AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage

Bob Morley
Bob Morley
☆ minibars
“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 56184610
☆ in hollywood since : 03/04/2019
☆ interviews : 752 ☆ crédits : Sweet poison et Wild Heart

“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]   “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 EmptyMar 20 Aoû - 17:49

“ Misfortune shows those who are not really friends. ”
@Marie Avgeropoulos feat Bob Morley
“ The most memorable people in life will be the friends who loved you when you weren’t very lovable. ”
••••

Pour l’heure, il est difficile pour l’Australien de voir à quel point son amie a raison. Les torts de William et les siens ne sont pas les mêmes, pour autant, la souffrance qu’éprouvera la blonde sera incomparablement plus forte concernant la connerie commise par Bob, qu’à cause de celle commise par le Miller. « On verra ce qu’EJ en dira… », souffle douloureusement le brun. Il s’attend à ce que la Taylor-Cotter lui mène la vie dure, ainsi que l’expose Marie, sans détour. Ca sera légitime de la part de l’actrice, de chercher à donner ainsi une leçon à Bob, bien que comme cela a déjà été évoqué, il n’a rien fait de mal : ils n’étaient pas encore un couple ! Il grimace, quand Marie met en avant la difficulté qu’il aura à se faire pardonner. Il a déjà vécu un enfer, quand Eli a demandé la rupture, des années plus tôt. Il ne sait pas s’il est prêt à replonger dans ce calvaire. Pas après avoir goûté de nouveau au bonheur, bien trop intense et enivrant, d’avoir de nouveau la jeune femme à ses côtés. Cependant, il n’a pas le choix. Ce secret ne fait que le ronger bien trop intensément, il ne pourra le garder pour lui indéfiniment. Et même s’il le pouvait, ça finirait par le rendre fou, aucun doute possible sur cela ! C’est presque comme un automate que l’homme hoche positivement la tête : Marie a raison, une fois encore, à terme, cette situation finira par le rendre cinglé. La seule solution est d’anticiper en avouant la vérité à Eli, et à prier pour qu’elle lui pardonne. Tout comme à croiser les doigts pour que la Avgeropoulos ait vu juste : Eli et Bob sont faits pour être ensemble. Quand les deux Australiens ont commencé à se fréquenter, au début de la série, Bob s’est mis à y croire, avant qu’Eli ne lui brise le cœur. Puis il a fait de son mieux pour avancer, sans elle, et a fini par partager plusieurs années de sa vie avec Arryn, sans pour autant que son cœur ne parvienne entièrement à battre pour la doubleuse vocale.

