AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 what remains can only be what's true. (dylmas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage

☆ fantastic animator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3291 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   Mar 17 Avr - 17:51

what remains can only be what's true.  // dylmas ※※※ Dès leur première rencontre, le courant était toute suite bien passé entre eux. Il faut dire que Dylan avait à cœur de s’entendre avec ses collègues de travail. Ce qui était normal après tout. C’était tout de même plus agréable de tous s’entendre que d’avoir des clans. Ce n’était guère dans sa nature de laisser quelqu’un de côté. Puis, entre Thomas et lui, ce fut un vrai coup de foudre amical. LE blond avait beau avoir l’air discret, en le pensant un peu, il avait pu découvrir un vrai gamin mentalement. Ce qui était un bon point lorsqu’on connaissait la mentalité du brun. « Mon visage ne dit rien. Mon visage reflète juste mon innocence ! » dit-il en se pinçant les lèvres. Dylan et innocent dans la même phrase, certains rouleraient sans doute des yeux, ne le croyant guère. Le jeune homme ne pouvait qu’être fier de son coup, le petit blond n’avait pas pensé à enregistrer. Ce qui le rassurait, après tout nul doute qu’il lui aurait rabâché à chaque fois sinon. Il serait sans doute devenu dingue et on l’aurait enfermé, bien qu’il ait toujours l’impression d’entendre sa voix dans sa tête. C’était effrayant, rien que d’y penser. « Faut parfois utiliser son cerveau. Tu sais, ce truc que tu as dans ta tête. Il faut parfois le faire chauffer. » Il sourit en toquant contre le crâne de Thomas.

Et finalement sans qu’il n’en comprenne les véritables raisons, il se mit à parler de l’enterrement de son ami. Non pas qu’il souhaite sa mort, loin de là même. Il n’oserait jamais imaginé une telle chose. Thomas était quelqu’un d’important dans sa vie et si jamais il le quittait de façon brutale, nul doute qu’il aurait beaucoup de mal. « Et bien, monsieur le râleur, trouves un autre sujet de conversation si celui-ci ne te convient pas. » dit-il en faisant semblant de bouder. Après tout, Dylan avait beau être bavard, si on ne lui parlait que très peu, il aurait bien du mal à rebondir dessus. Alors il faisait de son mieux pour éviter qu’un silence ne vienne s’installer entre eux. Certes, la mort n’était sans doute pas le meilleur sujet à aborder. Comme toute personne censée, Dylan en avait peur. Sans doute parce qu’il y avait été confronté il y a quelques années et qu’il s’était légèrement assagi.

Puis vint le moment où il aborda le baseball. Et comme il aurait du s’en douter, Thomas ne releva pas la discussion. Soupirant, il décida donc de changer de sujet. Cela allait être long si monsieur ne souhaitait pas parler. Finalement, peut-être que Thomas n’avait guère voulu venir ici et que le seul moment de lui faire comprendre cela, était de l’ignorer le plus simplement. Ce qui agaçait grandement le jeune brun. Il avait l’impression d’être en face une statue. Il parlait, il parlait sans avoir de réponse. Ou alors très courte comme celle qu’il venait de faire. « Après, c’est rare que je promène à pied dans la ville. Je n’ai pas vraiment eu le temps de prendre vraiment des congés depuis un moment. » Depuis son accident en réalité. A la reprise, il avait du enchaîner différents tournages. Il avait pris du retard avec ceux-ci étant donné qu’il avait eu besoin de plus de repos qu’il ne le pensait. Son père avait été un soutien de poids dans sa reprise. Lui-même l’avait dit dans un interview. Sans lui, jamais il n’aurait affronté de nouveau les caméras malgré sa passion pour celles-ci. Et son père avait bien fait, Dylan se sentait plus vivant que jamais, grâce à ça. Il balayait d’un revers de main les mauvais côtés pour ne penser qu’au bonheur que cela lui procurait.

