AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 wherever we are, we are as one. (parabro)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

even if they judge, fuck it all
avatar
Matthew Daddario



☆ in hollywood since : 22/04/2016
☆ interviews : 1733 ☆ crédits : .tag

MessageSujet: wherever we are, we are as one. (parabro)   Mar 23 Jan - 14:48



Wherever we are, we are as one
My real-life Parabatai would be Matt because we spent so much time together and I trust him 100% with everything, if I have issues he’s the person I go to. We were together all day this morning in the stunt room and we were together all last night talking and discussing certain things both personal and professional, anything that we’re struggling with we really do rely on each other to kind of talk and help each other out in any way we can
Et c’était la reprise du tournage. Matthew avait bien hâte de voir ce que les scénaristes avaient bien pu prévoir à leurs personnages. Le jeune homme avait fais l’effort de venir à l’heure, exploit de la journée. On n’allait pas se mentir, il avait une forte tendance à arriver pile à l’heure. Aujourd’hui était une exception. Miracle de la vie, à croire qu’il allait surement devoir le marquer quelque part pour s’en souvenir. Néanmoins, il pouvait sans doute remercier sa chère colocataire pour l’avoir réveillé. Bon, elle aurait pu aussi lui préparer un bon petit déjeuner mais il n’allait pas lui en vouloir pour cet oubli. Elle le maternait déjà bien assez, il en avait bien conscience. Son réveil avait sonné, il l’avait entendu mais qu’importe lui, il avait dans l’idée de rester bien au chaud sous sa couverture. Grave erreur. Il aurait du se douter que la blonde viendrait troubler son repos. Même si elle lui avait bien rendu service pour ce coup-ci, elle n’échapperait sans doute pas à une vengeance de sa part une prochaine fois. Il était sorti de sa chambre, traînant les pieds ayant bien besoin d’une bonne dose de caféine pour faire en sorte que ses yeux ne se ferment guère tous seuls. Les maquilleuses allaient sans doute avoir du travail pour lui enlever toutes les cernes qu’il avait. A croire qu’il avait fais la fête la veille, ce qui n’était pas le cas.

Néanmoins, la douche avait portée ses fruits et son sourire était apparu par la suite. Bien décidé à affronter cette journée avec motivation. Puis, il allait retrouver ses collègues alors il avait bien hâte que son travail ne commence.  Certes, ils avaient beau se voir en dehors du plateau de tournage, c’était toujours un plaisir pour Matt de leur retrouver là-bas. Que ce soit Kat, Em ou Dom. Regardant sa montre, son sœur loupa un battement. « Oups, je vais devoir y aller. A ce soir ? » dit-il à la petite blonde, embrassant sa joue en vitesse avant de prendre les clés de sa voiture. Puis direction le plateau de tournage. Dansant légèrement en conduisant, il ne lui fallut guère de temps pour attendre l’endroit. Aucune personne de connue sur le parking. Dommage. Soit elles étaient déjà arrivées soit il était le premier – ce qu’il savait impossible. Se passant une main dans les cheveux, il salua les différentes personnes qui travaillaient avec eux et parvint finalement aux différentes loges. Devait-il passer par la sienne pour se préparer ou pas ? Il opta pour la deuxième option, si jamais il était en retard, il trouverait bien l’excuse qu’il disait bonjour à tout le monde avant. La politesse avait tout n’est ce pas ? Sa main se posa alors sur la clenche où le nom Sherwood était inscrit et l’ouvrit rapidement. Il avait cherché à surprendre la dite personne à l’intérieur mais il s’était tout de même retenue de crier un stupide Bouh. « Hey Dom ! J’ai croisé le réalisateur, il avait l’air plutôt remonté contre toi, qu’est ce que t’as fichu ? » dit-il d’un ton presque inquiet. Merci son métier d’acteur. Rester impassible, voilà la clé du succès pour ennuyer son monde. Matthew ayant la trentaine ? On pouvait en douter par moment.

code by bat'phanie

_________________
    † Sans la moindre hésitation, je mets à présent en joue ce monde rempli de contradictions et j'appuie de mes propres mains sur la détente. En sentant la chaleur des larmes versées, Je pensais avoir compris ce qu'était la gentillesse. Alors pourquoi est-ce que nous continuons à nous faire du mal ?
Revenir en haut Aller en bas

you'll find me in the studio
avatar
Dominic Sherwood



☆ in hollywood since : 11/11/2017
☆ interviews : 39 ☆ crédits : milles rêves + tumblr

MessageSujet: Re: wherever we are, we are as one. (parabro)   Lun 29 Jan - 1:53

Wherever we are, we are as one
Me and Matt. Me and Matt, always. We’re terrible, like really terrible when we get together. And then one of us will go and that’s the other one gone and then we’re gone for about an hour and then we’re behind and everyone gets pissed at us.


Dominic n'a jamais été quelqu'un de matinal, vraiment ja-mais, mais quand il s'agissait de retourner voir ses petits copains du tournage de Shadowhunters, c'était différent, c'était tellement un réel bonheur, parce que ça finissait souvent en fou rire interminable, surtout avec un certain géant brun. Il n'avait alors pas tarder, ce matin là, quand le réveil avait sonné, en l'assomant d'un sale coup, parce que sortir de son sommeil profond était compliqué, tout de même, mais il se lève d'un sursaut, se mettant sur ses deux jambes en un temps record, se motivant avec la journée qui arrivait. Ce réveil là n'arrivait que les premiers jours du retour de tournage, après, c'était plus compliqué, le blond trainait un peu plus des pieds, surtout parce que les journées étaient très longues parfois. Après avoir pris un petit déjeuner assez consistant, s'être douché, habillé d'un pantalon de jogging, un tshirt noir, sans se coiffer réellement puisque des personnes s'en chargeraient une fois qu'il serait arrivé sur le tournage.

Il prends alors son véhicule, direction le tournage, à quelques minutes de voiture à peine, et effectivement, il arrive rapidement sur le tournage, où il voit la voiture de Matthew déjà sur le parking, ce qui l'étonne beaucoup, car c'est toujours un des derniers à arriver, premier ou dernier jour de tournage, c'était tout le temps la même chose. Il l'étonnait affreusement pour un premier jour ! Il descendit de sa voiture et partit saluer le personnel déjà présent sur les plateaux, le sourire aux lèvres, malgré ses yeux un peu gonflés par son réveil très matinal. Il se dirigea ensuite vers sa loge, passant devant celle de Matt sans rien dire ni même se manifester. Ses tenues de la journée étaient déjà là, ça avait dû être préparé la veille, sinon, il plaignait les habilleuses d'arriver encore plus tôt qu'eux. Il enfile alors une de ses premières tenues, tout de noir vêtu, comme une bonne partie du temps quand il était dans la peau de Jace Herondale.
Alors qu'il s'assoit à peine pour souffler avec le maquillage et la coiffure, sa porte s'ouvre brusquement, lui provoquant un énorme sursaut, se retenant de crier comme une andouille. Il voit alors qu'il ne s'agit de personne d'autres que de Matthew, et là, il a juste envie de le secouer de lui avoir fait autant peur.

« Idiot ! J'ai eu peur ! Avoue que tu as adoré ma réaction ? » Son sourire se fends aussitôt quand il lui dit que le réalisateur a l'air remonté contre lui. « Pardon ? Mais.. rien ! Je ne l'ai même pas croisé en arrivant ! »

Il pousse alors gentiment Matt pour sortir de sa loge et voir qu'en fait, tout est terriblement désert et qu'il lui a alors fait une magnifique blague dans laquelle le blondinet a complètement plongé. Preuve que Matthew avait su être bien assez convainquant et que son talent d'acteur était intact ! Il rentre à nouveau dans sa loge, râlant en refermant la porte.

« Je te jure, Matt, je me vengerai ! » Et généralement, il ne dérogeait pas à sa parole.

Il finit par se rasseoir sur la chaise de sa loge, montrant le canapé du doigt à son meilleur ami de misère, lui faisant face en tournant la chaise vers le brun, faisant tournoyer un stylo entre ses doigts, comme il avait souvent l'habitude de le faire.

« Comment ça se fait que tu sois le premier arrivé aujourd'hui ? Tu es tombé du lit ? » dit il en riant par la suite.

C'était quand même très étonnant, et il avait hâte de savoir ce qui avait pu le faire sortir de son lit, et arriver en avance, pour une fois !