Il y a toujours des larmes dans ses yeux, quand Marie attrape son visage pour le réconforter, en continuant à parler, lui faisant part de son soutien, et lui parlant d’un lourd secret qu’elle avait réussi à lui cacher jusqu’alors. Intrigué par l’aveu que la jeune femme semble sur le point de lui faire, les sourcils du brun se froncent. Enfin, il va savoir ce qui semblait tracasser la Canadienne, au début du tournage, et ce qui la faisait agir de manière bien incompréhensible par moment. Il tombe des nus, quand l’aveu survient enfin. Ses yeux s’écarquillent d’un coup, et d’autres larmes font leur arrivée. Cette fois, il ne pleure pas pour lui, ni à cause de l’atroce conversation qu’il va devoir avoir avec celle qu’il aime. Non, là, il pleure à cause de ce qu’a enduré Marie, à l’époque. Et c’est sans doute un réflexe purement protecteur qui le voit poser une main sur le ventre de son amie, comme si, par ce simple geste, il pouvait assurer la sécurité du petit être qui continue à y grandir, afin qu’il ne connaisse pas le même destin que cet autre pauvre malheureux. « Je suis désolé.. »  murmure-t-il, ne se souciant pas du fait que son amie parle encore, ayant juste l’envie de lui faire savoir cela, qu’elle sache qu’il partage sa peine. Même si cela peut se voir, à la façon qu’il a de la regarder. Il aurait aimé être au courant de ce drame, à l’époque, afin de pouvoir réellement la soutenir, mais il se rassure avec ce que l’actrice déclare. Même sans savoir ce qu’elle vivait, il a été là pour elle. Et c’est là l’essentiel, dans une telle amitié : être présent pour l’autre, sans savoir réellement pourquoi l’autre parait aussi triste. Il l’avait bien senti, à ce moment-là, que sa collègue n’était pas au mieux de sa forme. Etant donné qu’elle n’avait pas fait mine de souhaiter se confier, l’Australien n’avait pas cherché à la pousser à s’ouvrir à lui. Il a toujours préféré laisser les gens parler quand ils en éprouvaient le besoin, se montrant présent pour eux, sans chercher à comprendre plus loin ce qu’ils pouvaient bien cacher. La suite du discours de la brune le fait de nouveau pleurer, mais cette fois, ça n’est ni à cause de sa connerie avec Lindz, ni par empathie pour le drame qu’elle a connue, mais pour la déclaration d’amitié qu’elle lui fait. Pour être honnête, il aimerait être en mesure de la remercier, ne serait-ce qu’à travers un simple merci, mais aucun mot ne parvient à franchir le seuil de ses lèvres, bien trop ému pour cela. La journée est plutôt éprouvante pour lui, et ses nerfs ne sont clairement pas assez solides pour supporter tout cela. On est bien loin de l’image de l’homme sexy et avec un sang-froid qui ne lui fait jamais défaut : ainsi est le réel Bob, plus sensible qu’il n’y parait, surtout dans ses mauvais jours, durant lesquels sa façade se craquèle de la sorte. Au lieu de cela, il ôte sa main qu’il a précédemment déposé sur le ventre de son amie, pour attraper une de ses mains à elle, et la serrer ainsi, dans la sienne. Nul besoin de préciser à quel point ce geste est hautement fraternel. Même s’ils ne partagent pas de liens de sang, et que Bob reconnaît bien volontiers que Marie est une séduisante jeune femme, il ne l’a jamais vu autrement que comme une excellente amie, et cela n’est pas prêt de changer, n’en déplaise à ceux qui aimeraient voir les interprètes de la fratrie Blake, se découvrir un profond amour l’un pour l’autre.

« Tu as raison… » admet-il, à la suite du discours que lui a tenu son amie. Evidemment qu’elle a raison, il le sait. Eli aura de lourdes raisons de lui en vouloir, mais dans le même temps, elle se rappellera forcément que ça n’est en rien une infidélité, juste un énorme faux pas d’un mec qui était brisé à cet instant précis, et qui a fait la connerie de sa vie en couchant avec la meilleure amie de celle qu’il aime depuis des années. « Mais ça va être atroce… » Il espère que ça ne finira pas comme suite à leur dernière rupture, qui a vu le brun essayer de se faire à une vie sans Eliza à ses côtés, pour le pousser dans les bras d’Arryn, qui s’était avérée plus novice qu’il n’aurait jamais pu l’imaginer de prime abord ! « Surtout si elle se montre trop rancunière ! » C’est ça, la grosse trouille qu’il a, Bob : que la belle blonde ait du mal à lui pardonner, qu’il en vienne à se dire que c’est fini, ou qu’elle tente de se convaincre, comme à l’époque, qu’elle est mieux sans lui. C’est après un nouveau soupir qu’il ajoute « Je me laisse deux trois jours, pour… chercher comment et quand lui dire tout ça, et je lui avoue tout… » Ca peut paraître lâche, mais il ne tient pas à se lancer comme ça, sans s’être préparé un minimum au préalable. Ca ne changera sans doute rien au résultat, mais il ne se sent pas de tout lui dire, là, dans une poignée d’heures seulement. « Tu… Je t’en demande sans doute beaucoup, mais… tu pourras veiller sur elle, pour moi ? » Quand lui ne pourra pas le faire, évidement. Il la connaît, sa belle Australienne, il sait qu’il va avoir à affronter la tornade qu’elle sait être, avant d’obtenir son pardon, et donc, d’être en mesure de partager de nouveau sa vie. En attendant, il n’a pas l’intention de la laisser seule. Déjà qu’avec son aveu, elle va non seulement perdre son meilleur ami et petit-ami, mais également une de ses meilleures amies en la personne de Lindsey, autant faire en sorte qu’elle ait d’autres épaules sur lesquelles pleurer. Il se doute bien que Marie aurait veillée sur Eli, même sans qu’il le demande, mais ça, c’était plus fort que lui. « Et… Merci pour tout… Je sais pas ce que je ferai, sans toi ! » Il en a bien conscience, de ça ! On ne remercie jamais assez les gens que l’on aime, de la simple chance de les avoir dans sa vie. « Je suis désolé pour ce qui t’es arrivé. Mais n’oublie pas que toi aussi, tu pourras toujours compter sur moi, OK ? » demande-t-il, essayant d’afficher un petit sourire, qui lui donne un air bien misérable, avec les larmes qu’il affiche encore. Il aimerait faire savoir à son amie qu’elle peut compter sur lui pour lui changer les idées, en cet instant, se doutant bien que cette grossesse doit ramener de tristes souvenirs en elle. Mais il sait aussi qu’il n’est pas la meilleure compagnie qui soit, pour offrir une distraction à qui que ce soit. Il peut juste offrir une oreille attentive à la brune, peu importe l’heure et le jour. « « Ma meilleure amie, ma responsabilité ! », hein ? » termine-t-il, avec un petit rire amusé, en clin d’œil à une réplique bien connue des fans du duo Blake.
••••

