AccueilAccueil  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  
Contexte Ils sont beaux, bronzés, glamours, attachants ou provocateurs, les stars, qu'on le veille ou non, font partie intégrante de nos vies. Nous sommes tous passionnés par ces célèbres faces, ces sourires plus ou moins francs et ces belles gueules qui valent des milles et des cents, mais vous êtes-vous déjà demandé ce que toutes ces paillettes peuvent bien cacher ? Hollywood semble trembler depuis l'arrivée fracassante de celle qui se fait surnommer 'la grande Moore'. Semble-t-il que la vipère a ouvert une voie inconnue pour tous les ouliés d'Hollwyood - lire la suite

Graphisme de old one et codage réalisés par Felicis, coeurdelion et terrible. OH! est un forum célébrité ouvert en juillet 2014. Pas de lignes minimum, 1 RP tous les 10 jours.
-40%
Le deal à ne pas rater :
Couette anti-Acariens – 220 x 240 cm – Blanc
20.99 € 34.99 €
Voir le deal

oneirism - - hayden x natalie.
Natalie Portman
Natalie Portman
breathe me in
Skywalcino. | She/They (Irl) · Tu/Elle (InRP)
43
La quarantaine enfin acquise. Aucune crise à l'horizon, tu acceptes parfaitement ce chiffre tout rond.
Actrice, productrice, réalisatrice.
Mariée, mais ton couple part à la dérive depuis quelque temps.
sicecream (ava) · may0osh (gif) · siren charms (sign)

oneirism - - hayden x natalie.  Tumblr_inline_nulwe44Vfb1qlt39u_250

28.12.21 15:42
— Oneirism —


Autour d’elle, tout n’était que néant. La moindre étincelle de bruit fut réduite à l’état de brouhaha incertain. Tu n’étais pas là. Du moins, tu n’étais plus là depuis un moment. Quand on t’adressait la parole, tu ne répondais que par des sourires polis ou des onomatopées. Les gens étaient surpris de voir que tu ne faisais aucune phrase de plus de trois mots, toi qui étais si éloquente d’ordinaire. « Tout va bien Natalie ? » te demandait-on aux débottées. « Oui. Je crois que j’ai trop bu. » Tes lèvres s’habillaient d’un sourire d’apparence. Tu ne pouvais pas leur répondre franchement et dire que tu étais déçue de ne pas voir celui qui errait dans tes songes depuis plusieurs nuits. Tu étais venue presque pour lui en plus. Tu te sentais ridicule. Tu avais même envie de partir. Pour oublier cette déconvenue, ce plan que tu t’étais fait toute seule dans ta tête tel une adolescente vivant ses premiers émois, tu te noyais un peu dans l’alcool. Le champagne était bon. Il t’enivrait. La conversation que tu eus avec Oscar Isaac t’aidait. Tu riais enfin. Il faut dire qu’il était amusant, bien moins timide et réservé que toi. Il était un peu le seul à avoir osé t’aborder. À croire que tu impressionnais les gens. Tu ne comprenais pas trop. Et tu ne comprendrais sûrement jamais — tu n’étais ni plus ni moins qu’une humaine comme eux. Ta carrière n’ajoutait aucune valeur marchande à la matière brute que tu étais. Tu restais humble, ne te considérant jamais comme exceptionnelle.