A penser à son accident, il porta sans doute la poisse à son ami. Celui-ci glissa et fit une chute, se retrouvant ainsi obligé d’utiliser le dos de Dylan comme moyen de transport. Il leva les yeux au ciel en l’entendant parler. « Désolé, je préfère Dylan. » Dalan. Sérieusement, il aurait mieux fait de se taire. Thomas n’allait sans doute pas oublier ça de sitôt. Mais au moins, cela avait permis à l’ambiance de se détendre un peu plus, ce qui était appréciable. Il n’aurait guère supporté que Thomas fasse la tête longtemps. Comme quoi, cette chute avait eu du bon. Mais ça, il se garde bien de le dire à voix haute. « Tu sais que si tu fais ça, je vais te surnommer Princesse pour le restant de ta vie ? » dit-il sur un ton faussement menaçant. Nul doute qu’il ne se générait guère pour le surnommer de cette façon. Il aurait parfaitement à imaginer Thomas en princesse, rien que l’image lui donnait envie de rire aux éclats. Une fois sur son dos, il lui demanda s’il préférait rester à la cabane ou bien l’accompagner. « C’est gentil de ta part, merci. » Il était ironique, après tout Thomas était loin de peser très lourd. Mais c’était peut-être plus prudent qu’ils restent ensemble. « Peut-être oui mais j’aurais du être vigilant. Je sais que le coin est dérangeant alors j’aurais du te mettre plus en garde. » Dylan se mordilla la lèvre tout en continuant d’avancer. Il espérait tout de même trouver au plus vite une source d’eau afin que Thomas trempe son pied à l’intérieur. Il n’avait guère envie de rester ici en pleine nuit, certes il avait quelques ressources dans son sac mais sans plus. Et la nourriture pour lui, c’était sacré. « Je vais faire des tarifs élèves. Je serais un dos de luxe. » dit-il en ricanant doucement, faisant tout de même attention où il posait les pieds. « Tu m’étonnes ! La prochaine fois, on optera pour une simple balade sur la plage. Ce sera moins dangereux et on n’aura guère à chercher l’eau. » Dylan se mit doucement à rire avant de lui demander de surveiller les horizons. Le jeune homme continua de grimper, le soleil était toujours au rendez-vous et il espérait qu’il reste le plus souvent possible. Il ne se voyait guère se repérer dans le noir. Il repéra un panneau avec une carte. « Ah ! » Le jeune homme se dirigea vers celui-ci et commença à regarder le plan. « T’es doué pour te repérer ? Parce que moi je capte vraiment rien. » dit-il en plissant les yeux, essayant déjà de trouver où ils se trouvaient.          






(a) blue moon

_________________
    † from the moment you ran into the maze I knew I would follow you anywhere, we all have, no matter what the cost. Taking those first steps with you into the unknown, if I could do it all over again, I would.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ private planes
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 667 ☆ crédits : Vava : DΛNDELION, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   Jeu 3 Mai - 17:24



What remains can only be what's true
ft. Dylmas.


Thomas et Dylan… Ces deux-là une fois qu’ils se retrouvaient ensemble racontaient toujours tout et n’importe quoi. Comme si leurs cerveaux n’étaient plus correctement irrigués quand ils étaient tous les deux. Ce qui n’était pas impossible. Après tout il suffisait de voir leur comportement pour se poser la question. Le blond pouffa de rire en entendant son ami lui dire que son visage reflétait son innocence. « De nous deux ? Je crois que tu pourrais demander l’avis à n’importe qui qu’on te répondrait que c’est moi le plus innocent ! » Ben oui, les gens ont toujours donné le bon Dieu sans confession au blondinet. Sûrement parce qu’ils pensent tous ou presque qu’il a une bouille d’ange et de gamin. Même si ce n’était pas une chose qu’il aimait entendre… Pour preuve ça le faisait même sortir de ses gonds lorsqu’il n’en pouvait plus qu’on lui rabâche qu’il a le physique d’un ado. À la remarque de Mister O’Brien, l’Anglais leva les yeux au ciel. Genre il n’utilisait pas son cerveau ou très peu ? C’était sûrement mal le connaître que de penser ou dire ça à son sujet. D’ailleurs il l’utilisait même sûrement trop… Toutefois il ne répondit rien, ne sachant pas quoi dire.