by Wiise

_________________
I am made vulnerable by your gaze. I am made whole by your touch. I am made better by the way my name falls from your lips, so don't presume to know who I want. I have needed you since the first time we stood side by side in the dark and I want to build this good thing up until it becomes a constellation. All I want is you, beloved. Maybe we don’t realize it until the beating heart is out of our chests.
Revenir en haut Aller en bas

Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos
☆ minibars
“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 766 ☆ crédits : Moi même

“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]   “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 EmptyMer 21 Aoû - 4:43




Misfortune shows those who are not really friends.@Bob Morley
You made a mistake, but for you I would keep it for myself.



☾☾ Bob avait fait une connerie oui c’était une évidence qui serait probablement compliqué à nier dans tous les cas. Mais qui ne faisait pas de conneries dans la vie ? Ce n’était pas bien grave dans le fond il fallait simplement que ce genre de choses servent totalement, et qu’on apprenne de nos erreurs. Parce qu’il était très clairement difficile de ne jamais faire d’erreurs dans la vie, certaines étaient très souvent pas si graves, et il y en avait d’autres qui l’étaient malheureusement bien plus qu’on ne pouvait le croire. Mais il fallait se battre pour ce genre de chose, parce qu’il n’y avait rien de plus difficile, parce que tout cela n’était pas une vie sinon enfin selon moi. « On la connait assez pour savoir que ça ne sera pas facile pour toi de l’entendre mais tu dois simplement y croire. » Moi en tout cas, je voulais réellement croire que tout ce genre de chose, pourrait passer, que tout irait beaucoup mieux pour l’homme qui se trouvait devant moi, ça devait absolument bien se passé. Ça ne pouvait pas se passer autrement parce que sinon.. Je ne savais pas comment j’allais pouvoir récupérer le jeune homme et ça c’était quelque chose qui ne me plaisait pas, en même temps j’avais toujours admirer bien trop ce jeune couple. Mais je savais aussi que pour la santé mental de mon meilleur ami, il allait devoir dire les choses qui s’étaient passé, parceque sinon tout ce qui pourrait bien se passer, risquait tout bonnement de le brisé plus qu’il ne pouvait déjà l’être et très clairement c’était franchement pas ce que je voulais pour lui. Il ne méritait pas ce genre de chose, peut être que je n’étais pas forcément très impartial dans la situation, même que c’était très loin d’être le cas. Je savais ce qu’il avait traversé lorsque la première rupture avait eu lieu, et je n’avais pas envie de revoir le jeune homme comme ça.

Mes premiers réflexes étaient tout simplement de tenter de le réconforter, parce qu’il avait tout bonnement besoin de le savoir. C’était probablement le moment de lui faire part de la triste vérité sur ce point. Je voyais qu’en m’entendant parler ainsi, j’avais attiser sa curiosité. Dans le fond il avait probablement toujours voulu savoir pourquoi j’avais toujours réagis bizarrement et parfois brutalement dans la situation. J’avais tellement souffert parce que j’avais eu l’impression de tout bonnement ne pas être une bonne mère qui n’avait pas réussi à pouvoir protéger son bébé. Même si dans le fond je savais pertinemment que je n’étais pas totalement responsable de la situation, même si c’était à cause d’une des cascades que la fausse couche avait été déclencher, il y avait forcément quelque chose derrière. Probablement que le bébé n’était tout bonnement pas fait pour survivre, parfois ça pouvait arriver parce que ça en était tout bonnement la triste vérité, une vérité horrible mais certains bébés ne pourraient jamais naitre. Bien que le pire dans cette situation c’était que je n’avais jamais voulu tomber enceinte, pourtant je savais que Quincy serait un très bon père pour le bébé qui grandissait dans mon ventre depuis que je l’avais annoncé du moins à mes plus proches et que mon ventre avait enfin décidé de pointer le bout de son nez. Je ne voulais pas de ce bébé, pas parce que je ne l’aimais pas. Dans le fond forcément que j’aimais mon bébé, c’était un bébé tout de même fait à travers un amour certes aujourd’hui plus présent dans mon coeur, parce que tout ça avait remué des choses très certainement pas du tout agréable à mes yeux. Bob avait toujours été un ami particulièrement doux, même si j’avais un caractère parfois particulièrement mauvais. Probablement que Bob n’avait jamais chercher à me faire parler, parce qu’il me savait tout bonnement pas prête à pouvoir parler de tout cela. Qu’il y avait quelque chose de probablement grave qui m’était arriver pour que je réagisse comme cela. C’était bien le cas, non ça n’avait pas été une agression bien que plus d’une fois j’avais repoussé le contact des gens en dehors des besoins des scènes. Certaines fois je me forçais à tout bonnement accepter ce qui se passait, qu’on me touche pour les besoins d’une scène mais en dehors. J’avais souvent été distante pendant un moment, le seul qui avait réellement pu s’approcher de moi se trouvait être Ricky. Mais c’était tellement plus simple d’accepter le soutien d’une personne présente lorsqu’un drame était arriver et dont tu ne serais pas obligé de devoir en parler. Ma main se posa au dessus de celui qui était mon meilleur ami, un frère à mes yeux parce que oui si il y avait du mauvais dans cette passade. J’avais gagné un frère, un frère même si il n’était pas de sang, il l’était pour moi. Comme quoi un lien simplement frictionnel avait réussi à se transformer en quelques choses de réels dans la vie. Et pour ce genre de chose, pour rien au monde je n’abandonnerais Bob. Il m’était bien trop précieux à mes yeux, comme Octavia qui était capable de tout pour sauver son frère parce que son amour pour lui était grand. Si profond et beau aussi dans le fond, malgré les dernières choses s’étant passé. Bob était probablement la personne qui m’était la plus précieuse dans ce monde. Et ma famille compte plus que tout à mes yeux, alors oui je serais la pour l’aider à se relever lorsque les choses iront mal pour lui. Parce que c’était le rôle d’une soeur non ? D’être la pour son frère ? De l’aider à se relever lorsqu’il irait mal, de l’aimer parce que cet homme le méritait plus que n’importe qui. La pression des médias étaient difficiles, forcément Bob avait du se créer une carapace. Mais seuls les personnes proches de lui pouvait savoir comment il était dans la vraie vie, beaucoup de fans le voyait comme un homme sexy. Oh jamais je ne dirais que Bob n’était pas le type d’homme qui me plaisait, il était magnifique. Non mais regarder cet homme, c’était un homme plus que magnifique, avec une âme si pure, si douce. Qui n’aimerait pas avoir son Bob dans la vie ? Mais Bob n’était pas le genre d’homme avoir confiance en lui, oh il savait très bien donné le change quand il s’agissait de faire un leader né, un homme charismatique mais dans la vraie vie, Bob était de très loin du leader né. C’était probablement bien plus un jeune chiot mignon et de nature réservé. Même si les fandoms pouvaient vouloir en dehors du Beliza, que nous ayons une relation qui iraient plus loin qu’une simple amitié. Mais la vérité pure était bien le contraire, oui cet homme était d’une beauté pure que ça soit extérieur mais son intérieur était encore plus lumineux que son extérieur. C’était une vraie perle. Dans un sens les fans voulant quelque chose de plus qu’une amitié entre les interprètes du duo Blake, ils avaient raisons. Il y avait plus, un amour profond l’un pour l’autre. Un amour qui me ferait déplacer des étoiles pour lui mais jamais ça n’irait plus loin qu’un amour bien plus filial que amoureux. J’avais la chance d’avoir mon Bob dans ma vie, et pour ça je remercierais jamais assez dieu, si dieu existé de m’avoir mis sur son chemin.

