AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

☆ minibars
Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 688 ☆ crédits : Moi même

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyVen 5 Juil - 20:34

Don't look at me like that ... I was hungry.

Ca avait été relativement assez drôle de voir qu’Abigail avait pu penser un seul instant que j’avais été en couple avec Louis, enfin ce n’était pas parce que nous étions relativement proche que ça voulait tout de suite dire que nous étions en couple. Non sincèrement Abigail m’avait bien fait rire actuellement, c’était une chose qui n’était pas forcément aisé à lui faire comprendre à la jeune femme que je n’étais pas enceinte de Louis. Même si je ne le répétais probablement pas assez, j’aurais préféré être enceinte du chanteur que du père actuel, non pas que je ne l’aimais pas. Ne pensait pas le contraire, mais malheureusement je me rendais bien compte qu’en réalité j’aimais toujours dans le fond mon ex compagnon juste avant lui. Je n’avais jamais eu d’excès de violence, à en être totalement incontrôlable avec Taylor alors qu’avec Quincy c’était clairement le contraire, et puis avec ma grossesse j’évitais cependant trop de contradictions. Bien qu’heureusement qu’Abigail ne m’avait jamais fait part de son avis, parce qu’elle aurait probablement reçu une sale réprimande, même si ce n’était pas mon employée. Elle n’avait pas du tout le droit de pouvoir réellement se mêler de ce que je pouvais penser, parce qu’à mes yeux c’était quelque chose qui me regardait et qui ne la regarde clairement pas. Je faisais encore ce que je voulais de mon corps et de ma vie après tout non ? Elle n’avait pas le droit de pouvoir se permettre de juger le fait que je fuyais à moitié le père de mon gosse.

Bien entendu même moi j’avais commencé à regarder des documentaires sur l’accouchement, bon je m’étais même surprise à pleurer devant. Vive les hormones à prier tout en demandant à ma fille de rester dans mon ventre, même si je n’avais pas totalement changé d’avis j’avais déjà deux prénoms en tête qui restait à l’intérieur. « Tu as toujours peur, pourtant tu es probablement la personne que je connais qui est le plus rodé dans les grossesses que n’importe qui. Laisse-moi deviner tu as aussi demandé des conseils pour savoir comment réagir, si je commençais à vouloir éjecter ma fille d’un coup ? » Mais j’avais tout de même souris, parce que ses paroles me faisaient doucement sourire en même temps il y avait tout de même de quoi non ? Enfin selon moi en tout cas, ce genre de chose était tout de même assez drôle et je ne pouvais pas réellement m’en plaindre parce que ça ne pouvait être que trop sympathique. « Moi aussi, je préférerais tout de même éviter d’accoucher ici, même si Abigail fait en sorte que tout soit nickel tous les jours. C’est moins stérile que l’hôpital, pas que je ne lui fasse pas confiance mais tout de même… » L’entendre parler à ma fille était tout de même quelque chose à voir, parce qu’actuellement c’était à mourir de rire actuellement. Non mais c’était vraiment à voir sincèrement. « Et alors je veux quand même ma belle bague ! Comment je fais pour narguer toutes tes fans si je n’ai pas une belle bague pour les faire rager ? » Avais-je alors dit en faisant la moue et secoua doucement la tête en regardant celui-ci. Et pencha la tête, même si Harry était jaloux, il n’y avait rien entre nous. Je le considérais comme un petit frère et je ne me voyais clairement pas m’envoyer en l’air avec mon petit frère sincèrement. Non rien que l’idée me dégouté un peu, enfin Louis était un homme canon je ne pouvais pas dire le contraire, mais en vu de comment je le considérais c’était certain que ça n’était pas l’idée qui me réjouis le plus. « Mais, ce n’est même pas juste en plus je t’envoie que des coussins à la tête ! Je peux te lancer Chewy si tu veux, il adorait dormir sur toi ! » C’était fou à quel point Chewy était hyper protecteur avec moi, tant qu’il n’avait pas bien renifler les personnes. Personne ne pouvait m’approcher, Louis y avait eu le droit à un grognement mécontent de Chewy quand j’avais fini par prendre mes aises chez lui. Bien que j’avais rapidement bouger Chewy et aller faire un câlin au chanteur pour lui montrer qu’il ne me voulait rien du tout. Au moins t’étais sur que je me ferais pas attaquer, en même temps vu le chien que c’était ça ne donnait pas trop envie d’attaquer non plus.

« Chiche ! On paris que je mangerais ? » Même si je n’aimais pas, je mangerais juste pour ne pas perdre mon pari. Je n’aimais pas perdre ce genre de paris, si bien que j’avais tendu la main vers l’homme. Bien entendu quand je lui avais dis que ma grossesse était bien arrivée à terme, voilà que monsieur allait s’inquiéter encore plus. Surtout que ça commençait à devenir de plus en plus difficile de supporter ses contractions, bien que forcément je n’avais pas voulu le déranger alors forcément pas d’appel. « Tu étais avec ton manager, ce n’était pas nécessaire que je t’appelle puisque le médecin m’a dit qu’il n’y avait pas encore lieu de s’inquiéter ! » Ce qui n’était pas faux, bien qu’actuellement je dirais plus que mini moi allait montrer le bout de son nez, dans la soirée vu les douleurs intensives que ça me donnait en ce moment. S’énerver sur une femme enceinte n’était pas bon, enfin actuellement je mourrais de faim alors il pourrait m’engueuler à tout bout de champs, que je n’y prêterais pas tant attention. « Quand ça serait l’heure de m’y emmener ? » Avais-je dit en finissant mon plat, attrapant mon verre pour me désaltérer un peu. Tout en cherchant ma glace, j’avais la couverture qui cachait mon ventre et mes jambes. Jusqu’à ce que je lâche en réalité ma glace par terre, puisque je venais de sentir soudainement mon entre jambe totalement trempé. Shit m’avais-je dit pour moi-même, je me tournais vers le chanteur qui avait bien vu la glace par terre et ce moment de pause.





_________________
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
Louis Tomlinson
Louis Tomlinson


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_myacdxhnCN1rujt6qo6_r2_250
☆ in hollywood since : 20/05/2019
☆ interviews : 2537 ☆ crédits : Bittersweet

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyVen 5 Juil - 21:53

Don't look at me like that ... I was hungry.
Il devrait peut-être s’offusquer du fait qu’elle lui dise qu’il panique au moindre petit truc. Mais ça ne le dérange pas. Il a l’art et la manière d’être dramatique donc forcément, une femme enceinte qui est sous sa responsabilité et paf, c’est la fin du monde à la moindre grimace. À croire que Lottie n’avait pas prévenu Marie en apprenant qu’elle loge chez lui. Sans doute que si. Et si leur mère avait été là, elle aurait été la première à expliquer à Marie qu’il a tendances à devenir plus que super protecteur avec une femme enceinte. Même Briana y avait eu droit et pourtant pendant la grossesse, ils ne s’entendaient pas tout le temps à merveille. « J’ai demandé ce que je devais faire au cas où… Ne me regarde pas comme ça, si t’étais à ma place t’aurais fait pareil. » Bah quoi, c’est vrai non ? Si c’était lui, en mode féminin, qui était prêt à accoucher, elle aussi aurait posé toutes ces questions au médecin. Puis les documentaires, ils en ont quand même regardé ensemble, des beaux documentaires qui ne montrent pas trop de sang et de boyaux, ou de situations inédites comme un nouveau-né éjecté en moins de dix minutes. Et s’ils ont versé une larme, ça reste entre eux. « La laisse pas t’entendre dire ça, je crois qu’elle pourrait se vexer vu comme elle nettoie. » Elle n’est pas méchante Abigail, c’est une femme d’âge mûr qui en a déjà vu passer des roses et des pas belles, comme elle aime si bien le dire. Et elle se comporte un peu comme une tante avec lui, même si encore une fois son boulot consiste à nettoyer et qu’il est en fait rare qu’elle se mêle de ses affaires. Mais évidemment, lui a tendances à beaucoup lui parler quand il reste chez lui et qu’elle est la seule personne qu’il voit de la journée.