Mister Sangster n’avait pas pu s’empêcher de râler tandis que son acolyte parlait de son enterrement. C’était d’ailleurs un sujet assez étrange venant de la part du brun. Après tout il est toujours d’un naturel joyeux, alors comment avait-il pu en arriver à parler de ça ? Toto n’en avait aucune idée. Il soupira en entendant la réplique de son ami mais décida de ne pas relever, ne voulant pas envenimer la situation pour ça. Il avait fallu attendre plusieurs autres sujets de conversation pour que Thomas décide de répondre à Dylan. En même temps quelle idée avec eu O’Brien de lui parler de l’emmener faire du sport, surtout quand on sait à quel point l’Anglais y est « allergique ». Mister Brodie-Sangster écouta son ami qui lui confiait qu’il n’avait guère eu le temps de prendre des congés. Il fit une petite moue avant de lui dire. « Faut savoir prendre le temps de se poser parfois… » Après tout un surmenage pouvait si vite arriver. Mais en même temps le petit blond pouvait comprendre le fait que Dylan ait envie/besoin de se plonger à fond dans sa carrière. Lui-même ressentait ce besoin, même si dorénavant il essayait de prendre un peu plus de temps pour lui. Non sans avoir peur que ça lui porte préjudice au fil du temps. Mais bon il ne pouvait pas non plus enchaîner plein de projets professionnels sans songer à se prendre un peu de repos. Nul doute que sa mère le tuerait s’il venait à se rendre malade à cause d’une surdose de travail.

Seulement là elle risquerait de l’engueuler parce qu’il venait de se faire mal alors qu’il se baladait en pleine nature avec son meilleur ami. Ce dernier se chargea même de le porter sur son dos pour éviter qu’il ne se fasse davantage mal. La bonne humeur était revenue entre les deux garçons. Comme quoi ils ne pouvaient guère se disputer longtemps. Évidemment Thomas était mort de rire de taquiner le brun sur son prénom. En même temps l’Américain lui avait tendu une perche qu’il s’était empressé d’attraper. Il ria un peu moins lorsque son meilleur ami le menaça de le surnommer princesse. Quoi qu’en fait il était un peu habitué aux surnoms ridicules puisqu’avant ils n’hésitaient jamais à se donner toutes sortes de surnoms en faisant semblant d’être un couple. Mais ça c’était il y a plusieurs années… Apparemment ils avaient évolué à ce sujet. Du moins peut-être… « Euh… Ça me rappellera juste la bonne époque… » Lâcha le blondinet en faisant référence à cette période où Dylan et lui s’amusaient beaucoup sans se prendre la tête avec ce que les autres pourraient en penser.

Le British n’était peut-être pas épais mais après tout combien de temps resteraient-ils ici ? Et dans combien de temps trouveraient-ils ce fameux point d’eau ? Donc oui autant que Dylan ne fasse pas d’aller-retour inutile et qu’il s’économise un peu. Même s’il ne semblait pas tout à fait d’accord avec ce que lui disait Thomas, c’était totalement égal à ce dernier qui pensait au bien-être de son ami. Tommy tapa doucement sur le dos de son ami. « Ne te flagelles pas pour ça ! Ça sert à rien… » Après tout c’était trop tard pour s’en vouloir, le mal était fait. Et puis même s’il avait prévenu le blond, pas sûr que ça aurait empêché sa chute.

Les deux amis plaisantèrent sur le fait que Dylan pourrait louer ses services comme porteur de personnes. Nul doute qu’il aurait pas mal de succès, surtout grâce au fait qu’il n’est pas un inconnu. Bon nombre de fans seraient bien heureux de pouvoir avoir le privilège de se balader à dos de Dylan O’Brien. « Ouais t’as bien raison ! » Avait répondu Thomas pour approuver les dires du brun. Le petit blond écouta ce que venait de lui dire son ami. « Ouais comme tu dis ça sera moins risqué et plus simple ! » Rétorqua le jeune Sangster qui ne serait pas contre une balade à la plage. Lieu qui lui parlait davantage que celui-ci, étrangement…

