AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage

Invité



MessageSujet: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Mer 22 Juil - 23:15

your mouth is poison & your mouth is wine
J'en pouvais déjà plus. On m'avait dit que venir sur cette île serait des vacances. Mais sincèrement, je ne les vois pas. Depuis que je suis arrivée ici, je n'ai que des problèmes, sérieusement. Ma vie était beaucoup mieux quand j'étais à L.A., quand elle était bien rangée. Ici...C'est le foutoir. Le seul moment où Zayn et moi nous nous revoyons un peu, les photos fusent sur le net. Après, Niall m'envoie un sms bien pimenté, je vais le voir, et il...je préfère même pas en parler. Cette même journée, je reste dans mon coin, sauf le soir où il y a une soirée sur la plage. Et l'autre Irlandais arrive encore à se pointer et à foutre ma soirée en l'air... Comme il a foutu mon morale par terre, il la littéralement piétiné, ainsi que ma dignité. Bref, je n'arrivais plus à dormir, ni à manger, et c'est à peine si je buvais.

Au lieu de ça, je m'étais trouvée un petit endroit où , vraiment personne ne venait. C'était une grotte, sur les hauteurs de l'île et au fond, il y avait une sorte de petite grotte dans la grotte. Il y avait une petite ouverture sur le haut, mais assez grande pour laisser la lune se refléter dans l'eau, illuminant des poissons et des plantes qu'on ne trouvait nul part ailleurs sur cette terre. Et je venais m'y réfugier chaque nuit depuis...depuis tout ça. J'avais écrasé des sortes de baies rouges, mélangé avec un peu de boue, pour faire des traces sur les parois pour ne pas m'y perdre, sans pour autant que ça nuise à la beauté de l'endroit. J'y emportais un sac à dos avec moi, contenant un drap, une couverture, un oreiller et une loupiote ainsi qu'une bouteille d'eau et un livre. C'était mon nouveau chez moi, du moins  pour le temps des vacances. Et je lisais pendant des heures, jusqu'à ce que je m'endorme.
Mais cette nuit -il devait être à peu près 23h- je n'y arrivais pas. Je n'arrivais pas à lire, ni à dormir. J'étais blottie dans mon coin, la couverture enroulée autour de moi et l'oreiller derrière ma tête, je regardais les poissons nager. Et je pleurais, je pleurais parce qu'on m'avait enlevé ma fierté, je pleurais parce qu'on m'avait enlevé ma dignité, mais surtout, même avec de terribles efforts pour y arriver, je pleurais parce que je n'arrivais pas à le détester.
(c) AMIANTE
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Jeu 23 Juil - 0:02


your mouth is poison, your mouth is wine.
Barbara Palvin and Niall Horan.

Je ne pensais pas que des vacances dans une île aussi magnifique que la Thaïlande pouvait être aussi affreuse. Je n'ose même plus sortir de mon lit, et je ne sais pas encore l'idée que j'ai eue d'aller dans cette soirée. Peut-être que je me suis dit qu'il ne fallait pas que je me gâche les vacances pour des disputes. Peut-être que je me suis dit que ça allait être amusant. Au début, j'y ai cru, mais boire des verres pour assumer nos propres conneries, c'est bien moins cool. Le truc, dans l'histoire, c'est que j'ai ses paroles dans la tête. C'est comme si l'histoire de ma vie s'est mise en pause et qu'on me rappelle sans cesse que j'ai été un connard. Je ne sais pas l'heure qu'il était, mais je sais que j'ai dormi une bonne partie de la journée avec des chansons de the fray dans les oreilles. En plus de ça, sa fait un petit moment que je ne me suis pas branché sur les réseaux sociaux et que ça ne me manque même pas. J'ai tellement peur de voir des choses que je n'ai pas envie de voir. Putain. J'ai l'impression d'avoir un vide en moi et c'est horrible. Alors, sans réfléchir, j'ai pris une douche, je me suis rasé, et je me suis habillé. Mon téléphone dans ma poche, j'ai quitté le bungalow. Il fessait nuit, et un peu frais. Donc, j'ai vite fait un détour pour récupérer mon pull chaud que j'avais pris en réserve. Et c'est dans ses moments-là où je suis fier de toujours suivre les conseils de ma maman. Elle me répétait sans cesse qu'on devait prévoir. Juste au cas où. Et j'ai suivi mon instinct, j'ai même dû marcher plusieurs dizaines de minutes. Je n'ai pas pris le temps de visiter l'île depuis qu'on y est, et c'est agréable sans la chaleur qui nous tape sur la tête, ni même beaucoup de mouvement dans les rues. Puis, entendre en fond l'eau, c'est vachement agréable. J'ai joué avec une mèche de cheveux qui dépasse de mon bonnet, et je me suis approché d'un endroit que je n'ai pas vu dans le journal de visite que j'ai trouvé en arrivent ici. Et ça avait l'air calme et silencieux, que pour réfléchir et ne plus me prendre la tête, j'ai décidé de suivre ce chemin. On avait l'air d'être dans une grotte, je ne serai pas vraiment en dire plus. J'en suis resté, bouche bée de la beauté de l'endroit. Mais plus je 'm'approchais, plus j'entendais un bruit qui n'était pas naturel. Et c'est mon esprit curieux qui a pris la place. Je me suis approché, et, quand j'ai vu une silhouette qui m'a paru familier de loin, j'ai eu le cœur qui s'est mis à battre. Dans ma tête, c'était impossible que ce soit elle, alors j'ai avancé. Et putain si c'était elle. Et je ne savais pas quoi faire. Elle ne voulait plus me voir, je l'ai bien compris, et je l'ai bien mérité. Mais en même temps, elle est en pleurs et au fond de moi, je sais que c'est à cause de moi. « Barbara ? » J'ai dit d'un murmure. J'avais peur de sa réaction, et je n'ai même plus bougé. Je ne savais pas quoi faire, et de toute manière, mes pieds refusaient de répondre aux contacts que mon cerveau fessait. « Hum. Euh. Je peux partir, si tu veux ? » J'ai continué dans un même murmure. Je le pensais plus à voix haute, parce que je ne voulais pas partir. Je ne pense qu'à elle que ça me fat bien plus peur qu'habituellement. « Barbie... Pleurs pas, je t'en pris. » J'ai dit. Et doucement, je me suis avancé vers elle. Mais en laissant une zone d’espace entre nous deux. Mais en laissant une zone d’espace entre nous deux. Si elle veut que je reste, bordel, je veux qu'elle soit dans mes bras et que je m'excuse autant de fois qui le faudra.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Jeu 23 Juil - 0:35

your mouth is poison & your mouth is wine
J'avais beau remuer tous mes méninges, je ne comprenais toujours pas ce qui avait pu le pousser à me dire...ces choses. Des choses immondes, qu'on ne devrait jamais dire, même si on est en colère. Même moi, qui ai un putain de caractère, je ne ferais jamais ça. Ses paroles n'arrêtaient pas de résonner dans ma tête. "Doit vachement écarter ses jambes...t'es assez bonne avec ta langue...une fleure qu'on jette à la poubelle...un morceau de viande où il ne reste que l'os..." Tout ça, je l'avais gardé en tête et ça me détruisait un peu plus à chaque seconde. Mais ce qui me détruisait aussi, ce que je ne le détestais pas. Je lui en voulais -terriblement-, je ne voulais plus le voir, je ne voulais plus avoir à faire à lui. Mais il était encré au plus profond de mon âme et je n'arrivais pas à m'en détacher. Toutes ces pensées se bousculaient dans ma tête et je n'arrivais plus à faire la part des choses.

Je commençais seulement me calmer -quoique les larmes coulaient toujours, mais ma respiration se faisait plus régulière- quand j'entendis des pas résonner. Je me redressais doucement avant de remettre la couverture convenablement autour de moi. Avec un peu de chance, la personne ne verrait pas mes repères et se perdrait dans la grotte, me laissant en paix.
J'avais fermé les yeux depuis une bonne dizaine de minutes pour tenter d'arrêter de pleurer comme une gosse de douze ans, quand j'entendis une voix que je reconnaitrais entre mille. Barbara ? Me disant que c'était ma tête qui me jouait des tours, je ne répondis pas et gardais les yeux clos. Hum. Euh. Je peux partir, si tu veux ? Ok, ce n'était pas ma tête. Néanmoins, je ne bougeais pas d'un poil. J'avais une boule dans la gorge et je me mordais la lèvre -presque à sang- pour m'empêcher de pleurer encore plus. Je ne voulais pas lui parler, ne serait-ce pour lui dire de partir. Je ne voulais pas le voir, ni lui adresser la parole. Rien que d'entendre sa voix rendait mes souvenirs encore plus réels, même si ça ne datait que de quatre-cinq jours. Barbie... Pleurs pas, je t'en pris. D'accord, il n'était pas décidé à partir. Très bien, c'est moi qui allait le faire. Je commençais à me lever, un peu trop vite à mon avis, car ma tête à tourné d'un coup et je dus m'appuyer sur la paroi froide et humide de la grotte. Je tournais enfin mon regard vers lui, emplit de larmes. Tu as oublié de me dire des choses, peut-être ? Tu veux m'humilier un peu plus ?, dis-je en essayant, tant bien que mal, à ranger mes affaires. J'avais l'air fatiguée, dépitée, en mauvais état. Cela devrait donner encore plus de plaisir à Niall, de me voir dans cet état-là, de dire qu'il a provoqué ça.
(c) AMIANTE


code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Jeu 23 Juil - 0:57


your mouth is poison, your mouth is wine.
Barbara Palvin and Niall Horan.