code by black arrow
Revenir en haut Aller en bas

even if they judge, fuck it all
avatar
Matthew Daddario



☆ in hollywood since : 22/04/2016
☆ interviews : 1733 ☆ crédits : .tag

MessageSujet: Re: wherever we are, we are as one. (parabro)   Mar 30 Jan - 15:44



Wherever we are, we are as one
My real-life Parabatai would be Matt because we spent so much time together and I trust him 100% with everything, if I have issues he’s the person I go to. We were together all day this morning in the stunt room and we were together all last night talking and discussing certain things both personal and professional, anything that we’re struggling with we really do rely on each other to kind of talk and help each other out in any way we can
Pour une fois qu’il était à l’heure, Matthew avait envie de le crier au monde entier. Même si celui-ci devait bien s’en moquer éperdument, il en avait bien conscience. Alors, il se contenta d’exercer une petite danse bien ridicule pour l’occasion. Mais étant donné qu’il n’y avait personne dans ce couloir-ci, personne n’avait guère pu l’admirer. Il n’aurait su dire s’il en était soulagé ou bien déçu. Après tout, qui sait, peut-être avait-il des talents cachés qui ne demandaient qu’à éclore. Quoi que danser, il n’était pas certain d’être un pro dans ce domaine. Hormis agiter le bassin et les bras, c’était tout ce que monsieur était capable de faire. Ce n’était pas comme ça qu’il allait pouvoir séduire quelqu’un, bien que pour le moment, il n’avait pas l’occasion de faire une petite démonstration. Sa vie personnelle était digne du désert du Sahara. Et encore, celui-ci était connu pour ses tempêtes de sable alors que chez Matt, il n’y avait rien de tout ça. Finalement, peut-être qu’il finirait seul avec plusieurs chiens dans un petit appartement. Triste avenir, il en avait bien conscience. Mais, il y avait bien plus grave dans la vie alors il ne voulait guère se prendre la tête avec ça. Se concentrer sur sa carrière était un très bon objectif et  il était bien déterminé à y parvenir.

Jouer Alec était un véritable plaisir, il adorait se glisser dans la peau de ce personnage. Puis ses collègues étaient sans doute les meilleurs qu’il aurait pu avoir, c’était un plaisir de leur donner la réplique. Mais il aimerait bien élargir son horizon. A moins que les scénaristes aient décidé de faire un Alec tout méchant mais ça, encore cela relevait sans doute du rêve. Néanmoins, il n’allait pas se plaindre, tourner avec toujours les mêmes personnes rapprochaient celles-ci et il pouvait ainsi jouer quelques tours sans que cela ne se transforme en drame. Il n’avait pas envie qu’une mauvaise ambiance s’instaure entre les autres et lui juste parce que monsieur ne voulait pas vieillir. Et aujourd’hui, il avait choisi sa victime. Dominic. Matthew laissa afficher un grand sourire à ses paroles, fier de lui. « Oui ! Dommage que je n’aie pas pensé à la filmer, je l’aurais repassé sans m’en lasser. » dit-il en laissant échapper un rire. Mais il prit aussitôt un air grave et il eut bien du mal à garder son sérieux en le voyant quitter la loge d’un bond. Le jeune homme s’installa alors dans un des canapés et attendit qu’il revienne, les jambes croisées. Il éclata d’un rire franc en le voyant revenir, il ignorait si le réalisateur était déjà présent mais si c’était le cas, la scène avait du être comique.

« Je ne vois pas de quoi tu parles. » Matthew leva les mains en l’air d’un air de pure innocence, qui ne lui collait guère à la peau, il fallait bien le reconnaître. Qu’on l’acclame pour cette blague, s’il vous plait ? Personne, dommage. Mais cela n’empêchait pas Matthew de sourire, fier comme un idiot. Il se passa une main dans les cheveux avant de secouer les épaules. « J’aurais préféré… C’est ma coloc’ qui m’a réveillé, je crois qu’elle en avait marre que je me plaigne de mes retards. » Oui parce qu’à chaque retard de tournage, il ne pouvait s’empêcher de dire à Dianna qu’il en avait marre d’arriver toujours le dernier. Il faut croire qu’elle avait décidé de prendre les choses en main. « Ne songe jamais à co-habiter avec une fille, c’est l’horreur ! » Bon, Dominic devait sans doute savoir ce que cela faisait mais tout conseil était bon à prendre non ? « Mais j’avais hâte de reprendre le boulot. » dit-il avec un sourire. Certains pouvaient se plaindre de la fin des vacances et bien, lui ne faisait guère partie de ce groupe de personnes.

code by bat'phanie

_________________
    † Sans la moindre hésitation, je mets à présent en joue ce monde rempli de contradictions et j'appuie de mes propres mains sur la détente. En sentant la chaleur des larmes versées, Je pensais avoir compris ce qu'était la gentillesse. Alors pourquoi est-ce que nous continuons à nous faire du mal ?
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: wherever we are, we are as one. (parabro)   

Revenir en haut Aller en bas
 
wherever we are, we are as one. (parabro)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: Downtown Los Angeles :: Studio City-