Les garçons continuèrent à marcher pour chercher l’eau. Dylan s’arrêta devant une carte et Thomas ne put s’empêcher de rire en pointant du doigt un endroit de la carte. « D’après ce gros point rouge on est ici ! » Il continua à regarder le panneau d’indication tout en regardant autour d’eux pour voir dans quelle direction ils devaient se rendre. Son regard alterna entre la carte et le paysage autour d’eux. « Hum je dirais qu’il faut continuer tout droit. Apparemment on n’est plus très loin. » Enfin en espérant que Thomas ne se trompe pas…

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

☆ fantastic animator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3291 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   Sam 5 Mai - 14:08

what remains can only be what's true.  // dylmas ※※※ Ils s’étaient bien trouvés ces deux-là, il n’y en avait pas un pour rattraper l’autre. Dylan était toujours un enfant dans sa tête, toujours de bonne humeur à mettre de l’ambiance. Un vrai petit clown même pendant les tournages. Et par chance, il était toujours tombé sur une bonne équipe. Dans Teen Wolf, il avait pu rencontrer une seconde famille et il ne comptait plus le nombre de fous-rire qu’il avait eu à l’époque. Cela lui manquait par moment, néanmoins, il n’était pas naïf, il savait qu’il y avait peu de chance pour eux de retourner ensemble. Cependant, le fait de partager une colocataire avec Tyler et Daniel comblaient le manque. Ils se voyaient régulièrement, et il voyait le plus souvent possible Dylan. Malgré les deux emplois du temps qui semblaient être l’extrême opposé. Puis, il y avait le cast de The Maze Runner qui avait vu grossir ses rangs au fils des opus. Il ne regrettait pas l’aventure et finalement après du recul, il était fier de ne pas avoir abandonné après son accident. Il avait toujours eu un moment d’appréhension lors des scènes avec cascades mais son courage avait pris le dessus sur tout le reste. Et Dylan ne pouvait que s’en féliciter. Il aurait été déçu de lui-même et surtout pour les autres. Puis, avec des personnes comme Thomas ou même Kaya, il était simple de travailler tout en s’amusant. « Ouais et bien, on se demande pourquoi. Surement à cause de tes cheveux blonds, ça te donne l’air d’un petit ange. Pff. Si seulement ils peuvent voir le vrai toi. Mais moi, je ne suis pas dupe. Je sais ce que tu caches Sangster ! » dit-il en plissant légèrement le regard, tout en le pointant du doigt bien que c’était fort malpoli. Sa mère ne l’avait guère éduqué de cette façon mais avec Thomas, il se permettait plutôt d’agir librement.  

Dylan n’était pas non plus un grand sportif, il s’entraînait pour les tournages et c’était tout. Un petit match de baseball de temps en temps entre amis mais guère du haut niveau. Pour lui, le sport était un passe-temps comme un autre. Tout le contraire de Thomas, il semblerait, ce qui l’amusait légèrement. Pauvre blondinet, il était mal tombé avec lui. « Oh mais je te rassure, je prends le temps pour moi aussi. Je pars souvent à New-York pour rejoindre ma famille et le week-end, je voyage. Certes, ce n’est que deux jours mais tu ne peux pas imaginer à quel point, ça fait du bien de changer d’air. » La preuve, la dernière fois, il était parti en voyage en Irlande avec son petit ami. Seulement deux jours mais cela lui avait fait du bien après cette séance de promotion intensive. Cela leur avait permis de se retrouver. Mais il ne voulait guère prendre de trop longues vacances, il savait que dans ce métier, c’était du donnant-donnant. Tout pouvait s’écrouler d’une minute à l’eau. Alors, Dylan préférait surfait sur son succès pour l’instant et voir ce que l’avenir lui réservait. Certes, il fallait tout de même faire attention à ne pas trop s’épuiser moralement au risque de faire une dépression et de craquer d’un coup. Chose que Dylan n’avait guère envie de connaitre. Il avait pu voir des célébrités perdre totalement l’esprit à force d’enchaîner les tournages. Dylan n’avait pas envie de subir le même sort. D’ailleurs, c’était pour ça qu’il avait songé à cette sortie en pleine nature, loin du boulot et du stress quotidien. La preuve, même les téléphones ne passaient pas. Détail qu’il regrettait maintenant étant donné que Thomas était blessé. Il devait reconnaître qu’il aurait pu ainsi téléphoner à du secours, mais il ne devait pas trop s’inquiéter. Peut-être que Thomas n’avait pas grand-chose, qu’un peu d’eau froide et du repos, et il marcherait de nouveau sur deux pieds.  