« J’ai bien encore une bague de fiançailles qui traine quelque part si tu y tiens vraiment. » Il dit ça sur le ton de la rigolade, même s’il est vrai qu’il en a une de bagues. Il faut dire qu’il en était presque arrivé là avec Eleanor, avant leur première rupture. Heureusement il n’avait jamais franchis le pas. « Tu le gardes ton pitbull, Chewy c’est adorable comme nom mais t’aurais pu me préciser qu’il s’appelle comme ça parce qu’il a tendances à vouloir mâchouiller les gens ! » Ce chien est adorable, puis ce n’est pas étonnant qu’il est protecteur avec l’actrice, surtout dans son état. Ou qu’il ait à plusieurs reprises tenté de lui arracher un doigt. Il a quand même essayé de lui attacher un portable au collier, puis un traqueur gps parce qu’il a une fois malencontreusement lâché sa laisse en promenade et qu’il a eu la peur de sa vie. Ne pas le retrouver et rentrer, Marie l’aurait achevé. Et dans son état de telles émotions, Louis n’a jamais autant couru, et tout ça pour le retrouver devant sa porte d’entrée, sale bête.

« Tu vas manger uniquement pour ne pas perdre le pari, tu me prends pour un idiot. » ll lui tire la langue et fait mine de vouloir lui voler sa cuillère pour la glace. Non, si elle mange vraiment ces mélanges sans être enceinte, elle sera officiellement une cause perdue. Un chef étoilé ferait un malaise. « Oui enfin, même. » Le médecin aussi peut se tromper, et puis si jamais il y avait des complications ? Il n’y pense même pas. « Quand ce sera l’heure de.. » répète-t-il complétement incrédule, mais elle est complètement folle ! « Non, non, c’est bon, j’ai prévenu tout le monde je reste ici les prochains jours et je ne te lâche pas d’une semelle, je viendrais même dormir par terre à côté de ton lit ! » Il exagère, ou pas, parce qu’il compte s’installer à côté d’elle qu’elle le veuille ou non. Quand elle prend à son verre pour se désaltérer, il attrape son plat et le pose sur la table basse pour l’aider. Sauf qu’il voit du coin de l’œil la glace tomber, il ne sait pas la rattraper, même s’il essaie. Quant à Marie, son expression en disait long. « C’est ton expression j’suis maladroite refait moi une glace ou merde, c’est pour aujourd’hui ? » Il va paniquer dans trois secondes. C’est la deuxième, c’est la deuxième.  « Oh my God, T’as perdu les eaux ?! » C’est à peine s’il ne lui arrache pas la couverture des mains pour s’assurer que la glace par terre n’est en rien une priorité, à peine.

_________________

love is killing me

Should be laughing,
but there’s something wrong
And it hits me when the lights go on
Shit, maybe I miss you
Revenir en haut Aller en bas

☆ minibars
Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 688 ☆ crédits : Moi même

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyVen 5 Juil - 22:31

Don't look at me like that ... I was hungry.


Non sincèrement je n’avais pas forcément vu venir le fait qu’il soit aussi protecteur avec ma personne, non pas que je ne me doutais pas qu’il soit protecteur. Je me souvenais encore de cette soirée ou je m’étais retrouvé avec une coupe de champagne sur ma robe j’avais pété un câble, mais face à lui ? Ce n’était clairement rien parce que Louis avait réellement abusé sur ce point, je ne pouvais cependant pas dire qu’au moins j’étais pas du tout rassuré du fait que personne n’allait pouvoir me toucher. C’était quelque chose qui n’allait probablement pas changer, ce n’était pas aussi simple et ça je le savais que trop bien actuellement c’était parfois un peu compliqué mais à quoi bon ? Je n’allais pas trop m’en plaindre, même si forcément il savait qu’il ne devait pas trop abuser non plus parce que c’était certain qu’il n’allait pas avoir un bon retour de ma part non plus. « C’est vrai mais je ne serais pas entrain de paniquée à la moindre grimace moi ! C’est mignon de te voir battre des bras à chaque petite grimace ! » Me moquais-je gentiment de sa personne, c’était tout de même assez drôle quand même quand nous y pensions tout de même. Je n’allais pas trop m’en plaindre non plus, mais tout de même. Enfin je me souvenais très bien de l’émotion qu’on avait eu devant certains commentaires, mais bon ça restait entre nous deux toute manière. Ce n’était pas plus mal, dans le fond. C’était même largement mieux ainsi. Ce n’était pas aussi aisé cependant. « Je tiendrais les choses, mais je n’y peux rien elle ne peut pas dire le contraire ce n’est pas aussi stérile qu’un hôpital et ça elle le sait bien. Ce n’est pas méchant. » Je n’avais pas tort, il n’était pas faux qu’il y avait tout de même une villa parfaitement propre, mais ça n’était pas aussi stérile qu’un hôpital, c’était compliqué à avoir la même chose et il ne fallait pas le prendre mal bien au contraire.

« Oh oui va la chercher, je veux pouvoir me promener avec toute fière ! » Avais-je dit avec un grand sourire aux lèvres, c’était quelque chose que j’adorais faire. Même si je savais pertinemment que ça n’arriverait jamais et puis bon ce n’était qu’un simple délire. Mais j’y tenais à ma bague, une bague en bonbons m’irait parfaitement. Chewy n’était pas un chien méchant, c’était même clairement le contraire. C’était une boule d’amour avec tous le monde, mais il était tout à fait normal que mon chien fasse le chien de défense parce qu’il savait que j’étais beaucoup plus faible. Et forcément il défendait sa maitresse, sa maman ce qui n’y avait rien de normal. Même si ce qu’il disait sur Chewy me faisait rire. « Tu aurais du t’en douter, son nom disait largement ses habitudes voyons ! » Il était sur que si il avait perdu Chewy, il aurait eu le droit à une crise de panique. Et une belle engueulade de ma part, Chewy était l’animal à qui je tenais probablement le plus dans ce monde, en même temps depuis que je l’avais il était mon compagnon le plus fidèle. Il me donnait tellement d’amour, qu’il était sur que le perdre aurait pu me mettre dans un sale état et cette fois j’aurais été réellement violente avec le chanteur. Mais fort heureusement, il avait retrouvé le chemin de la villa. Une chance pour le chanteur qui ne me verrait jamais dans une crise de violence difficile à gérer, mais après tout les animaux te donne tellement plus qu’un être humain.