Maintenant il était temps que Bob parle de ce qu’il avait fait avec la blonde, parce que le voir comme ça je ne le supportait pas. La preuve j’étais en larme, même sans les hormones qui me rendait particulièrement sensible. J’aurais probablement pleurer, parce que voir cet homme pleurer ? Je ne le supportais pas, combien de fois j’avais pleurer lors du tournage de la saison six, lors des scènes de Bellamy triste, il avait beaucoup traverser et ses émotions avaient fait des volts face. Même si la scène ou Octavia provoqué pour se faire tabasser et se faire tuer parce que c’était ce qu’elle voulait dans le fond. Avait été applaudit, combien de fois il m’avait fait chialer pendant les tournages ? Combien de fois j’avais sauter dans ses bras à chaque fin de prises pour pouvoir avoir des câlins de cet homme qui me foutait des frissons, tellement il était talentueux. Un nombre incalculable, alors oui le voir aussi brisé par ce secret me brise tout autant. Cet homme je l’aimais tellement, il était si merveilleux. Je ne supportais pas de le voir aussi mal, aussi détruit. Bon dieu qu’est-ce que je donnerais pour que cet homme soit heureux. « Ca va être dur, elle aura toute les raisons d’être rancunière. Mais tu ne dois pas laisser sa rancune et sa douleur prendre le pas. Tu dois te battre pour qu’elle te pardonne. Tu n’as pas à te reprocher le fait que tu l’es trompé. Si elle te demande de mettre une distance dans ta relation avec Lindsey. De n’avoir des contacts que purement professionnel… Je sens qu’elle va me détester de te dire ça, mais si elle te le demande. Fais-le, prouve lui que tu l’aimes tellement que tu feras tout pour lui rendre la vie beaucoup plus aisé. C’est horrible ce que je dis, mais entre perdre Lindsey et perdre Eliza. Laquelle veux-tu ne surtout pas perdre ? » Je ne savais pas si EJ irait jusqu’à lui dire de cesser absolument tous contact avec la Morgan. Mais il devait le faire, malgré qu’il n’avait pas à se rapprocher d’avoir trompé la blonde il avait trahis sa confiance et il allait devoir travailler pour la retrouver. « Prends les jours qu’il te faut, mais ne prends pas trop longtemps pour lui dire. Lindsey n’a pas l’air bien en ce moment et finira probablement par lui dire. Je ne te trahirais pas, parce que tu comptes pour moi plus que n’importe qui de nos proches et collègues. Mais ça doit venir de toi et prends trop longtemps à lui dire va finir par te rendre dingue. Tu l’es déjà, et te voir comme ça j’ai l’impression de crever parce que je peux rien faire pour t’aider à soulager la situation et ça me dégomme parce que j’aimerais tellement faire plus pour toi. Bordel ce que j’aimerais pouvoir te retirer cette douleur et cette situation. » La était probablement la preuve de l’amour si profond que je portais à Bob. Pour lui, je donnerais ma vie si la situation l’oblige. Je ne pourrais plus vivre sans cet énergumène dans ma vie. Je lui donnerais le monde simplement pour un simple sourire et un rire de sa part. A sa demande j’avais eu un petit sourire, venant avec mon pouce retirer les traces de ses larmes comme une soeur ou une mère pourrait le faire avec son enfant, ou bien son frère. « Tu n’as pas besoin de me demander de le faire, je le ferais. Je veillerais sur elle ne t’en fais pas. » Comme je savais aussi que le brun serait toujours là pour moi, quand je disais que cet homme était si bon et si merveilleux. Bon dieu ce que j’avais de la chance d’avoir ce bout d’homme dans ma vie, j’avais tellement besoin de lui. Comme aujourd’hui il avait besoin de moi. « Je le sais Bob. Tu as été la dans le pire moment sans même chercher à comprendre ce que j’avais. Depuis ce jour-là, je sais… Je sais que je ne laisserais jamais rien te retirer de ma vie, qu’importe les fautes qu’on pourra commettre. Tu n’es peut être pas mon frère de sang, mais tu es bien plus qu’un meilleur ami. Tu es mon frère, pas un frère de coeur, mais mon frère. Tu as été la, tu es toujours là, je sais que quoique je fasse tu seras là pour moi. Comme je le serais pour toi, tu peux me demander tout ce que tu veux, que je le ferais. » Avais-je répliqué en caressant sa joue avec une petite moue mignonne pour lui, avant de lâcher un petit rire à sa réplique. « « Mon meilleur ami, ma responsabilité » » Répétais-je. «  Je t’aime Bobby, ne l’oublie jamais. » Je t’aime des mots que je ne disais que rarement. Cette réplique connue par les fans du duo, était semblable à un je t’aime dans le fond. Mais ses mots ses mots étaient si rare, du moins dites de vive voix. Mais Bob savait que je l’aimais, réellement et il avait besoin d’entendre ses mots.