Princesse. Oui, il devait reconnaître que cela allait bien au blondinet. Surtout parce qu’il avait décidé de garder ses cheveux en peu plus longs. Puis, il le cherchait à le comparer à un cheval. « Parce que tu trouves que ça a changé ? » dit-il en regardant droit devant lui. Bien qu’il aurait bien aimé lui faire face pour lui poser ce genre de questions. Pour lui, ils avaient toujours la même amitié qu’avant, peut-être même plus forte vu les années qui passaient. Mais il faut croire qu’il était le seul à le ressentir de cette manière. Il espérait que Thomas l’éclaire un peu sur le sujet. Dylan s’en voulait, c’était normal après tout. Il aurait préféré que cela lui arrive à lui, bien qu’il ait du mal à imaginer Thomas le porter de cette façon. Le pauvre en aurait sûrement bavé. « Peut-être mais cela ne m’empêchera pas de m’en vouloir. Et j’espère que tu n’as rien de grave mais promis, dès qu’on retourne en ville, je t’invite là ou tu voudras pour me faire pardonner. » Il sourit doucement alors qu’il continuait sa route. La pente était dangereuse alors il fallait faire attention où il mettait les pieds. Le jeune brun espérait trouver rapidement un petit coin d’eau où ils pourraient se reposer et boire un peu. Avec cette chaleur, Dylan commençait à avoir la bouche qui se desséchait. « Je rêverais de me jeter dans l’eau, là. »  Dylan se mit doucement à rire avant d’enfin atteindre un panneau d’indication. Ok, avec ses crois et ses flèches de partout, le jeune homme avait bien du mal à se repérer. Ils ne pouvaient pas faire plus simples comme carte, sérieusement. Par chance, Thomas semblait bien plus intelligent que lui. « Ok. » Il hocha la tête en regardant le point rouge. « Très bien, Princesse. Let’s Goo ! » Dylan était reboosté de savoir qu’ils n’étaient plus très loin. Relevant légèrement Thomas de son dos, il reprit la marche avec un peu plus d’entrain. Il se demandait comment allait être ce point d’eau. Et il ne fut pas déçu du voyage. Une bonne de quinzaine de minutes plus tard, il crut entendre le bruit de l’eau. « Tu entends ça ? »  Il avait l’air d’un gamin désormais et il accéléra le pas jusqu’à tomber sur le point d’eau. « Enfin ! » dit-il en soupirant, il était plutôt content d’avoir trouvé.





(a) blue moon

_________________
    † from the moment you ran into the maze I knew I would follow you anywhere, we all have, no matter what the cost. Taking those first steps with you into the unknown, if I could do it all over again, I would.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ private planes
avatar
Camila Mendes



☆ in hollywood since : 30/07/2014
☆ interviews : 1448 ☆ crédits : regarder

MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   Mar 15 Mai - 14:31


Little Joke
Camila as Gandalf

>
Camila avait perdu à une jeu débile avec l'un de ses amis, Cole lui avait poser une question, et Cam n'avait pas réussis à lui répondre, résultat la jeune brune avait un gage à faire. Elle avait tout fait pour négocier avec Cole, mais il ne voulait rien savoir et donc lui a lancé le défi de se déguiser en gandalf et de prononcer sa fameuse phrase à des personnes que Camila devait croiser en ville ou autour. L'actrice était bonne joueuse alors forcément elle devait relever ce défi, elle ne voulait pas décevoir son partenaire à l'écran. L'actrice traînait alors à San Fernando Valley, tout en était déguisé en ce fameux Gandalf. Heureusement qu'elle avait le déguisement sinon, on l'aurait reconnu immédiatement. Cam était adossé à un arbre et observait les personnes qui passaient, c'est là qu'elle vit deux hommes passer près d'elle. Automatiquement, c'était à eux qu'elle allait faire cette petite blague. Les moustaches du déguisement la chatouillait comme pas possible, mais elle devait malgré tout faire son défi. Elle fit quelques sauts et se posa pile devant les deux hommes, qu'elles reconnaissaient. C'était deux acteurs, Dylan O'Brien, qu'elle avait adoré dans teen wolf et Thomas qui était son frère de coeur. Heureusement qu'elle était bien déguisé, sinon Thomas l'aurait reconnue illico. AH NON,  VOUS NE PASSEREZ PAS !! dit-elle d'une voix rauque pour qu'on ne voit pas qu'elle était une fille. Elle fit alors barrage pendant quelques minutes, au moins le chemin n'était pas long alors elle pouvait le bloquer.

Les deux acteurs semblaient amusés par ce que l'actrice venait de faire, elle faisait de son mieux pour se retenir de rire..elle se forçait limite à garder sa bouche fermé, puis une fois les 10 minutes passés, elle s'inclina et disparu du chemin, retournant derrière son arbre. Vivement qu'elle retire ce déguisement, elle crevait de chaud la dedans.


(c) DΛNDELION


HJ : BISOUS VOUS DEUX

_________________
    when I say I love you, just shut up
    Bang-bang baby, down you fall Ain't you mister know-it-all? Ego, ego Bang-bang baby, down you fall Ain't you mister know-it-all?
    (c) motley control
Revenir en haut Aller en bas

☆ private planes
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 667 ☆ crédits : Vava : DΛNDELION, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   Lun 21 Mai - 0:38



What remains can only be what's true
ft. Dylmas.


Comme à leur habitude les deux amis aimaient se taquiner. En même temps comme le dit si bien le dicton : Qui aime bien châtie bien. Pour sûr ça se vérifiait avec eux deux. Le blondinet fit un sourire avec une tête d’ange tout ça pour embêter le brun et approuver ses dires. Puis Thomas ricana. « Ah ouais et qu’est-ce que je cache alors dans ce cas ? » Avant de rajouter. « T’as quelque chose contre mes supers cheveux blonds ? Hum ? » Dit-il en levant le menton comme pour le défier de dénigrer sa chevelure dont il était assez fier. Probablement une des rares choses qu’il aime chez lui d’ailleurs. Le jeune Sangster de sa main poussa le doigt de Dylan. « Enlève ça de sous mon nez s’il te plait ! » S’il continuait à devoir regarder le doigt de son meilleur ami de si près il finirait sûrement par loucher. Et il n’avait franchement pas envie de se retrouver avec un problème de vue. Non merci.

Thomas comprenait parfaitement son ami qui voulait profitait de l’envol de sa carrière pour continuer à avoir plein de projets professionnels mais il espérait aussi que le brun prenne quand même du temps pour lui, pour récupérer. Il n’avait pas trop envie que Dylan se retrouve à faire un burn-out parce qu’il enchaînait trop de tournages. Il souria aux propos de son ami. « Tant mieux c’est ce qu’il faut, se ressourcer pour éviter le surmenage. » Il le regarda un instant avant de rajouter. « Je crois que si je sais justement… » Même s’il était ici depuis seulement quelques semaines, sa famille et sa ville natale lui manquaient  cruellement. Il était bien trop proche de son clan avant. Alors forcément ne plus pouvoir voir sa famille comme par le passé lui faisait tout drôle. Mais bon par chance il vivait en coloc avec son cousin, c’était déjà ça. Au moins avec lui il pouvait parler d’eux et aussi de leur très chère Angleterre. Du coup ce n’était pas un dépaysement total, même s’il avait quand même un peu de mal à se faire à la vie ici.