Une heure s’était écoulée. Aucun signe du prince charmant malgré tes incessants balayages de la pièce à l’aide de ton regard. Tu soupirais. Tu tentais une nouvelle fois de tromper ton ennui en t’installant à une table avec d’autres acteurs. Tu grignotais un bout, sans envie. La gorgée que tu buvais était du même acabit. Jusqu’à ce que ton attention soit attirée par un léger mouvement de foule. « Hayden, enfin te voilà ! » Un frisson violent, intense, courait le long de ta colonne vertébrale pour déchirer ta peau. Il continuait son ascension jusqu’à ton cervelet décuplant tes sens déjà déchaînés. La simple évocation de son nom diffusait sous forme de flash ce rêve qui te hantait depuis des mois. La sensation était si forte que tu réprimais presque un gémissement, renversant ton verre de champagne sur la table. Qu’est-ce qu’il t’arrivait ? « Merde ! Mais quelle idiote ! » Tu perdais tes moyens. Tu te fustigeais. Si tu te voyais, tu rirais surement du ridicule dans lesquels tu te pavanes. Les flashs continuaient, ta respiration s’accélérait légèrement à cause de tes battements du cœur… Tu t’acharnais contre cette pauvre table. Dans ta débâcle, tu sentais qu’on attrapait tes mains — Mark Hamill. Il te lançait un sourire tendre, bienveillant. Tu retrouvais le tien. Il avait arrêté la crise dans laquelle tu t’étais engouffrée — dieu de l’instant dont tu pourrais être la fille. « Laisse ça, sweetheart. Quelqu’un va s’en occuper. C’est pas grave. » Tu lâchais tes serviettes trempées après que l’interprète de Luke eut rendu la liberté à tes mains. Tu le remerciais. Il faisait signe à l’un des serveurs avec la sienne. Tu te dérobais. « Excusez-moi, je dois accueillir l’invité qui vient d’arriver. » Si le sourire que tu affichais se voulait poli, il reflétait surtout ta timidité du moment. Tu appréhendais de le revoir, de lui parler. Que se passerait-il quand tu le confronterais après vingt ans de silence ? Alors que tu perdais les pédales juste en entendant son nom ? Ton ventre se nouait d’angoisse.

Un petit groupe s’était amassé autour de lui. Toi tu arrivais dans son dos, sans oser interrompre les conversations qu’il avait entamées. Ton cœur battait fort. Trop fort. Dire que tu n’avais qu’à tendre le bras pour le toucher et retrouver ces sensations que tu avais à peine effleurées lors de ton rêve… Au bout de quelques minutes, le monde qui l’entourait commençait enfin à délaisser le fruit de ton fantasme incongru après tant d’années. À ton tour d’entrer en scène. « Hayden. » appelais-tu simplement, la voix presque étouffée par l’émotion, alors que ton cœur s’était éteint, effondré sur lui-même pour exploser telle une supernova dont les ondes intenses résonnaient au travers des cellules de ton corps. La deuxième claque arrivait quand il se tournait face à toi. Vingt ans de silence, vingt ans de rien que tu regrettais. Et pourtant, il n’avait pas changé. Quelques rides en plus, mais c’est tout. Tu retenais ton souffle. Tu avais tellement imaginé et espéré ce moment au fond de toi que tu étais presque émue. Toutefois, tu ne laissais rien transparaitre. Tu t’étais assez donnée en spectacle. « Je suis si contente de te revoir ici. Ça fait longtemps. » Sans pour autant perdre de son charme, ton sourire était maladroit, tremblotant. Tu tentais de le cacher au mieux. Hayden était à mille lieues de s’imaginer qu’une tempête dévastatrice se déroulait au même moment dans ta tête — ton cerveau prenait un malin plaisir à accentuer l’intensité de cette réalité que tu t’étais créée à travers ce fameux rêve. Pour te rendre folle. Pour te faire perdre pied. Tes émotions étaient déchaînées. La tempête s’accompagnait d’un orage quand un éclair vif parcourait ton échine quand tu eus l’audace de poser ta main contre son bras et de le presser dans un geste purement amical. Tu n’osais pas encore lui donner d’accolades, gardant une certaine distance. « J’ai bien cru que tu ne viendrais plus alors que tout le monde est là ! » Tu riais, essayant de te détendre. De fuir. Tu te demandais si tout cela était bien réel ou si tu ne te trouvais pas encore dans un rêve.

(c) élissan.