CODAGE PAR AMATIS


_________________
Revenir en haut Aller en bas

Bob Morley
Bob Morley
☆ minibars
“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 56184610
☆ in hollywood since : 03/04/2019
☆ interviews : 752 ☆ crédits : Sweet poison et Wild Heart

“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]   “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 EmptyDim 1 Sep - 17:50

“ Misfortune shows those who are not really friends. ”
@Marie Avgeropoulos feat Bob Morley
“ The most memorable people in life will be the friends who loved you when you weren’t very lovable. ”
••••

Qu’il aimerait être autant confiant que Marie, en la capacité de pardon d’Eliza, mais il est sceptique : la jolie blonde sait se montrer plus rancunière que ne sait l’être son personnage dans la série. Et pourtant, à l’instar de Bell pour Clarke, Bob est prêt à tout faire, pour l’Australienne. Aussi, quand Marie met sur le tapis la requête que pourrait présenter Eli à Bob, sur un possible éloignement de sa part à instaurer, entre lui et la Morgan, la réponse ne se fait pas tarder « Evidemment, j’accepterai de moins voir Lindz ! » Cela ne sera pas facile pour autant, il apprécie l’actrice, c’est vraiment une amie, mais la question ne se pose pas vraiment pour lui : Eli est plus importante que tout au monde, dans la vie du Morley. Il n’y a pas grand-chose qu’il ne serait pas capable de faire, pour elle et son bonheur. Et ça le mine, de savoir qu’il a tout gâché, à cause d’une erreur idiote, survenue un soir où il n’avait pas le moral. Ca le désole également de voir que Marie prend autant sa situation à cœur. Il est bien entendu, heureux de la voir présente pour lui, malgré tout, mais se trouve attristé qu’elle prenne autant sa situation à cœur. « Tu m’aides déjà en étant là pour moi ! » l’assure-t-il. Il a conscience que dans le malheur qu’il s’est construit tout seul, il a de la chance d’avoir une amie en or telle que la brune. Elle a toujours été présente pour lui, sans le juger, alors que parfois, elle aurait pu. Et c’est bien grâce à cela, et à cette confiance sans limite qu’il lui accorde, qu’il se permet de lui demander de veiller sur la Taylor-Cotter, quand la belle blonde refusera de le voir. « Merci… » Il n’y a rien à dire de plus, même s’il sait qu’elle l’aurait fait, sans qu’il ait à lui demander, ainsi qu’elle l’a fait remarquer. Ils sont comme ça, les deux, à toujours faire en sorte que l’autre aille bien, peu importe ce qu’il faut faire. On pourrait croire que c’est venu parce qu’ils jouent un frère et une sœur, mais il n’en est rien : combien d’acteurs incarnant une telle relation, se détestent dans la réalité ? Marie et Bob ont eut la chance de vraiment bien s’entendre, et construire une jolie relation, sincère et qui, Bob le sait, perdurera même quand la série sera terminée.