Mes paroles étaient trop méchantes. Et même Perrie m'a fait la morale alors que bordel, je n'avais pas besoin de ça. Je culpabilise déjà beaucoup trop pour qu'on en rajoute une couche. J'ai l'impression d'être au mauvais endroit au mauvais moment. Et ce, n'est pas uniquement pour ça. La revoir ici. Je veux dire, rien que la soirée, je ne pensais pas qu'elle serait venue et pourtant, on a passé la soirée à se lancer des regards noirs. Je ne me souviens plus du reste, mon cerveau a décidé de se mettre en pause pour certaines scènes. Quand je la vois se relever, je sais d'avance que c'est peine perdue. J'ai sûrement dû briser encore un moment qu'elle volait passer seule. Après tout, je suis habitué à gâcher les bons moments des autres. Je déteste être dans ses situations de ce genre en temps normal quand je suis le spectateur. Mais quand moi-même, je suis l'acteur principal de la scène, c'est encore plus horrible. Je n'arrive plus à pensé correctement. J'aurais dû partir boire un verre d'alcool, et de rentrer dans ma chambre en titubant et en me morfondant sur mon propre sort. Je commence même à réfléchir et à repartir en Irlande. Après tout, les autres gars sont ici, alors j'aurais le droit de prendre des vacances à ma façon moi aussi. Mais le truc, c'est que j'essais à nouveau d'échapper à mes problèmes et qu'en un mot... Je devrais me qualifier de lâche. Tu as oublié de me dire des choses, peut-être ? Tu veux m'humilier un peu plus ? J'ai eu mal au cœur. Mais vraiment. Voir son visage rempli de larme ça me fout une claque dans la gueule. J'ai cru que j'avais passé l'étape ou plus rien ne me touchais, que j'acceptais de faire souffrir les gens. Après tout, c'est dingue comme une seule dispute violente peut me faire réfléchir sur mes actes et sur mon comportement. J'ai honte de moi, mais c'est encore plus dur quand la personne qu'on a blessée est en face de nous. Elle pleure à cause de moi, et je n'aime pas ça. Je ne sais même pas si l'étape du pardon est encore possible. Je crois que je ne devrais jamais penser que l'impossible est réellement impossible, mais 'je sais aussi que j'y crois à un petit pourcentage. « Non. Écoute, je n'ai pas d'excuse pour justifier mon comportement. Je sais que ... Tu ne mérites pas tout ça. » Je lui ai dit. J'ai la voix qui se brise, parce que j'ai peur de la blesser à nouveau ou de redire une nouvelle connerie. Elle n'a plus de force. Elle est fragile et sensible, et j'ai su la casser en mille morceaux. Je n'ai pas d'excuse valable, j'ai agi sans réfléchir, et les mots sont sortis tous seuls sans que je n'en sois informé. J'ai observé la seule vision de lumière qui apparaît, c'est-à-dire, les reflets de la lune. Et grâce à ça, je peux au moins observer les détails de son visage. Et je ne peux pas m'empêcher de penser qu'elle est vraiment, vraiment magnifique.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Jeu 23 Juil - 18:07

your mouth is poison & your mouth is wine
Je sais vraiment pas comment il a réussi à se trouver ici. C'est genre l'endroit le plus paumé de toute l'île et en plus il fallait que ce soit lui qui vienne. Aucun doute, c'était mon manque de pot. Et je commençais à réellement le connaitre, s'il ne bougeait pas, c'est qu'il y avait une raison. Du style, il a oublié de me jeter une ordure à la gueule. Ouais, ça doit être ça. De toute façon, j'ai bien compris ce que j'étais à ses yeux -je ne risquais d'ailleurs pas de l'oublier- et il ne pouvait pas me dire autre choses que des méchancetés. Non. Écoute, je n'ai pas d'excuse pour justifier mon comportement. Je sais que ... Tu ne mérites pas tout ça. Et j'ai arrêté de pleurer. Non, sérieusement, j'ai arrêté. Pas parce que ses paroles me réconfortaient, loin de là. Mais parce que il se foutait clairement de ma gueule et ça, je pouvais pas l'accepter. J'ai eu un gros rire nerveux.Non, mais t'as songé à te lancer dans la comédie ? Parce que t'es un putain de bon acteur en fait. Tu sais quel rôle te correspondrait vraiment ? Celui d'un chanteur qui cherche l'amour, et qui après quelques années, la trouvé. Mais il décide de tout foutre en l'air en lui balançant des injures à la gueule de sa meuf, parce qu'il a un complexe d'infériorité et puis après, joue le petit malheureux. Si, je te jure, ce rôle te colle à la peau. J'ai tout de suite regretté mes paroles. Un des gros soucis avec moi, c'est que quand je suis nerveuse, ma bouche s'ouvre et hop, je dis des choses que je pense pas forcément. Enfin, il y a une partie qui est vraie, mais je ne pense pas qu'il ait un complexe d'infériorité, voilà tout. C'est moi qui devrait avoir ce complexe là..Non ? Qu'est-ce que tu fais là, Niall ?, soupirais-je. Je savais très bien que si il restait planté là, j'allais perdre mes moyens, surtout si il continuait à faire le beau parleur. Je suis trop naïve, je vais retomber dans ses bras et je le sais. J'aimerais juste repousser ce moment le plus tard possible. Je me postais devant à quelques mètres de lui, soupirant une seconde fois et repoussant mes cheveux en arrière. Je plantais mon regard dans le sien et inconsciemment, je me mordis la lèvre. Écoute, peu importe ce que tu fais là, j'ai pas envie de le savoir en fait. Je... laisse-moi en paix, d'accord ? Comme tu l'as si bien dit, je ne mérite pas tout ça. Et je suis pas prête à te parler, excuses ou pas, ni à te voir en fait, donc... lançais-je. Je baissais ma tête et triturait la peau autour de mes ongles. J'espérais juste ne pas être trop pathétique.
(c) AMIANTE