« Absolument pas, tu es intelligent mais on sait tous les deux que je mangerais de toute manière si j’ai réussi à manger une fois je le ferais. Et puis j’ai déjà mangé pire en Inde, c’est pas ça qui va me déranger. » J’avais déjà mangé un scarabé et un scorpion alors franchement c’était pas ce genre de plat qui me ferait peur. « Non mais tu vas continuer ta vie, au pire des cas Abigail t’appellera si ça ne va pas ! » aMême si je savais pertinemment que le brun n’allait pas m’écouter et clairement faire le chien de garde qui se réveillerait au moindre petit son qui semblerait douloureux, ou mouvement brusque, ce qui me faisait relativement rire tout de même. Malheureusement le temps de le rassuré n’était clairement pas, la parce que les contractions commençaient à se rapprocher et surtout je venais de perdre les eaux chose que je n’avais pas prévu. Tant pis son canapé prendra, Quincy lui remplacera au pire des cas, il lui devait bien ça. Je le rendais fou depuis plusieurs mois avec ma nourriture. « Je crois qu’elle a décidé que c’était… » J’avais laissé sortir un petit gémissement plaintif. « De sortir. » Je n’avais pas cherché à garder la couverture, actuellement je voulais ma piscine pour que ça se calme. Je ne voulais pas un accouchement avec péridurale mais normal, à la maison après tout c’était beaucoup plus calme et j’étais sure qu’il n’y aurait pas de journalisme. Bon je risquais de broyer la main du chanteur, ou alors j’allais soulever beaucoup de sa peau avec mes ongles mais pardonnez-moi, mettre au monde c’est douloureux hein ! J’avais tenté de me lever, bien que j’avais rapidement fini par m’asseoir en prenant soudainement la respiration du petit chien comme ma sage-femme m’avait appris à le faire. « Appelle le médecin par pitié, la sagefemme aussi… »

[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
Louis Tomlinson
Louis Tomlinson


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_myacdxhnCN1rujt6qo6_r2_250
☆ in hollywood since : 20/05/2019
☆ interviews : 2537 ☆ crédits : Bittersweet

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyVen 5 Juil - 23:55

Don't look at me like that ... I was hungry.
N’importe qui serait dans tous les états si une femme enceinte vivait chez eux. Louis ne se vexe certainement pas parce qu’elle trouve qu’il exagère. Déjà il est rare qu’elle se plaint, alors qu’il y a raison de se plaindre parfois. Alors il ne va certainement pas lui dire qu’elle n’a pas le droit de se moquer de lui. Puis si l’amuse, il laisse passer. « Tu m’excuses si tes grimaces me font à chaque fois penser que t’agonises. » Ouais, il commence quand même un tantinet à se braquer et lui faisant la moue. Puis en parlant de nettoyage, d’environnement stérile, il se demande si tout est prêt pour l’accouchement. Il demandera à la sage-femme et à Abigail de tout vérifier demain. C’est sans doute la douzième fois qu’il le demande mais soit. « Tu sais très bien qu’elle ne se vexera pas pour de vrai, surtout si ça vient de toi, je crois qu’elle te préfère, je me sens délaissé ! » En même temps Marie a tendance à être beaucoup plus mignonne que lui, et Abigail aime bien trop son énorme toutou. Si Louis a pensé il y a quelques mois prendre un chien, il croit quand même avoir changé d’avis. Ou alors il prendra un petit, parce que le gros truc baveux qui serait bien capable de l’avaler en une fois, il n’est pas certain d’en vouloir autour de Freddie. Non pas que le chien en question n’ait pas été adorable avec le fils du chanteur, mais Louis n’a jamais autant surveillé de près sa progéniture qu’en présence du molosse. Pourtant il ne risquait rien.

« Je crois surtout que t’es complètement maso, j’aimerais te dire que mes fans son super cute et tout mais c’est des monstres dès qu’il s’agit d’une femme dans ma vie. » D’ailleurs, c’est un autre mot pour ne pas dire qu’elles sont complètement dingues. Il les adore, attention, il sait très bien à qui il doit tout ça. Mais que ce soit du temps des One D ou après, ces copines ont toujours eu droit à un amas de remarques fort déplaisantes. Sans parler de certains incidents, comme celui avec El’ à l’aéroport, ou celui avec Danielle au restaurant. Qu’elles aillent jusqu’à s’attaquer physiquement à ses copines l’a quand même surpris plus d’une fois. Au moins ça ne risque pas d’arriver avec Harry, en tout cas, si elles se jettent sur lui ce ne sera certainement pas pour le défigurer… Après mûre réflexion, il n’est pas certain qu’il préfère ça. Mais soit. « Oui, c’est sûr que son nom en disait long, mais il a l’air tellement cute, loin de toi. C’est quand il est avec toi qu’il m’inquiète. » D’ailleurs, il lance un regard rapide autour d’eux, étonné de ne pas le voir. Sans doute en train de manger l’énorme os que Louis lui a offert ce matin ? Il faut bien l’amadouer. « J’ai pas envie de savoir ce que tu as mangé en Inde. » Il a un petit doute, et c’est vrai qu’à choisir, lui aussi préfère manger ce qu’elle mange maintenant. C’est peut-être son côté british mais on ne lui fera jamais avalé une araignée, un insecte ou des limaces. La simple idée peut le rendre malade, même voir ça à la télé lui suffit à rendre son précédent repas.

« Oui, au moins elle me contacterait. » Un petit reproche de plus avant que les choses ne se calment. Ou tout le contraire, avant que Marie ne laisse tomber sa glace, adieu tapis, et que son expression lui dit absolument tout ce qu’il a besoin de savoir. Adieu beau canapé. Et oui, elle a bien perdu les eaux. Louis a un moment de panique où il n’arrive pas à se rappeler quoi faire. « Ok, ok, on se calme, tout va bien ! On gère. » Il doit dire les mots pour y croire un peu lui-même. Ce avant de voir l’actrice qui tente de se relever et qui retombe aussi tôt dans le canapé en le suppliant d’appeler la sagefemme et le médecin. « Bien sûr ! » dit-il en se relevant d’aussi tôt, il sort son portable de sa poche et appuie directement sur l’appel rapide, c’est qu’il a dû revoir ses contacts principaux pour pouvoir caler le médecin et la sagefemme sur les numéros un et deux. Sauf que dans sa hâte, il a appuyé sur le numéro quatre. « Allô, docteur, c’est Louis Tomlinson, venez vite, elle va accoucher il faut vous ramener A.S.A.P. » lance-t-il d'un ton paniqué en coinçant son portable entre son oreille et son épaule pour aider Marie à se relever. Mais alors qu’il l’aide, ce n’est pas la voix d’un homme qui lui répond, mais la voix de Perrie. Il ne répond pas pendant une courte petite seconde, parce que what ? Oh merde, il a appuyé sur la mauvaise touche et a appelé sa meilleure amie qui ne doit rien comprendre. « Fuck, j’me suis trompé de numéro, je te rappelle plus tard désolé ! » Et il raccroche aussi vite, soutenant Marie d’un bras, il regarde bien son écran cette fois-ci avant de lancer l’appel. « Docteur ? Ha, Marie est sur le point d’accoucher… Oui fin ses contractions sont plus fréquentes… Non mais elle a perdu les eaux !.. Oui… Non… Je ne crois pas… Mais bordel ramenez-vous tout de suite et contactez la sage-femme s’il vous plaît j’suis un peu débordé ! » Il ne va pas dire à Marie que le médecin lui a demandé si les contractions sont à moins de dix minutes d’intervalle parce que si ce n’est pas le cas, autant attendre. Il en est hors de question, et le ton de sa voix n’a guère été suppliant mais plutôt autoritaire. Si ce type ne se ramène pas dans les dix prochaines minutes, Louis va lui coller un procès aux jambes. « Bon, tu sais encore marché ou j’dois te porter ? Ils vont arriver tous les deux t’inquiète. »

_________________

love is killing me

Should be laughing,
but there’s something wrong
And it hits me when the lights go on
Shit, maybe I miss you
Revenir en haut Aller en bas

☆ minibars
Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 688 ☆ crédits : Moi même

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptySam 6 Juil - 0:38

Don't look at me like that ... I was hungry.


Non mais certaines fois les réactions de Louis aux moindres bruits qui pouvaient montrés que j’étais en difficultés, bien qu’en soit d’habitude c’était surtout le fait en réalité que je râlais parce que je n’arrivais pas à marcher. Je pouvais l’entendre de très loin cavaler pour débarquer la ou je me trouvais et m’aider comme il pouvait. Quand je vous disais que monsieur avait tendance à exagérer un tantinet tout de même ? Non sincèrement c’était tout de même assez drôle de le voir comme ça. « Même quand je n’en fais pas, je t’entends galoper de loin aux moindres bruits suspects ! Non tu te rappelles hier quand j’ai grogné un peu trop fort parce que je n’arrivais pas à me lever ? Je t’ai entendu dévaler les escaliers pour arriver le plus vite possible alors que je galérais juste à mettre mes chaussons ? » Bah quoi je me moquais tout de même un peu du chanteur, mais c’était mignon au moins tu ne pouvais pas dire qu’il ne s’en souciait pas. Justement il s’en souciait bien trop même, c’était même clairement ce genre de chose. Mais bon en voyant sa tête soulagée hier, je n’avais pas pu m’empêcher de partir dans un fou rire total pendant dix bonnes minutes, c’était vraiment trop drôle. Bon dieu ce que je pouvais être méchante parfois je m’en rendais compte. « C’est le charme Avgeropoulos ça, tu ne peux pas le battre. Tu bats des cils ça marche toujours ! » Avais-je mentionné avec un grand sourire à mes lèvres, Chewy était une boule d’amour. Il était totalement inoffensif quand il s’agissait d’un enfant. SI il se montrait protecteur avec moi ? Avec Freddie c’était mille fois pire, je l’avais déjà vu voir la chute du petit bien avant et foncé pour amortir la chute sur ses côtes. Je trouvais ça adorable, si bien qu’on m’avait déjà vu pleurer pour ce simple geste. Saleté d’hormones, mais comme quoi Freddie ne risquait strictement rien avec le molosse, c’était une très bonne nounou pour Freddie même si Louis avait un peu trop souvent peur qu’il en fasse ses quatre heures. A la moindre morsure sur le fils, même si ça me briserait le cœur j’agirais en conséquence en le faisant dormir parce qu’un chien lorsqu’il avait mordu il mordrait encore une fois. Et surtout il pourrait très bien remordre de nouveau sa victime et Freddie était jeune. Je ne le connaissais pas bien, mais il était hors de question que le fils de Louis soit en danger avec Chewy. Je ne le tolérerais pas, mais fort heureusement il se comporte comme une nounou gaga avec le petit.

« Je te rappelle que je mange déjà pas mal de commentaires particulièrement blessant avec Octavia, et son changement. Certains ne comprennent pas qu’on est différent de nos personnages et qu’on n’est pas eux. Je peux te dire qu’il y a certaines choses qui sont particulièrement désagréable. Alors les commentaires de tes fans, elles s’en prendraient des sanglants en pleine tête ou j’en maitriserais plusieurs si on s’approchait trop de moi… Enfin pas actuellement mais tu m’as comprise, ce n’est pas tes fans qui me feront grandement peur. » On avait beau dire à nos fans, que nous étions pratiquement tous différents de nos personnages. QU’on avait un cœur et qu’il fallait faire la différence entre le fait que nous étions un personnage à l’écran. Mais que l’humain derrière pouvait être sensible et blessé par les commentaires ? Bob était quelqu’un d’adorable, de particulièrement sensible et qui avait fait une belle dépression suite à sa blessure l’année derrière ce qui faisait qu’il avait passé le plus clair de son temps de tournage assis. Qu’il avait pris un peu de poids, suite à sa dépression mais même lui avait mangé de mauvais commentaires. Ce genre de choses les fans ne le comprenaient. Et certains n’avaient aucuns respects, nous étions humains comme tous le monde et je ne pense pas qu’ils seraient à notre place ils apprécieraient réellement ce qui se fait. Je n’aimais pas ce genre de chose, mais en soit le comportement des fans mauvais je connaissais malheureusement c’était notre lot à tous en étant des célébrités et ça en était triste. « Il veut simplement me protéger parce qu’il sait que je ne suis pas capable de le faire en ce moment. C’est mignon, mais il ne te fera rien si il voit que t’es pas menaçant avec moi. » Les choses que j’avais mangé en Inde et d’en d’autres pays pauvres n’étaient pas réellement bon de visu, mais en réalité le scarabée avait le gout de caramel ou de poulet. Sincèrement ce n’était clairement pas mauvais, je devrais lui faire gouter un jour. « Franchement tu rates des choses, il y a pleins de choses surprenante à manger en Inde et qui sont délicieuse mais pas forcément de visuel. Mais ça un gout très bon, comme du poulet ou du caramel. Je te jure c’est délicieux. »

Enfin malheureusement moi qui pensait un jour que j’allais réussir à faire en sorte de ne pas accoucher ce soir, ce n’était clairement pas le cas. J’avais supplié pour que le brun appelle le médecin, parce que bon ça commençait à faire de plus en plus mal et vu les contractions de la journée j’avais du dormir à peine deux heures depuis ce matin parce que ses dernières étaient largement douloureuse. En l’entendant se tromper de numéro j’avais froncé les sourcils, je préférais éviter de faire la folle à me lever parce qu’actuellement j’avais plus de chance de me manger le sol qu’autre chose et franchement actuellement ce n’était pas ce que je ne voulais clairement pas. En l’entendant finalement appelé le bon médecin, je l’avais regardé en m’agrippant à son bras rapidement, je secouais doucement la tête en regardant celui-ci. J’avais mal bordel de merde, quand est-ce que ça allait se finir ? Non elle n’aurait pas pu laisser ma personne en paix une journée de plus sincèrement. « Sincèrement je ne me sens pas capable de pouvoir marcher sans me manger le sol. » Pour une fois je ne faisais pas l’inconsciente, parce que déjà je devais gérer les contractions avec cette respiration totalement stupide. Mais marcher en plus, non mauvaise idée, intérieurement j’espérais que ça n’allait pas durer des heures et je priais pour que le col soit assez ouvert pour pouvoir accoucher. Allez savoir un coup de chances si je pouvais attendre juste deux heures au maximum avant d’accoucher, moins ça serait encore plus agréable pour ma personne.



_________________
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
Louis Tomlinson
Louis Tomlinson


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_myacdxhnCN1rujt6qo6_r2_250
☆ in hollywood since : 20/05/2019
☆ interviews : 2537 ☆ crédits : Bittersweet

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyDim 7 Juil - 1:24

Don't look at me like that ... I was hungry.
« Oui enfin, en même temps tu en fais du bruit pour de simples chaussons, comment suis-je censé savoir que ce n’est que ça et pas une horrible chute et toi qui marmonne pour ne pas m’alerter ? » Il lui retourne la question, heureusement que tous deux s’amusent de l’autre. Bien que cela soit un sujet de conversation on ne peut plus sérieux, après tout, un accouchement n’est pas à prendre à la légère. Mais quitte à en rire maintenant, autant le faire de ce qui peut être drôle. Et faut bien avouer que les réactions du chanteur sont drôles. Pas sur le moment, c’est certain, mais lui-même en y repensant se trouve à mourir de rire. « Ok, j’vais prendre ton nom après le mariage si ça fonctionne aussi bien. » Pas certains que la police trouvera ça aussi drôle lorsqu’il sera incapable de prononcer son nom de famille en ayant bu un verre de trop. Déjà qu’il a du mal avec Tomlinson, par moment, mais alors le nom de famille de l’actrice bat tous les records !

« Je n’en doute pas une seconde, ô puissante guerrière. Je crois que niveau intensité on est à égalité ! Mais ça ne change pas que mes fans ont tendances à être des gamines prépubère complètement hystériques. » Il ne doute pas des capacités de l’actrice à encaisser les commentaires, voir à répondre aux attaques physiques s’il y a lieu d’être. Mais vu son état, vaut mieux éviter tout stress, toute négativité etcetera. « Oh mais je ne dis pas le contraire, ton toutou est adorable et c’est bien qu’il te protège. » Un allié de taille, même s’il lui a une ou deux fois grogné dessus, ce n’est pas la fin du monde. Et en parlant bouffe.. « Oui ben tu vois, depuis que j’ai tenté de cuisiner pour la toute première fois lorsque je n’avais que huit ans, j’ai décidé de manger avec mes yeux. Alors ça peut être délicieux mais si le visuel est dégoûtant je n’y goûterais même pas. » Surtout pas si ça ressemble à l’une ou l’autre bestiole, ou pire, à un truc gluant et clairement dégelasse. Il avait plus le sens de l’aventure avec les One D, mais faut dire que c’est l’effet de groupe. Ça doit être ça, puis envoyer Nialler au front a toujours été la solution la plus aisée.

Et puis évidemment, il a fallu que Marie ne lui dise pas tout. Et que le jour J soit aujourd’hui. Louis perd un court instant le sens de priorités parce qu’il ne s’attendait pas à ce qu’elle perde les eaux sur son canapé. Fort heureusement, il a non seulement il est l’aîné d’une fratrie nombreuses, mais il a aussi souvent accompagné sa mère qui était sagefemme quand il était plus jeune. Alors certains réflexes lui sont restés, même si contacter la mauvaise personne n’en fait pas partie. Il espère sincèrement que Perrie n’est pas sur un autre continent à l’heure qu’il est ou il vient de lui gâcher sa nuit. Il s’excusera en long et en large plus tard. D’abord il contacte le médecin, qui lui pose toutes des questions auquel il n’a même pas envie de répondre, et puis il perd patience, parce que merde, il ne va pas faire leur boulot à sa place. Dieu merci, pour une fois depuis plusieurs mois, l’actrice a enfin trouvé la raison, enfin ! « Si on était pas dans l’urgence, je crois que je te demanderais de me redire ça devant une caméra. » Sérieusement, pour lui repasser ce magnifique moment en boucle jusqu’à la fin de sa vie. Mais ils n’ont pas le temps de faire ça. Louis remet son portable dans sa poche et passe son bras autour de la taille de la jeune femme. On remerciera le coach plus tard pour lui avoir appris comment porter une femme enceinte correctement. « Accroches-toi et … hop. » Il soulève l’actrice, qui pèse son poids, mais il s’abstient de tout commentaire, en faisant exactement comme il doit. Il ne manquerait plus qu’il tombe, ou qu’il lui fasse mal, pour empirer la situation. En attendant, il doit la porter jusqu’à la piscine, dans laquelle elle a décidé d’accoucher. Il aurait préféré les urgences, d’ailleurs il espère secrètement qu’elle change d’avis en dernière minutes pour il ne sait quel raison. Mais il ne croit pas qu’elle va changer d’avis, le monde extérieur, c’est synonyme de paparazzis et on en passe, alors qu’ici, au moins elle reste dans la discrétion la plus totale. Au pire, si quelqu’un voit un médecin et une sagefemme renter chez lui, on pourra encore aller écrire quelque part qu’il organise des soirées avec gigolo et stripteaseuse déguisées. Bien que la sagefemme n’ait pas la tête de l’emploi, ni le médecin, d’ailleurs. Il en rit presque en portant l’actrice jusqu’à destination et en la reposant délicatement au sol. Ce qui l’inquiète le plus, c’est que Marie qui gagne la raison équivaut à une Marie qui est vraiment en plein travail. Pas de panique. « Bon, on va y aller doucement d’accord, on ne force rien, tu respires comme tu l’as appris et la sagefemme sera sans doute là dans moins de dix minutes, tout va bien ! »

_________________

love is killing me

Should be laughing,
but there’s something wrong
And it hits me when the lights go on
Shit, maybe I miss you
Revenir en haut Aller en bas

☆ minibars
Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 688 ☆ crédits : Moi même

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyDim 7 Juil - 1:58

Don't look at me like that ... I was hungry.

« Comment tu critiques mes magnifiques sons que je fais quand je râle ! Je n’y peux rien je ne fais pas un gros boum ! Je sais que je suis grosse mais quand même ! Nan mais espèce de critiqueur ! » Bon fallait dire qu’aussi j’étais relativement bien expressive sur ce point, actuellement il n’y avait aucuns doutes sur le fait que j’avais parfois pas mal de mal avec le fait que je n’étais tout de même pas celle qui lui facilite la chose. Non parce que parfois je me faisais mal, je faisais exactement le même son que lorsque j’avais du mal à attraper mes chaussons, mais en même temps si je me levais et que je me baissais, j’avais tendance à faire une roulade parce que je n’arrivais pas à choper mon chausson comme je le voulais et que la boule que j’avais au niveau du ventre, avait tendance à totalement me déséquilibré. « Vas-y essaye de le prononcé sans être totalement bourré ? J’ai hâte de voir comment tu le prononces ton futur nom de famille ! » Avais-je dit en me moquant légèrement de lui, je savais que mon nom de famille était particulièrement compliqué à prononcer, dans mon enfance même moi j’avais eu un mal fou à prononcé mon nom de famille. En même Avgeropoulos était compliqué à dire, mais à écrire, j’avais souvent vu des fautes mais bon je n’en voulais pas parfois aux fans, il était compliqué et ça je le savais que trop bien.

« En même temps tu as été l’idole d’adolescentes et parfois certaines ne sont pas réellement matures pour réagir comme elles le font c’est stupide. Mais bon au moins elles tentent d’attirer leurs attentions, même si elles ne se rendent pas compte qu’elles se rendent totalement stupides. » Non actuellement j’étais quelqu’un qui n’était pas méchante, mais le manque de respect tu avais de grandes chances pour que je te rentre dans les fesses et que ça finisse mal. Même si parfois la réaction la plus intelligente était de ne pas répondre, mais certaines personnes pouvaient réellement pousser les personnes qu’elles adulent particulièrement en très mauvais termes. Il n’y avait qu’à voir les troubles de l’anxiété dont souffre Bob depuis un moment maintenant à cause des fans. Enfin fort heureusement je n’avais pas mis publique le fait que j’étais enceinte, sinon j’avais bien peur de ce que ça pourrait bien faire. « Ne faut jamais se fier au visuel, parce que regarde quand tu fais à manger c’est toujours très joli de présentation mais le gout n’est pas toujours réellement ce que ça à l’air ! Je suis sûre que si tu ne voyais pas ce que tu avais à manger, tu mangerais et tu trouverais ça délicieux ! Tu devrais essayer un jour de manger sans regarder ce qu’il y a dans ton assiette. » De toute manière, les choses tels que les scarabées, ou bien les vers étaient des choses qui ne donne pas réellement envie mais qui au final était particulièrement délicieux, mais forcément ça ne donne pas vraiment envie donc notre cerveau avait tendance à faire un blocage total sur le gout. Je disais ça mais la première fois qu’on m’avait fait gouter quelque chose comme ça, on m’avait bandé les yeux et au final j’avais trouvé ça délicieux.