Et pour une fois, le duo se laisse à exprimer à quel point ils tiennent l’un pour l’autre, d’une manière purement amicale, mais dont l’intensité n’a rien à jalouser des plus belles et fortes relations amoureuses ! Bob en a les larmes aux yeux, et en un sens, ça lui fait du bien, d’avoir des larmes qui proviennent d’une nouvelle prise de conscience de la force de son amitié avec la Avgeropoulos, et non plus du constat qu’il a tout détruit avec la Taylor-Cotter. « Je t’aime aussi. » rétorque-t-il, affichant un léger sourire, avant de serrer l’actrice dans ses bras. Peut-être que des gens prompts à juger un peu trop rapidement pourraient se méprendre sur le sens de ces mots et de cette étreinte, s’ils venaient à rentrer dans la pièce, mais les deux protagonistes savent ce qu’il en est. Et l’amour peut avoir toute forme de couleurs : des couleurs plus romantiques, des teintes plus familiales, et des qui sont plus amicales. Dans leur cas, c’est un mélange des deux dernières formes, car même s’ils ne sont pas liés par le sang, ainsi que l’a déjà dit Marie, à leurs yeux, c’est tout comme. Ayant toujours la jeune femme contre lui, le brun pousse un soupir, et finit par dire « Je sais pas pour toi, mais moi, j’ai un petit creux ! » Il faut dire qu’il mange à peine, ces derniers temps. Là, ça l’a sans doute partiellement libéré, d’avouer ce qu’il a fait à une autre personne. Et puis, les moments trop émouvants qui s’éternisent, ça le met mal à l’aise, surtout quand il se sait être aussi bas moralement… C’est aussi à cause de cela qu’il ne se reprend pas de chiens, suite à sa rupture avec Arryn, la doubleuse vocale a en effet gardé Ellie, afin de ne pas la séparer de Clover. Un peu de compagnie ne ferait pas de mal à Bob, mais il ne se sent pas en mesure de prendre soin de quelqu’un d’autre, présentement. « Faut bien nourrir le petit pois, en plus ! » s’efforce-t-il de plaisanter. Autant parler de quelque chose de plus neutre, et quoi de mieux que de parler de l’enfant à naître ? Bob a hâte de le voir enfin, ce petit bout, presque autant qu’il a hâte de voir son enfant, à Eli et à lui.

••••

by Wiise

_________________
I am made vulnerable by your gaze. I am made whole by your touch. I am made better by the way my name falls from your lips, so don't presume to know who I want. I have needed you since the first time we stood side by side in the dark and I want to build this good thing up until it becomes a constellation. All I want is you, beloved. Maybe we don’t realize it until the beating heart is out of our chests.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé

“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]   “ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie] - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
“ Misfortune shows those who are not really friends. ” [Marie]
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2
 Sujets similaires
-
» De Broglie (and friends) vs RAPAX XXI
» Keep your friends close, and your ennemies closer.
» Qin Xiao Yu ღ Friends applaud, the comedy is over. [Terminus]
» May, let's be friends
» Old Friends, New Rules

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! :: sunset and vine :: NORTHEAST-