code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Jeu 23 Juil - 22:41


your mouth is poison, your mouth is wine.
Barbara Palvin and Niall Horan.

Le mieux est surement que je fasse demi-tour et que je laisse tranquille Barbie. Et que je ne me l'ouvre pas. Mais bien sûr, c'est trop demandé pour moi-même de fermer ma gueule. Quand elle a claqué la porte, c'était horrible, alors maintenant, j'ai envie de m'accrocher comme le pauvre gars désespéré que je suis, aux moments que je pourrais passer avec elle sans prévoir la chose. Je sais que je le mérite, mais j'ai le droit d'être égoïste non ? De ne penser qu'à ma gueule parce que j'ai le cœur vide. Que je me sens sans aucun repère. J'ai l'air d'un pauvre gars, c'est vraiment ... Fou à voir. Non, mais t'as songé à te lancer dans la comédie ? Parce que t'es un putain de bon acteur en fait. Tu sais quel rôle te correspondrait vraiment ? Celui d'un chanteur qui cherche l'amour, et qui après quelques années, la trouvé. Mais il décide de tout foutre en l'air en lui balançant des injures à la gueule de sa meuf, parce qu'il a un complexe d'infériorité et puis après, joue le petit malheureux. Si, je te jure, ce rôle te colle à la peau. Et je sais que je mérite tout ça. Alors je ne réplique aucune saloperie, parce que mon pétage de plomb est passé. Et puis de toute manière, si je réplique encore une crasse, je sais que mon faible pourcentage pour qu'elle me pardonne est en zone de danger et que je crois sûrement un peu trop au père noël. Mais, je sais aussi qu'il ne faut jamais perdre l'espoir. Et puis de toute manière, ses mots sont comme des poignards. Je sais qu'elle se défoule, et qu'elle a besoin de ça. J'entasse les coups en ferment ma gueule. Je sens ma main se mettre à trembler, et j'essais de me contrôler pour ne pas déraper. Je ne supporte pas d'être dans cette galère, d'être dans ses situations. Déjà, j'en suis mal à l'aise, mais aussi ça me rend dingue de ne pas savoir comment mettre la dernière pièce du puzzle pour finir le casse-tête. Qu'est-ce que tu fais là, Niall ? J'allais répondre, mais elle a repris à une vitesse que je n'ai pas pu placer un mot. Écoute, peu importe ce que tu fais là, je n'ai pas envie de le savoir en fait. Je... Laisse-moi en paix, d'accord ? Comme tu l'as si bien dit, je ne mérite pas tout ça. Et je ne suis pas prêt à te parler, excuses ou pas, ni à te voir en fait, donc.. Et je l'avais compris. Mais elle n'est pas partie, alors ça veut dire qu'elle n'abandonne pas pour autant. Pas vrai ? Ses yeux se sont plantés sur les miens, alors je l'ai regardé. J'ai profité de chaque détail de son visage. Ma main me démange, parce que j'ai une envie de caresser sa joue. Mais je sais que je ne suis pas permis de faire ça. Je me demande comment j'arrive à être là, devant elle, après tout le mal que je lui ai fait. Comment j'arrive à porter mes couilles et à faire comme si c'était une chose normale à réparer. « Ce n'est pas un jeu d'acteur Barbara. Sincèrement. Écoute, j'ai dit des choses comme un putain d'enfoiré. Et j'en suis vraiment désolé. Crois-le, ou pas. Je ... Je ... » Je ne savais plus quoi dire. J'ai la voix qui tremble et j'ai des sueurs sur le front parce que je réfléchis un peu trop et que j'ai l'impression d'avoir un poids énorme sur mon épaule. « Tu n'es pas la fille que j'ai décrite, tu es loin d'être une salope. Tu es une fille bien Barbara, et ça, je le pense sincèrement. Tu es même trop bien, trop gentille. Je ne sais pas quoi te dire, j'en perds les mots. Mais... Non, pas de, mais. Je vais te laisser tranquille, c'est promis, et je ne vais plus t'emmerder, ou je te laisse autant d'espace que tu as besoin. » J'ai parlé à une vitesse incroyable. J'ai repris mon souffle. Je panique, et je dis des choses que je ne veux pas dire. Je ne prends pas le temps de réfléchir. Elle n'est pas une chose normale à réparer. Barbara est un diamant, une pierre précieuse. Et j'ai juste, mais vraiment, envie de m'enterrer sous la terre.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Mar 28 Juil - 16:22