Je n’avais pas répondu pour mon chien après tout ça ne faisait qu’une protection pour moi, Chewy n’était pas un chien méchant et ne le sera jamais mais il protège sa maitresse. Et puis vu comment il était imposant, je doutais sincèrement qu’il y est des cons qui cherche réellement à faire en sorte de s’en prendre à ma personne. Bien entendu vu la situation, je ne cherchais pas à mentir à mon ami, parce qu’il était certain que d’habitude j’avais l’habitude de ne pas être sérieuse. Mais actuellement je voyais bien que si je marchais je prenais un risque. Pour Louis c’était quelque chose à filmer mais actuellement j’avais tellement mal, que ça n’était franchement pas agréable face à ce genre de chose. J’avais beaucoup de mal à pouvoir respirer normalement, si bien que je m’étais plié en laissant mon corps contre le sien pour éviter de me manger le sol. « C’est dommage tu ne l’auras jamais ! Je suis sûre que tu es déçu tu n’auras rien pour me faire ton petit…. Argh… » J’avais attrapé sa nuque avec mes bras pour le laisser me soulever en finissant par poser ma main sur mon ventre, fort heureusement je n’étais plus aussi légère que je ne l’étais avant. Actuellement j’avais pris quelques kilos et des kilos qui me faisait être un peu plus compliqué à porter mais je savais qu’il marchait aussi vite qu’il le pouvait, mais en prenant son temps pour éviter de me faire tomber ce qui pour ça je ne le remercierais jamais assez. Je n’avais pas l’intention de changer d’avis sur le fait que j’accoucherais aux urgences, je ne voulais pas qu’on puisse me voir avec mon ventre actuellement. Et vu mon comportement ça serait difficile de pas comprendre que je n’étais pas entrain d’expulser un bébé non plus. Une fois dehors dans la piscine, j’avais fini par être reposer par terre le temps de retirer les vêtements que j’avais mis. Fort heureusement ses derniers jours je n’avais jamais bien loin mes maillots de bain, actuellement j’en avais un histoire de pas traumatisé totalement Louis bien qu’il avait pas intérêt à regarder en bas pendant que j’étais entrain d’accoucher. Enfin il avait déjà vu le corps d’une femme après tout, mais bon je n’étais pas sa compagne non plus. Une fois enfin en maillot, je l’avais laissé me descendre dans la piscine, m’accrochant au bord le temps qu’il descende. « Par pitié… Dis lui de sortir vite, je veux pas…. » Bon voilà que je paniquais totalement, bien qu’il avait fini par réussir à me calmer. Les pauvres voisins auraient le droit à des cris ou à des bruits tels une belle truie entrain de se faire égorgé, puisque c’était actuellement les bruits qui sortaient de ma petite personne… Me jugeait pas j’avais mal, je ne contrôlais pas les bruits qui sortaient de ma gorge et puis actuellement je m’en fichais royalement.



_________________
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
Louis Tomlinson
Louis Tomlinson


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_myacdxhnCN1rujt6qo6_r2_250
☆ in hollywood since : 20/05/2019
☆ interviews : 2537 ☆ crédits : Bittersweet

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyMar 9 Juil - 16:37

Don't look at me like that ... I was hungry.
« Je ne critique pas, je constate ! » plaisante-t-il pour taquiner un peu plus l’actrice. La bonne ambiance qui règne en eux, Tommo espère ne jamais la perdre parce qu’il y tient et que ça a tendance à même lui remonter le morale. « Avgeroupouuuuuloooooos, je peux même te le faire en chantant ! » Il arrive seulement à bien le prononcer parce depuis quelques mois, il le prononce presque toutes les semaines au moins une fois en parlant au médecin. Ce dernier a certainement d’autres ‘Marie’ dans sa liste de patients donc forcément, utiliser le nom de famille est plus facile. En venant aux fans, il est certain qu’ils n’ont pas la même expérience ou même le même publique. Mais tous deux n’ignorent pas que certains fans exagèrent largement. « Je préfère quand elles se rendent stupides en faisant des trucs stupides plus tôt que dangereux. C’est dur de ne pas répondre à certains tweets quand tu sais que si tu le fais, ça va lancer un trend, mais on ne sait jamais quand elles sont sérieuses ou non. » Certaines menacent de se faire du mal si leur idole ne répond pas à leur tweet, ou ne commence pas à suivre leur page. Et si bien évidemment dès le début de sa carrière on lui a dit de ne jamais répondre à ce genre de message, ça n’en reste pas moins compliqué. Surtout lorsque certaines n’hésitent pas à mettre leurs menaces à exécution.

Le sujet devenant trop sérieux à son goût, il préfère reprendre  sur tout ce qui touche à l’alimentation, et il veut bien la croire. Il y a sans doute de très bonnes choses qui ne ressemblent pourtant à rien de comestible à la base, mais franchement, il est un peu difficile sur les bords. « Souhaites-toi déjà heureuse que ce que je prépare est mangeable, je crois qu’en dix-sept ans d’essais je ne suis jamais parvenu à cuisiner aussi bien que ces derniers mois. » La première fois qu’il a touché à une casserole, il avait dix ans. Sa mère l’avait surveillé, seule raison pour laquelle la maison est encore là aujourd’hui. Mais surtout, elle avait dû dire adieu à ses papilles parce qu’elle a mangé en lui disant que ce n’était pas mauvais, alors que Louis savait très bien que c’était infecte. « Écoute, le jour où on se retrouve sur une île déserte, tu pourras me demander de fermer les yeux et je te ferrais confiance. » dit-il en plaisantant une nouvelle fois. Non, lui sur une ile déserte il est de ceux à se casser les deux jambes en allant chercher une noix de coco ou des bananes à quinze mètres du sol. Ou à essayer de pêcher. Mais les insectes, les verres, les escargots et on en passe ? Il croit qu’il préfère encore mourir de faim.

Aujourd’hui est donc le jour J. Louis ne sait pas pourquoi il panique autant, à la base, il s’y était préparé depuis un petit moment déjà. Marie étant à termes, il est normal que ça puisse être un des jours suivants, et pourtant, il panique un peu. Ça l’aurait tellement rassuré qu’ils se rendent à l’hôpital, mais au lieu de ça, Marie préfère accoucher à domicile. Il sait pourquoi, le comprend parfaitement, mais son pauvre cœur risque de rater quelques battements d’ici que ce soit finit. Il dépose Marie près de la piscine et est heureux de constater qu’elle s’est préparée à l’avance. Il dépose rapidement son portable et ses clés de voiture qu’il a encore en poche, tout en gardant un œil sur l’actrice. Elle commence à paniquer, alors il faut que lui inspire un bon coup et qu’il reste calme, parce que sinon ça ne va pas le faire. Il enlève ensuite juste ses chaussures et enlève son pull, restant en t-shirt et pantalon pour la rejoindre dans la piscine. Dès qu’il est à l’eau, il l’attire vers lui et tente de la rassurer tant qu’il peut. « T’inquiète, ça va aller, tu vas voir c’est un dur moment à passer mais après ce sera terminé. » Au point où ils en sont il n’est pas sûr de ne pas dire des idioties, mais tout est bon pour la garder calme. Enfin, autant qu’elle puisse l’être. « Inspire bien profondément, comme ton coach te l’a appris, tout va bien ! Regarde, la sagefemme est là ! » Dieu merci, cette dernière ayant les clés est tout de suite venu par ici, suivie de près du médecin. Et Louis se contente de soutenir Marie dans l’eau comme on lui avait expliqué de faire. C’est bizarre parce qu’ils se sont entraînés et que maintenant c’est pour de vrai, qu’il est sans doute aussi rassuré que la jeune femme de voir que la sagefemme les rejoint en moins de deux minutes. Et après cela, il se contente aussi de tenir une des mains de Marie dans la sienne. Tant pis pour ses os, parce qu’elle a de la force et que tout cela est bien douloureux.

Le temps passe, Louis n’y prête pas attention. Marie est en train d’accoucher, la sagefemme et le médecin restent calmes et se parlent comme si c’était tout à fait banal. Louis quant à lui se contente de répéter ce qu’on demande de faire à Marie. Pousser. Inspirer, expirer. Il a le cœur qui bat la chamade parce qu’il s’imagine vingt scénarios différents qui le font vachement flipper alors qu’en présence d’un médecin en toute logique, rien ne peut mal se dérouler. Et puis, après ce qui lui semble être une éternité, les cris d’un nouveau-né que la sagefemme sort aussi rapidement que possible de l’eau. Il lâche un soupir de soulagement parce qu’à première vue, la petite va bien. Et il dépose un baiser sur la tempe de Marie en ignorant la douleur dans ses mains, ses bras, et ses poumons parce qu’il a oublié de respirer à plusieurs reprises. « Omg, ça y est, c’est fini ! » Il voit du coin de l’œil  la sagefemme et le médecin s’occuper de cet enfant et espère à présent qu’en la tenant dans ses bras, Marie change d’avis.