Malgré le fait que le pauvre petit Anglais s’était fait sacrément mal à la cheville et qu’il devait se faire transporter sur le dos de Dylan, merci à ce dernier de le lui avoir proposé, il gardait sa bonne humeur grâce au brun et aux bêtises qu’ils se disaient. « Je dirais que oui. Tu trouves pas toi ? » Est-ce que le jeune Brodie-Sangster était le seul à avoir senti ce changement dans leur amitié ces dernières années ? Visiblement oui puisque l’Américain lui posait cette question. « Rappelle-toi l’époque où on était allés à Coachella, tu te souviens pas tous les surnoms ridicules qu’on se donnait en faisant semblant d’être un couple. » Rien que d’y repenser il ne pouvait s’empêcher de rire. Surtout qu’en plus l’un ou l’autre faisait comme s’il était une femme. Bon Dieu ces délires qu’ils avaient à cette époque-là. Ça paraissait tellement loin maintenant.

Décidément ce que le jeune O’Brien pouvait se montrer têtu. Non pas que ça étonnait Thomas. Après tout il était habitué à voir son ami comme ça mais quand même. « T’as pas lieu de m’emmener ou m’inviter où que ce soit puisque tu n’as rien à te faire pardonner à mes yeux… » C’est vrai quoi si le blond avait fait cette vilaine chute c’était uniquement à cause du hasard et peut-être aussi parce qu’il n’avait pas fait attention à l’endroit où il avait posé son pied. Mauvais karma, voilà tout. « Après pour le reste ça je peux pas te dire. » Répondit le blondinet en grimaçant. Lui aussi espérait bien n’avoir rien de grave. Il n’avait pas envie de se retrouver avec des béquilles. Il n’en a jamais eu et ne saurait probablement pas se déplacer avec ça.

Durant la descente que prenait Dylan, Thomas resta bien accroché à son cou, ne voulant pas tomber en arrière au risque de se casser la figure et peut-être se fissurer un membre. Si ce n’était pas déjà fait d’ailleurs. Tommy ria de bon cœur avec son ami. « Et moi je rêve de la bouteille d’eau qui est dans mon dos. » Mais bon il ne pouvait guère attraper son sac dans cette position. Il prendrait son mal en patience et étancherait sa soif plus tard. Les garçons tombèrent sur un panneau et le petit blond indiqua à son complice où ils se trouvaient et dans quelle direction ils devaient aller. Enfin s’il ne se trompait pas bien sûr.

Quand Dylan l’appela princesse, Thomas secoua la tête sans toutefois faire de réflexion. Il s’agrippa de nouveau à son ami puisqu’il avait lâché son cou pour lui montrer le point rouge sur le panneau. Ils reprirent leur route tout en continuant à parler de tout et de rien puis arriva le moment où le brun demanda à son acolyte s’il entendait quelque chose. Tommy tendit l’oreille. « On dirait une chute d’eau, mais je peux me tromper… » Il ne put pas en dire plus que son porteur accélérait le pas pour arriver au fameux point d’eau. Heureusement que le petit blond s’était bien cramponné sinon il aurait bien pu chuter. Sauf que presque arrivés à leur but, alors que Dylan semblait être content, ils furent arrêtés par une personne déguisée en vieillard avec une grande barbe. Le blond fronça les sourcils. « Mais c’est quoi ce délire ! L’autre jour un lapin quand je me baladais avec une amie et maintenant ça ! » Bon Dieu qu’est-ce qui se passait en ce moment en ville ? Il se passait vraiment des trucs trop étranges. D’ailleurs en regardant le bonhomme en face d’eux, Thomas avait l’impression de voir son amie Camila mais il devait se tromper. Pourquoi se serait-elle affublée de cette manière ? Le jeune Sangster soupira et dit à l’oreille de Dylan. « Sérieux il veut quoi ? Parce que là ça fait limite flipper… » En tout cas ils semblaient être bloqués pour le moment. Et malheureusement Mister Brodie-Sangster ne pouvait rien faire de là où il était.

made by lizzou – icons & gif by tumblr
HJ:
 

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: what remains can only be what's true. (dylmas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
what remains can only be what's true. (dylmas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: SAN FERNANDO VALLEY-