your mouth is poison & your mouth is wine
J'avais beau avoir dit que je ne voulais plus le voir et que mes affaires étaient emballées, mon sac à dos sur l'épaule, mes pieds semblaient être cloués au sol. Je voulais m'en aller, mais j'avais cette...cette impression que je devais rester, même si je n'en avais pas envie.
Je dois avouer que j'étais un peu perplexe. Il y a quelques jours, je voyais un Niall hargneux, fort, bref un vrai con. Et là, je le voyais peu à peu se dérober. Je retrouvais le Niall que je connaissais auparavant, mais je n'arrive plus à savoir si c'est le vrai lui ou pas. Ce n'est pas un jeu d'acteur Barbara. Sincèrement. Écoute, j'ai dit des choses comme un putain d'enfoiré. Et j'en suis vraiment désolé. Crois-le, ou pas. Je ... Je ... Tu n'es pas la fille que j'ai décrite, tu es loin d'être une salope. Tu es une fille bien Barbara, et ça, je le pense sincèrement. Tu es même trop bien, trop gentille. Je ne sais pas quoi te dire, j'en perds les mots. Mais... Non, pas de, mais. Je vais te laisser tranquille, c'est promis, et je ne vais plus t'emmerder, ou je te laisse autant d'espace que tu as besoin. Au fur et à mesure de ses paroles, mes yeux prenaient l'eau. À croire que je n'avais pas encore vidé tout. Et lui avait l'air complètement désespéré. Je séchais d'un mouvement de main les larmes sur mon visage et repoussait mes cheveux en arrière. Ma voix était un mélange de désespoir et d'agacement. T'as été pire qu'un putain d'enfoiré, Niall. Il n'y a même pas de mots pour décrire ce que tu m'as dit ! Imagine si on disait de pareille chose à ta maman, ou à ta petite amie, ou que sais-je ! Imagine la douleur d'une femme quand on lui dit des choses comme ça ! Chaque mot était comme..comme un poignard dans mon coeur et je crois que jamais je ne les oublierai. Et tu sais ce qui est le pire ? C'est que je ne sais toujours pas pourquoi tu m'as dit tout ça. Je ne sais pas si c'était fondé ou pas, je... je ne pouvais plus parler, alors j'ai retenu un sanglot en posant ma main sur ma bouche. Je me suis arrêté deux minutes, tentant de reprendre mon calme. Pourquoi ? demandais-je d'une petite voix. C'est la question qui me trottait en tête depuis quelques jours. Je ne parvenais pas à comprendre pourquoi il m'avait dit toutes ces choses. Pourquoi, d'après lui, c'était vrai. J'avais ressassé tous les événements, et il n'y avait aucune raison. Et c'était ça qui rendait la chose immonde. Je replongeais mon regard dans le sien, espérant le toucher au plus profond de lui. Je vais t'expliquer l'intention que j'avais au départ en venant dans ton bungalow. Je devais rentrer dans ta cabane et m'installer sur le bord de ton lit, calmement. On aurait discuté de ce qu'il s'était passé à Paris, oui, on se serait un peu chamaillé, mais rien de grave. Et je me serais excusée et je t'aurais supplié de me laisser une seconde chance. Tu aurais accepté et expliqué ce que tu voulais dire par agréable. J'aurais souris comme une idiote et je me serais installée à califourchon sur tes genoux, j'aurais posé mes mains sur tes joues et on se serait embrassés. C'est comme ça que ça aurait du se passer. Je ne savais pas précisément pourquoi je lui avais expliqué ça, ce que j'avais espéré, mais c'était trop tard, c'était dit. Ma raison me disait "fuit, Barbara, il ne t'attirera que des ennuis". Mais mon coeur me disait "tu sais qui il est à tes yeux, tu sais que tu ne peux pas partir".
(c) AMIANTE


code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Dim 9 Aoû - 21:04


your mouth is poison, your mouth is wine.
Barbara Palvin and Niall Horan.

Au fond, je sais que j'ai gagné. Je sais que j'ai réussi à trouver les bons mots pour lui faire comprendre que je n'étais pas un connard... Comparer à ce qu'elle pourrait croire. En même temps, je le mérite. Je mérite d'avoir cette étiquette sur mon front, ainsi que cette haine qu'elle me porte. Mais j'ai besoin d'elle. J'ai cru que la laisser s'en aller m’arrangerez, mais c'est tout le contraire. J'ai besoin de cette fille que je n'arrête pas d'y penser. Je repense à la façon ou je me suis conduit, à la façon où son visage s'est décomposé. Je repense à ses larmes, à son dégoût, et ça me brise le cœur. J'ai une envie de vomir tellement je me dégoûte parce que j'ai fait la seule chose au monde que je m'étais juré de ne pas faire ; ne pas jouer avec des sentiments. Parce que bon, j'ai beau regarder des films ou le gars était un vrai con, qui jouer avec la pauvre fille fragile et qui se casser après lui avoir briser le coeur. Je ne comprenais jamais pourquoi la fille acceptait de lui pardonner à la fin du film. Mais jamais je n'aurais cru être à sa place. Sauf que moi, de base, je ne joue pas, parce que je n'aime pas ça. Et peut-être que ce pauvre gars de ce film avait ses raisons aussi. J'ai l'air pathétique. J'essaye de ne pas la faire fuir parce que je sais que si je foire, c'est vraiment la dernière fois. Si je foire, je peux dire adieu au peut-être bonheur que je pourrais fabriquer avec elle. Je pourrais dire adieu à notre amitié, même si pour l'instant, elle tient sur un bout de fils qui pourrait se casser à tous moment. T'as été pire qu'un putain d'enfoiré, Niall. Il n'y a même pas de mots pour décrire ce que tu m'as dit ! Imagine si on disait de pareilles choses à ta maman, ou à ta petite amie, ou que sais-je ! Imagine la douleur d'une femme quand on lui dit des choses comme ça ! Chaque mot était comme... Comme un poignard dans mon cœur et je crois que jamais je ne les oublierai. Et tu sais ce qui est le pire ? C'est que je ne sais toujours pas pourquoi tu m'as dit tout ça. Je ne sais pas si c'était fondé ou pas, je... Entendre sa voix se briser est horrible. J'ai une boule au ventre et j'ai tellement honte que je n'ose plus la regarder. Je trouve l'espace de la grotte tellement plus intéressant d'un coup. Et vas-y le bruit de l'eau, le courant d'air, la lumière de la lune. Tout, sauf elle. Pourquoi ? Et je me suis décomposé. Parce que moi-même, je n'en ai pas la réponse. C'est vrai, je ne sais pas pourquoi, ni même comment j'ai osé, être comme ça avec elle. Elle a été la plus compréhensible de ma carrière, elle n'a jamais cherché à prendre de ma popularité pour se faire plus remarqué. Elle a toujours était dans l'ombre, façon de parler, quand elle est avec moi. « Je sais très bien que je t'ai fait mal. Même si tu penses le contraire. J'en sais rien moi. Honnêtement. Peut-être que j'avais juste peur que tout ce qui se passe après te blesser. Je veux dire, si on entretient une relation, la réaction de mes fans. Elles ne sont jamais vraiment gentilles dans ce genre de situation. Peut-être que je n'avais pas envie que tu sois sali de leurs remarques, alors j'ai préféré moi te faire du mal pour te protéger et t'éloigner de moi. D'une façon ou d'une autre. Mais je ne sais pas, je n'ai pas vraiment d'excuse et je n'ai pas envie d'en faire une parce que ... Parce que j'assume, et je sais que ce n'est vraiment pas digne de ma part. » J'ai murmuré ma dernière phrase. Mon corps tremble. Je suis dans une pente et j'ai l'impression de tomber dans le vide de plus en plus. Je repose finalement mon regard sur elle, mais c'est dur de la voir avec les larmes aux yeux. Surtout quand je sais que je suis responsable de ça. Je vais t'expliquer l'intention que j'avais au départ en venant dans ton bungalow. Je devais rentrer dans ta cabane et m'installer sur le bord de ton lit, calmement. On aurait discuté de ce qu'il s'était passé à Paris, oui, on se serait un peu chamaillé, mais rien de grave. Et je me serais excusé et je t'aurais supplié de me laisser une seconde chance. Tu aurais accepté et expliqué ce que tu voulais dire par agréable. J'aurais souri comme une idiote et je me serais installé à califourchon sur tes genoux, j'aurais posé mes mains sur tes joues et on se serait embrassés. C'est comme ça que ça aurait du se passer. Je sens mon cœur se mettre à battre à une vitesse. J'ai les mains moites, et j'ai la tête qui tourne. Heureusement que je n'ai pas de l'asthme, parce que je serai en train de chercher 'lair. Et ça m'a donné une gifle dans la gueule tellement puissante que je ne sais pas quoi répondre. Je n'ai rien à dire sur mon acte, parce que tout le monde m'a fait comprendre à quel point c'était bas de ma part. Mais là, qu'elle me dise ça. « Je ne sais pas quoi te répondre à ça... Je suis... Sincèrement désolé. Écoute... Rah putain, j'en sais rien. » Je passe une main dans mes cheveux, en me tirent une mèche. « Tu sais que je ne le pensais pas ? Je veux dire, même si ça paraissait vrai, tu es loin de celle que j'ai décrite dans ce bungalow. » Et là, j'étais sérieux. Tellement sérieux que mes yeux se sont perdus dans les siens
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Dim 30 Aoû - 12:35

your mouth is poison & your mouth is wine
Il y a quelque chose qui me fait assez mal dans l'histoire. C'est que les tabloïds me décrivent comme ce que Niall m'a dit, mais mes proches savent que je ne suis pas comme ça, que je ne me tape pas dix mecs par secondes. En réalité, ils savent que je suis une jeune fille gentille, serviable et très romantique, et non le genre à avoir des rapports dans les toilettes d'une boite de nuit glauque. Et quand il m'avait dit ça... Je sais pas, c'était lui mon meilleur allié, et que Niall pense ça m'avait fait croire que peut-être, j'étais réellement comme ça. Une pute, quoi. Il m'avait fait douté de moi. Et oui, je dois l'admettre, je déteste douter de moi. Je sais très bien que je t'ai fait mal. Même si tu penses le contraire. J'en sais rien moi. Honnêtement. Peut-être que j'avais juste peur que tout ce qui se passe après te blesser. Je veux dire, si on entretient une relation, la réaction de mes fans. Elles ne sont jamais vraiment gentilles dans ce genre de situation. Peut-être que je n'avais pas envie que tu sois sali de leurs remarques, alors j'ai préféré moi te faire du mal pour te protéger et t'éloigner de moi. D'une façon ou d'une autre. Mais je ne sais pas, je n'ai pas vraiment d'excuse et je n'ai pas envie d'en faire une parce que ... Parce que j'assume, et je sais que ce n'est vraiment pas digne de ma part. Là, j'ai littéralement été bouché-bée. Il y avait un côté rassurant dans ce qu'il disait mais encore un côté bien méchant. Il voulait donc bien sortir avec moi, mais... Attends, t'es vraiment en train de me dire que c'est à cause de tes fans que tu m'as dit autant de méchancetés ? Tu pouvais pas juste faire comme les autres et me le dire directement, au lieu de me cracher tout ce venin à la figure ? Et tu l'assumes ?! Mais c'est encore pire, Niall, c'est encore pire ! Ma voix était montée de dix décibels sans que je le veuille mais il avait poussé le bouchon un peu trop loin. Je pensais qu'il était venu pour s'excuser, mais là tout ce que j'entends, c'est qu'il ne regrette pas. Et ça, ça, je peux vraiment pas le supporter. Je pris mon sac sur mon épaule et je commençais à m'en aller de la grotte, essayant de retrouver les flèches que j'avais inscrit sur les parois. Je ne sais pas quoi te répondre à ça... Je suis... Sincèrement désolé. Écoute... Rah putain, j'en sais rien. Tu sais que je ne le pensais pas ? Je veux dire, même si ça paraissait vrai, tu es loin de celle que j'ai décrite dans ce bungalow. Je m'arrêtais net. Je venais de lui faire une toute petite mini ridicule déclaration et il n'arrivait même pas à réagir correctement à ça. Il était désolé. Crois-moi bien que je le suis aussi, mon gars. Je revins sur mes pas et une seconde fois, je me plantais face à lui et son regard transperça le mien. Et bien, vas-y, je t'en prie, dis-moi qui je suis vraiment alors. Parce que, oui, ça avait l'air plus que réel, j'avais l'impression que tout ça, venait de là ! je posais un doigt sur son coeur. Alors non, je le ne sais pas, j'arrive pas à savoir qui je suis pour toi. ma voix se brisait pour la énième fois. Je n'arrivais pas à déceler le vrai du faux. Je voulais juste la vérité, qu'il soit honnête envers moi, parce qu'à présent, il ne l'avait jamais été. Je dépendais de sa réponse, et je détestais ça. Mais...Je suppose que c'était ça quand on appréciait quelqu'un. On dépend de lui et de ce qu'on nous dit.
Mon doigt était resté planté sur sa poitrine. Ma main s'était dépliée sur son coeur. Et ce coeur, je ne voulais malgré tout pas le lâcher.

(c) AMIANTE


code dialogues:
 


Dernière édition par Barbara Palvin le Dim 30 Aoû - 15:21, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

Invité



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   Dim 30 Aoû - 14:17


your mouth is poison, your mouth is wine.
Barbara Palvin and Niall Horan.

L'ambiance change tellement à la moindre phrase que c'est bouleversant. J'essaye de chercher les bons mots, mais j'enchaîne et je m'enfonce plus que ce que je ne le veux. Mais c'est mérité, et je le sais. Mais le fait qu'elle est juste en face de moi et qu'elle soit aussi mal devant moi me brise le cœur, mais au fond, je sais que j'y suis arrivé. Je sais qu'il y a ce déclic, qui fait que malgré toutes les saloperies, elle est prête à m'écouter. J'ai dit la stricte vérité, mais je crois que j'ai plus été maladroit parce qu'elle avait l'air blessé. J'ai dit la stricte vérité, mais je crois que j'ai plus été maladroit parce qu'elle avait l'air blessé. Alors je me suis demandé ce que j'avais bien pu dire. Attends, t'es vraiment en train de me dire que c'est à cause de tes fans que tu m'as dit autant de méchancetés ? Tu pouvais pas juste faire comme les autres et me le dire directement, au lieu de me cracher tout ce venin à la figure ? Et tu l'assumes ?! Mais c'est encore pire, Niall, c'est encore pire ! Je me suis retrouvé con, je l'avoue. C'est aussi idiot que ça que d'avoir voulu la protéger. À ma façon, certes, mais l'intention y était. Je n'ai pas fait ça parce que je le voulais. Je pensais que c'était la meilleure chose à faire, alors pourquoi elle le prend aussi mal ? Pourquoi est-ce qu'elle essaye de ne pas me comprendre. Le pire, c'est que je la regarde impuissant, je n'arrive pas à parler, je n'arrive pas à la rattraper et à l'empêcher de partir parce que je pensais que j'avais bien dit. Je pensais vraiment que j'avais raison de lui dire ce que je ressentais. Mais j'avais tort. Puis elle a enchainé, elle m'a fait une déclaration et j'avais l'impression que mon coeur battait beaucoup trop vite, que je pouvais tomber dans les pommes. Et bien, vas-y, je t'en prie, dis-moi qui je suis vraiment alors. Parce que, oui, ça avait l'air plus que réel, j'avais l'impression que tout ça, venait de là ! Son doigt m'a procuré un frisson. Alors non, je ne le sais pas, j'arrive pas à savoir qui je suis pour toi. Mon premier réflexe a été de poser ma main dans la sienne, celle qui se trouve sur mon cœur. J'ai lié nos doigts, pour être sûr qu'elle ne l'enlève pas. Et c'était un peu pour pouvoir la toucher, parce qu'elle a la peau douce. J'ai posé mon regard sur elle, j'étais impuissant face à sa moue. Impuissant face à sa beauté, parce qu'elle est magnifique, malgré l'obscurité de la grotte. Le peu de lumière la reflète. « Très bien. » J'ai soufflé un bon coup, je tremblais un peu. « Tu es cette personne belle, et magnifique, qui hante mes pensées depuis le début. Tu es la personne sur qui je suis tombé amoureux, et tu es cette personne que j'ai brisée parce que je pensais que c'était mieux pour moi de te faire fuir. Je pensais qu'être heureux et en couple avec une personne aussi belle que toi étais impossible. Parce que je ne voulais pas que tu sois blessé par toutes les crasses que tu pourrais recevoir de la part de mes fans, j'ai dit moi-même ses crasses parce que je savais que tu t'en irais. Je savais que tu aurais pu être beaucoup plus heureuse. Tu es ... Je suis amoureux de toi Barbara. Tu me manques, et je suis vraiment désolé de ce qu'il s'est passé. Je ne le pensais pas, je ne le penserai jamais. » J'ai fini dans un murmure, à bout de souffle parce que j'ai parlé à une vitesse pour être sûr que mon discours ne soit pas coupé par des bafouillages, ou à cause de ma voix qui aurait pu partir en couille. Je n'ai jamais été aussi sincère que ça me bouleverse complètement.
crackle bones
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.   

Revenir en haut Aller en bas
 
narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» narbara ◊ your mouth is poison, your mouth is wine.
» You took my heart and you held it in your mouth.
» Lames suintantes + poison ?
» TOP30 ANIMAUX RARES ET ETRANGES
» My world, my style

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! :: Music stations always play the same songs :: ARCHIVES DIFFERENTES INTRIGUES-