_________________

love is killing me

Should be laughing,
but there’s something wrong
And it hits me when the lights go on
Shit, maybe I miss you
Revenir en haut Aller en bas

☆ minibars
Marie Avgeropoulos
Marie Avgeropoulos


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_nnlstlIWnf1u5otv6o6_250
☆ in hollywood since : 16/05/2019
☆ interviews : 688 ☆ crédits : Moi même

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyMar 9 Juil - 17:53

Don't look at me like that ... I was hungry.

« Non tu me critiques moi et mes cris de phoque à l’agonie ! » Bon en même temps ce n’était pas totalement faux sur ce point. C’était quelque chose qui était facilement facile de pouvoir démarrer ce genre de chose, je savais que trop bien que ça n’allait probablement pas être aussi simple parfois. Mais bon en même temps je pouvais le comprendre. Louis était quelqu’un qui m’était devenu important ses derniers mois, il était pratiquement certain que si quelqu’un lui faisait du mal je pouvais facilement en venir aux mains parce que le brun était comme un frère pour moi. Que dans la famille, c’était relativement compliqué et ça je le savais que trop bien sur ce point, ça n’était jamais réellement facile. « Vas-y chante le sur l’air du lac du Connemara je suis curieuse de voir comment ça donne ! » En même temps ça me faisait plaisir qu’il ne fasse pas de faute, mais même si il en avait fait une je ne pourrais pas réellement le blâmer de l’avoir fait dans un sens. Mon nom de famille était particulièrement difficile à prononcé quand même. Bien que les propos du jeune chanteur au propos des fans, il n’avait pas tordu parce que forcément quand les menaces étaient mises à exécution c’était relativement compliqué pour nous de gérer ce genre de chose. « C’est surtout quand elles ou ils le mettent à exécution, tu ne le gères pas très bien ensuite mais en soit nous ne pouvons pas toujours tout voir non plus. On ne passe pas nos temps sur les réseaux non plus. » Ce qui n’était pas faux, plus tu étais connu plus ça devenait largement beaucoup plus compliqué de voir absolument tout. Que voir ou même répondre à des tweets étaient particulièrement difficiles, et que parfois tu ne réponds qu’au chose les plus cohérentes. Mais c’était littéralement impossible de répondre à tout, même si nous étions plusieurs à gérer nos comptes.

Non sincèrement je savais qu’il n’était pas réellement doué avec la cuisine, mais je ne pouvais pas réellement nier le fait que l’homme avait tout de même fini par s’améliorer face à ce genre de demande. C’était bien pour ça que je ne demandais pas quelque chose d’impossible à faire, mais bon je n’avais pas réellement de problème à ce niveau-là tout de même, je savais tout de même que c’était tout de même assez compliqué, mais qui pourrait réellement me blâmer sur ce genre de chose ? Je n’étais pas celle qui allait forcément me plaindre de ce que j’avais dans l’assiette. « Dès fois j’ai peur que tu fasses exploser ta villa, j’ai du fermé plus d’une fois la gazinière parce que tu l’oubliais et que vu que ce n’est jamais sans problème derrière… Mais on va dire que tu t’es améliorée tout de même depuis que tu m’as à la maison, c’est de plus en plus mangeable ! » Avais-je dit en riant parce que c’était bien le cas, c’était tout de même assez drôle dans un sens, parce que ce genre de chose était assez difficile. Mais c’est en pratiquant que nous pouvons nous améliorer, c’était certain que si tu comptes sur ta femme de ménage pour te faire à manger ou que tu commandes, tu ne peux pas vraiment manger. Enfin fallait dire que je n’étais pas difficile, j’avais vu des enfants, des adultes avoir énormément de difficulté pour trouver à manger. Alors même quand ça n’était pas si bon, je mangeais parce que c’était un minimum que nous avions comme facilité. « Fais gaffe je suis capable de t’emmener sur une île déserte et te faire manger tout ça tu serais surpris ! » Bon en même temps il serait plus du genre suicidaire le connaissant, mais je savais bien une chose c’était bien le fait.

Je m’étais préparé à ce qu’un jour ça soit le jour j, depuis que j’avais le ventre qui se voyait aujourd’hui. Mais plus le temps passait et plus je priais tout simplement pour qu’on ne soit tout bonnement pas au jour j parce que je n’étais clairement pas prête à la chose. Bien que je pensais que personne ne l’était jamais réellement pour ce genre d’événement, ça n’avait jamais rien de réellement simple et ça n’était pas aussi aisé et ça je le savais que trop bien. Même si ça n’était pas aussi simple, je ne pouvais pas vraiment faire grand-chose, parce que ce genre de chose n’était pas aussi simple. Je paniquais même si je m’étais préparé le matin même à ce que ça soit le jour j, j’aurais aimé que je me trompe sur ce genre de chose. Bien que pour le plaisir de Louis, j’avais un minimum préparer mon coup pour éviter de totalement le traumatisée en étant tout simplement nue bien que j’aurais pu mettre en robe ça aurait probablement été plus simple. « Ouais j’aimerais bien t’y voir toi ! » Non sérieusement si le jeune chanteur voulait ma place, ça serait très clairement avec un grand plaisir que je lui donnerais ! Je prendrais volontiers sa place, quitte à me faire broyer la main je préférais largement que ça soit moi. En voyant la sage-femme arrivée, forcément j’avais tout de geste de recule contre Louis sur le coup et poussé un cri qui ressemblait plus à une femme qui se faisait torturer qu’autre chose. Me basant sur ce que la femme me disait et qui était répété par Louis alors que mes ongles s’enfonçaient clairement dans sa peau.

Longuement, les premières minutes avaient été compliqués pour moi. Parce que je n’étais pas encore assez dilaté pour pouvoir faire passer ma fille. Non sincèrement ça m’apprendrait à ne pas bien me protéger, les prochaines fois j’allais doubler les protection histoire d’être absolument certaine que rien ne m’arrive. On n’est jamais trop prudent n’est-ce pas ? Le temps passait, les heures aussi ainsi que la douleur qui se faisait qu’augmenter, nous étions bien restés à l’intérieur pendant trois bonnes et très longues heures. Trois longues heures de souffrance et d’invités surprises puisque les voisins avaient eu un peu peur de ce qui se passait vu les cris et les hurlements que j’avais poussé. Deux policiers avaient débarqué, pour finalement tout simplement rester pour m’encourager à pousser. Même si clairement j’avais fini par les fusillés du regard très clairement parce que je ne les voulaient pas ici. Après trois heures de souffrance et une main en bouillie et quelques peaux soulevés pour le chanteur dû à mes ongles. C’était enfin fini, ma fille était sortie. Le médecin avait proposé à Louis de coupé le cordon avant de l’emmener pour vérifier que tout allait bien. Entendre les cris de ma fille au loin sans pouvoir réellement la voir me faisait peur. « C’est fini c’est vrai… ? Tu ne me fais pas de blague ? »

Avais-je demandé en regardant l’homme, bien qu’il fallait encore que je sorte le placenta de ma fille ça ne prendrait pas trois plombes non plus. J’avais finalement lâché la main de mon ami, pour me remonter vers le bord de la piscine histoire de m’asseoir bien que j’étais blanche parce que trois heures d’efforts n’étaient pas facile et agréable. « Dégage les policiers s’il te plait. » Demandais-je en tirant un peu sur ma nuque et la massa un peu. Finalement le médecin avait fait le tour pour venir me mettre ma fille dans les bras. J’avais été un peu réticente, mais il m’avait dit que pour la chaleur ça n’était que trop bien. J’avais fini par la prendre dans mes bras, regardant cette petite puce qui avait ouvert les yeux une fois dans mes bras. Elle avait les yeux bleus, un regard perçant qui me faisait tellement fondre, totalement. Comment pendant des mois, pendant des putains de mois je n’avais pas pu aimer ce petit bout d’être.