_________________
- - don't leave me now, all alone in this crazy world when I'm old and cold and grey.
Hayden Christensen
Hayden Christensen
forest fire in design
Nirvana + Il inrp / Elle irl
40
40 ans et une bonne dépression.
Acteur
Divorcé depuis 2014. Quelque relations amoureuses peu sérieuses depuis, mais célibataire.
Xx
28.12.21 22:20

 
Oneirism
Natalie & Hayden


Il était passé 21h lorsque je quittai la villa dans laquelle j’avais élu domicile depuis mon divorce avec Rachel. Elle était un peu excentrée du centre ville et donc plus au calme, mais néanmoins très proche de l’océan.  Je ne regrettais pas cet achat, je ne m’étais d’ailleurs jamais séparé de ce bien immobilier, ça voulait tout dire. J’avais la garde de ma fille une semaine sur deux et cette dernière semblait apprécier sa chambre et son environnement dans ma demeure. Qui était également la sienne, d’ailleurs. Elle était cependant malade ce soir, raison de mon départ tardif. Inquiet, j’avais attendu qu’elle soit profondément endormie avant confier sa surveillance à ma sœur, qui avait accepté depuis longtemps de jouer à la baby-sitter pour la soirée.

Parce que oui, ce soir avait lieu une réunion des acteurs de Star Wars, à laquelle j’avais accepté de participer. Beaucoup seront là et je devais bien avouer qu’il y en avait que je n’avais plus revu depuis une éternité. A commencer par toi, qui avait été malgré tout ma partenaire principale lors des films que j’avais tourné pour la licence. Assis à l’arrière du taxi que j’avais commandé, je laissai mon esprit s’envoler sur les souvenirs que j’avais dû tournage de Star Wars. Des entres-scènes également, ainsi que des moments de promotion que nous avions réalisé afin de promouvoir le film. Cela me semblait appartenir à un monde passé. J’eus une pensée émue pour Carrie, que j’avais rencontré à l’époque et avec qui j’avais échangé de manière ponctuelle des nouvelles au fil des ans. Je lui avais envoyé un faire-part lors de la naissance de Briar et elle avait su me conseiller lors de mon divorce.

Mais je décidai de chasser ces sombres pensées de mon esprit en arrivant à destination. Évidemment, j’étais le dernier arrivé et me faisait ainsi remarquer. Je détestais cela, mais affichai un sourire sur mes lèvres en arrivant. Certains se levèrent pour me saluer et cela me fit malgré tout chaud au cœur. J’expliquai la raison de mon retard à Pernilla et Ewan, qui semblèrent comprendre assez rapidement. Après tout, eux aussi étaient parents. Puis j’entendis ta vois dans mon dos, me faisant me retourner machinalement, même si je l’avais reconnue immédiatement. Malgré le laps de temps qui s’était écoulé depuis la dernière fois où on s’était vus. « Natalie » te saluai-je en retour sans me départir de mon sourire. J’étais sincèrement heureux de te revoir, après tout ce temps. Tu n’avais pas changé. « C’est vrai… Vingt ans, au moins. Impressionnant cela dit, on dirait que c’est l’âge que tu as » m’amusai-je, avant de m’avancer de quelques centimètres pour t’enlacer avant que tu ne me questionnes sur mon retard. « Oui, moi qui déteste être en retard… Mais ma fille était malade, je ne pouvais pas la laisser comme ça » Je haussai les épaules, esquissant un sourire d’excuse.

« Venez vous asseoir les jeunes » nous lança-t-on de loin en nous désignant une place laissée en bout de table. Obéissant sagement, je t’emboîtai le pas en direction des sièges qui nous avaient été proposés. Sans que je ne demande rien, je me trouvai avec une coupe de champagne dans une main et un petit four dans l’autre. « Bon je vais t’éviter la question bateau du « qu’est-ce que tu deviens »…  » dis-je pensivement avant de goûter la boisson du bout des lèvres. « Du coup… L’événement qui t’a le plus marqué dans ta vie depuis qu’on ne s’est pas vus? » J’eus un petit sourire amusé après ma question. En 20 ans, il y avait du avoir de la matière, ne serait-ce que dans ta vie profession elle.

KoalaVolant

_________________

disaster
I let go. Lost in oblivion. Dark and silent and complete. I found freedom. Losing all hope was freedom. @lifestyler

oneirism - - hayden x natalie.

Sauter vers: