y réfléchissant, il avait même l’impression que l’éclair était bien plus intense cette fois-ci. Nathaniel s’enfermait à nouveau dans cet univers où seuls elle et lui existaient en harmonie. Tout autour de lui fonctionnait au ralenti — il n’y avait qu’Ester qui avait de l’importance.

Il ne pouvait cependant pas la rejoindre tout de suite — il aurait été totalement impoli de sa part de ne pas rester un peu avec ses amis, même si cela le démangeait. Il était là sans être là, ne quittant jamais sa déesse des yeux si ce n’est quelques instants quand leurs regards avaient le malheur de se croiser brièvement. La revoilà à l’œuvre avec son arme létale ! Elle embrassait son cœur et le restant de son âme, le transportant dans un tourbillon dont il ne voulait pas réchapper. En conséquence, Nathaniel baissait ses yeux quand cela arrivait ou regardait ailleurs, un discret sourire niché dans le coin des lèvres. S’il était en pleine lumière, on aurait même pu distinguer de jolies rougeurs contre ses joues. Il est piqué d’elle et ignorait comment l’aborder sans paraitre ridicule. Il craignait de ne pas être à la hauteur de cette femme pour laquelle il était tombé en pâmoison.

Il saisit l’occasion quand, depuis quelques chansons déjà, le disque-jockey plongeait un peu plus l’ambiance de la soirée dans les années 80 en diffusant un slow : She’s like the Wind interprété par Patrick Swayze en collaboration avec Wendy Fraser pour le film Dirty Dancing.
She’s like the wind through my tree
She rides the night next to me
She leads me through moonlight
Only to burn me with the sun
She’s taken my heart
But she doesn’t know what she’s done…

Les paroles faisaient écho à sa propre situation. Quoi de mieux que cette approche pour amorcer une conversation ? Il allait même faire plus que cela : il allait l’inviter à danser. Un exploit pour cet immense timide ! Pour elle, il voulait faire cet effort. Hors de question que sa timidité le domine. Après avoir soufflé un bon coup, Nathaniel se sentait enfin prêt pour aller la voir. « Je reviens. » lançait-il à ses amis qui le considéraient d’un œil intrigué. Nathaniel ne reculait pas et s’avançait d’un pas déterminé vers Ester. Il sentait les battements de son cœur s’alourdir à mesure qu’il s’approchait d’elle. Sa timidité lui hurlait de repartir, qu’il allait se prendre un mur. Nathaniel faisait la sourde oreille. Il ne comptait pas laisser passer sa chance une deuxième fois. Il voulait Ester et il ferait tout ce qui était en son pouvoir pour partager un instant quelconque avec elle, qu’importe son amplitude dans le temps. Les secondes s’habillaient d’éternité avec elle, il le savait. Il en était persuadé.

La voilà. Elle était installée avec ses amies sur les sièges du coin V.I.P. Nathaniel n’en revenait toujours pas du cran qu’il avait eu de venir jusqu’ici ! Jamais il n’avait fait un truc pareil auparavant. Il était plutôt fier de lui, c’est vrai. « Excusez-moi… » Il n’était plus qu’à quelques pas d’elle — son Eden qu’il touchait du bout des doigts ! Il sentait les regards curieux de ses amies se poser sur lui, accentuant son stress qu’il dissimulait tant bien que mal. Le sol se dérobait sous ses pieds : Nathaniel voulait fuir, mais il tenait bon.

… Just a fool to believe
I have anything she needs
She’s like the wind…

Nathaniel n’observait Ester pas. Il l’admirait avec toute la dévotion dont il était doté à son égard — un regard totalement perceptible malgré la pénombre dans la boîte.

… Am I just fooling myself
That she’ll stop the pain
Living without her
I’d go insane…

La musique continuait. Après un bref silence, il osait enfin lui tendre sa main. Il ne pouvait plus reculer. « Je vous regarde depuis tout à l’heure et… je me demandais… si vous accepteriez de danser… avec moi. » Nathaniel adressait un sourire discret à Ester, à l’image de sa timidité qui le bouffait. Il crut qu’il allait s’évanouir tant l’émotion était forte, tant il craignait un refus de sa part. La musique n’aidait pas — les paroles résonnaient si profondément en lui… Tout un tas de perturbation et de doute l’assaillait, mais il les ignorait copieusement. Tout ce qu’il voulait, c’est qu’elle lui prenne la main pour qu’elle danse avec lui pour le restant de la chanson. Il se moquait de l’environnement autour d’eux — il n’y avait qu’elle et lui qui comptait dans leur univers naissant.
Ester Expósito
Ester Expósito
take my breath away
sunset
4
22 ans.
actrice et mannequin.
en couple.
bambi eyes (avatar)
19.09.22 19:23



La pièce est plongée dans l'obscurité, les lumières sont braquées sur la piste de danse. Tu te trouves parmi la foule Ester et tu bouges ton corps au rythme de la musique. Tu te fiches du regard des autres — peut-être parce que tu sais que tu bouges plutôt bien — mais pas seulement. Même si ça n'avait pas été le cas, tu aurais dansé comme t'en avais envie. Il s'agit là d'une petite sortie entre filles ce soir, une soirée pour se retrouver, se raconter les potins du moment et danser jusqu'au petit matin. T'aimes ce genre de soirées, la sensation de la musique qui résonne dans tout ton être, cette bonne humeur qui t'envahit. T'étais pas revenue depuis un certain temps, ton emploi du temps assez chargé en est la cause. Mais te revoilà au club et tu comptes passer une bonne soirée. Pendant que tu danses, les hanches se balançant d'un côté à l'autre dans un rythme, tu le cherches des yeux dans la foule. Ce regard qui t'a transporté la première fois que tu l'as vu. Ces beaux yeux dans lesquels tu as rêvé plusieurs fois de te noyer à défaut de l'avoir réellement fait à ta précédente venue. T'as regretté de ne pas avoir été à la rencontre de cet inconnu car un simple regard t'avait charmé et cloué sur place. T'étais pas si rapidement fébrile pourtant, mais t'as ressenti quelque chose ce soir-là. Un truc inexplicable, mais t'as envie de le ressentir à nouveau. Tes yeux se perdent donc sur chaque visage masculin en espérant tomber sur celui que tu désires croiser. Ton espoir s'évapore peu à peu, tu te fais à l'idée qu'il ne doit certainement pas être là. Quelle est la probabilité pour que vous vous croisiez à nouveau ? Très petite, t'as donc peu d'espoir malheureusement.

Les minutes passent, défilent à toute vitesse. Tu dis faire une pause à chaque chanson, puis finalement rester parce que tu aimes particulièrement celle-ci. Et tu le vois enfin. L'instant est bref, un frisson électrise tout ton être. Tu n'y croyais plus et le voilà. L'espoir renaît tout comme cette douce sensation. Une amie attire finalement ton attention, tu quittes alors ce séduisant homme du regard pour lui accorder ton attention. Tes copines sont assoiffées, toi aussi à force d'avoir tant dansé. Vous quittez donc la piste de danse pour gagner le coin V.I.P. Vous vous installez sur des sièges et vous discutez tout en sirotant vos boissons. En plus de celle alcoolisée tu as demandé un verre d'eau car c'est surtout de ça que ton corps a besoin à cet instant. L'alcool ne désaltère pas, au contraire. Une conversation est lancée avec tes copines. « Excusez-moi… » souffle une voix masculine près de toi. Tu te tournes pour faire face à ton interlocuteur et quelle surprise tu as en reconnaissant ce visage que tu avais brièvement croisé dans la foule tout à l'heure. Un sourire se dessine immédiatement sur tes lèvres, heureuse qu'il calme cette frustration de ne partager que de brefs regards avec lui. Tu peux à présent le regarder, et de près en plus de ça. T'es aucunement déçue par ce que tu vois, tu trouves qu'il dégage un charme qui te transporte. Tu t'attends à ce qu'il te propose de t'offrir un verre, mais au lieu de cela il te propose une danse. « Je vous regarde depuis tout à l’heure et… je me demandais… si vous accepteriez de danser… avec moi. » Tu poses les yeux sur cette main qu'il te tend, une main bien plus grande que les tiennes, et tu relèves ensuite le regard vers son visage. Tu prends une dernière gorgée de ta boisson, poses le verre sur la table et tu saisis cette main qu'il t'offre. Tu sens qu'il hésite, mais finalement il presse ta main dans la sienne. Tu décides de prendre les commandes, passes devant lui pour le guider jusqu'à la piste de danse.

La piste s'est vu être quittée par la plupart de ses danseurs face à ce slow qui passait. Pas aux goûts de tout le monde malgré le fait qu'elle reste culte, tu es ravie de danser dessus. Dirty Dancing est un film que t'affectionnes particulièrement. La mode des slows se perd à tes yeux, tu trouves ça dommage car ces derniers existent depuis des années et des années et sont intemporels pour toi. Désormais arrivés au milieu de la piste de danse, ta main quitte la sienne pendant que ton corps s'approche doucement du sien. Tes bras glissent sur ses épaules et tes mains se croisent derrière sa nuque sans pour autant la toucher. Une fois ses mains placées contre ta taille tu fais un premier pas. Puis un autre. Et tu te laisses ensuite guider par l'inconnu au rythme de cette douce mélodie. Le silence est roi mais ce n'est pas gênant entre vous. Vos regards ancrés l'un dans l'autre, tu te retrouves envoutée par la douceur de ses traits, la beauté de ses mirettes. Sa beauté te semble irréelle. Tu te rapproches un peu plus de lui en le sentant un peu plus à l'aise. Ton but n'est pas de le brusquer, tu souhaites avant tout qu'il soit à l'aise, naturel, avec toi. Tes mains se dénouent pour venir se poser délicatement contre sa nuque, l'une d'elle se pose même à la naissance de ses cheveux, et vous poursuivez votre danse sans vous préoccuper du monde qui vous entoure. « Je ne pensais pas qu'on se recroiserait, mais le hasard fait bien les choses je trouve. » souffles-tu assez près de son visage pour qu'il puisse t'entendre. Le slow vous obligeait une certaine proximité déjà. Tes doigts caressent légèrement ses petits cheveux et ce pendant quelques longues secondes. Tu t'en rends subitement compte, tes joues prennent alors une teinte rosée dû à la gêne et tu stoppes ces caresses incontrôlées. Mauvaise habitude que t'as. « alors comme ça, on me regarde depuis un moment ? » tu fais référence à ce qu'il t'a dit en t'invitant à danser. Question purement rhétorique, tu sens bien son regard sur toi depuis que tu l'as croisé. Et t'aimes ce regard qu'il pose sur toi, respectueux et qui donne envie à ce qu'il poursuive sans poser les yeux ailleurs. Tu te sens belle à travers ce regard.
She's like the wind ✧ Ester & Nathaniel

Sauter vers:  
-