[/quote]

_________________
Revenir en haut Aller en bas

☆ best member
Louis Tomlinson
Louis Tomlinson


Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Tumblr_myacdxhnCN1rujt6qo6_r2_250
☆ in hollywood since : 20/05/2019
☆ interviews : 2537 ☆ crédits : Bittersweet

Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 EmptyMar 9 Juil - 23:05

Don't look at me like that ... I was hungry.
Il rit à sa remarque sans rien y ajouter. Autant ne pas rentrer dans un débat sur son criticisme totalement justifié. Et puis évidemment vient la prononciation de son nom de famille et d’accord, c’est vrai que ivre, il ne pourrait pas le prononcer correctement, mais en chanson ? Le lac du Connemara ? Il n’en connaît certainement pas les paroles vu que c’est en français mais il en connait le rythme alors il essaie de s’en souvenir le mieux possible avant de se lancer. « Maaariiiieeee Avgeropouloooooos, blabla bla bla blaaa, Mariieeee… » Ouais fin, faut pas lui demander non plus de faire des chansons avec un seul mot, il est doué, pas à ce point-là et il éclate de rire avant même d’entamer le refrain. « Pas sur cette chanson, c’est quasiment impossible de chanter quelque chose d’autre sur cette chanson ! » S’avouer vaincu, ça ne le dérange pas. C’est un grand frère, alors il a plus d’une fois perdu un jeu ou un pari pour laisser gagner ses cadettes. Pour en revenir au fan, il hausse les épaules après avoir dit à Marie que parfois elles exagèrent mais mettent aussi leurs menaces à exécution. « L’idée qu’une gamine se fasse du mal à cause de moi, même si j’y peux rien, je ne m’y ferais jamais. Et je n’imagine même pas à quel point elles doivent en être pour en arriver à se faire du mal comme ça. » Ou peut-être que si, parce qu’après tout, se foutre le foie en l’air en picolant quasiment tous les soirs, ce n’est pas exactement la même chose mais ça tient du même principe.

Il blêmit un peu quand elle lui dit qu’il a parfois oublié d’éteindre la gazinière, sachant qu’il fume, il n’ose même pas imaginer ce qui aurait pu arriver. Bon, il ne fume jamais à l’intérieur, en tout cas pas ses cigarettes normales. Les joints, oui, parce qu’il ne veut pas que les voisins prennent une photo ou autre. Heureusement depuis que Marie loge chez lui, il ne fume plus du tout à l’intérieur. « Qui aurait cru que j’apprendrais quelque chose grâce à toi, hmm ? » il la taquine seulement avant de rire, parce que non, même là, elle n’arrivera pas à lui faire manger quoique ce soit. « Sweetie, oublie ça tout de suite, je préfère même manger les autres survivants s’il faut mais je n’avalerais pas d’insectes. » Bah quoi, chacun ses goûts, même s’il est évident que dans une telle situation, il mangerait bel et bien des insectes en dernier recourt.

Il n’a vraiment pas fait attention au temps qui défilait. Non, parce qu’aider Marie, l’encourager, c’est tellement plus important. Ce n’est pas le premier accouchement auquel il assiste, ayant accompagné sa mère plus jeune dont le métier était sagefemme. Et non, beaucoup imaginent qu’il a assisté à la naissance de Freddie mais ce n’est pas du tout le cas. Il se fout presque de la douleur qu’il ressent dans la main qu’elle tient, tant pis, c’est pour la bonne cause. Ce qui le surprend cependant, c’est les deux policiers qui arrivent au beau milieu de l’accouchement. Louis leur demande directement ce qu’ils font là, et comment ils sont rentrés parce qu’il doute que le médecin et la sagefemme n’aient pas refermé la porte derrière eux. Ils lui annoncent être passés par le garage en entendant les cris de Marie. En temps normal, il aurait piqué une crise, parce que c’est chez lui bordel et policier ou non, ils n’ont pas à rentrer comme ça. Mais c’est vrai que les cris peuvent porter à confusion. Et puis comme il est assez clair que Marie n’est pas en train de se faire égorger, il se concentre sur elle en croyant que les policiers finiront bien par partir. Manque de chance, ils restent, mais Louis n’a pas la tête à les faire déguerpir et même le médecin et la sagefemme semblent ignorer leur présence.

Après ce qui semble une indéterminable heure de plus, enfin, tout se termine. Louis est extrêmement soulagé, parce qu’à première vue, tout c’est bien passé. On lui propose de couper le cordon ombilical, il s’exécute même avec les mains tremblantes. Bon d’accord, il est très émotionnel là parce que c’est un nouveau-né, que c’est mignon, qu’il a sans doute jamais autant stressé de sa vie et ce malgré le fait qu’il a un fils et une nièce, pour vous dire. « Promis, juré, craché.. enfin, ouais, minus le cracha.  » Il ne va pas cracher dans la piscine. Remarquez bien que vu que Marie vient d’accoucher dans cette dernière, ça ne ferait pas autant de différence. Il n’oserait pas faire de blagues à ce sujet, bien content lui aussi que ce soit terminé. Il aide Marie à se poser au bord de la piscine avant de sortir lui aussi. Il remarque le visage pale de Marie et lui caresse tendrement la joue. « T’es une véritable warrior, tu l’sais ça ? » Non parce que quand il voit une femme accoucher, il se souvient pourquoi il est bien heureux d’être un homme. « J’m’occupe de ça t’inquiète. » lui dit-il en se levant et en se dirigeant vers les deux policiers, qui sont tout sourire. Il espère qu’ils ont désactivé leur bodycam parce que toute cette histoire n’est pas censée s’ébruiter. Avant de leur en toucher un mot, il se tourne vers le médecin et lui demande de vérifier que Marie aille bien. L’instant d’après, il accompagne les deux agents jusqu’à la porte d’entrée, sauf que ces derniers se tournent tous les deux vers lui, de grands sourires aux lèvres. Et le félicitent d’être devenu papa. Louis est épuisé, alors il leur dit simplement que c’est juste une amie et qu’il n’est pas le père mais il se rend compte, quand les agents s’en vont, qu’ils ne l’ont pas vraiment cru. Et c’est vrai que le tableau est celui d’une petite famille qui accueille son enfant, en espérant que ces deux-là arrivent à garder cela pour eux.

Quand il revient dans la pièce, il voit Marie qui tient la petite dans ses bras et un fin sourire se peint sur son visage. L’effet nouveau-né, ça devrait s’appeler comme ça, même si l’effet coup de foudre marche aussi. Enfin, il espère que c’est ce qu’il voit, alors il prend la couverture des mains de la sagefemme et s’avance vers l’actrice. Posant délicatement la couverture autour des épaules de cette dernière, il s’accroupit à côté d’elle, regarde furtivement la bouille de la petite princesse avant de poser son regard sur la nouvelle maman. « Ça va ? »

_________________

love is killing me

Should be laughing,
but there’s something wrong
And it hits me when the lights go on
Shit, maybe I miss you
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty
MessageSujet: Re: Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )    Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )  - Page 2 Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Don't look at me like that ... I was hungry. ( pv Louis )
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» A titre indicatif, çà existe !
» Des nouvelles de Fuveau !
» Haïti: dégringolade vers un pouvoir dictatorial et personnel
» Madame Duvivier a-t-elle un programme de gouvernement ?
» vendredi 7 août 2009 SALAIRE MINIMUM, CHALEUR MAXIMUM

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: WESTSIDE :: Santa Monica-