AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez
 

 Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

☆ best member
Madelaine G. Petsch
Madelaine G. Petsch


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Original
☆ in hollywood since : 05/03/2019
☆ interviews : 565 ☆ crédits : Carpediem (ava), ASTRA (code sign)

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyVen 5 Avr - 17:52




Mady & Peter
Vampirism, just a legend ?



☾☾ Mathilda était arrivée depuis quelques semaines tout au plus dans la ville de Forks. En fait elle était originaire de Port Angeles. Elle y avait toujours vécu. Mais étant proche de la nature et des animaux, elle a toujours préféré la campagne à la ville. Donc elle était très heureuse d’être venue s’installer dans cette petite bourgade. Elle prenait beaucoup de plaisir à découvrir Forks petit à petit. Aujourd’hui c’était samedi et la demoiselle était en congé. Elle avait donc profité du temps pas trop désagréable pour sortir de chez elle en compagnie de son petit chien Mystic. Elle l’avait appelé comme ça en référence à la ville de Mystic Falls dans la série Vampire Diaries. C’était tout à fait son style de série puisqu’elle adorait tout ce qui parlait du surnaturel, que ça soit sur les vampires, les loup-garous, les fantômes… Ces derniers ayant même sa préférence. En effet elle croit aux esprits même si pour beaucoup de personnes ce sont des balivernes et qu’ils n’existent pas. Enfin chacun ses croyances après tout…

La jolie rousse était donc en train de se balader dans les bois de Forks. Tout était bien calme, elle arrivait même à entendre l'agréable chant des oiseaux. Elle avait eu vent de rumeurs qui parlaient d’ours qui hantaient ces lieux. Elle ne savait pas pourquoi mais elle avait du mal à y croire. Était-ce pour vérifier cette hypothèse qu’elle était venue ici ? C’était fort possible, même si elle serait sûrement paniquée de tomber nez à nez avec l’un d’eux. Même si au fond elle serait sûrement heureuse vu qu’elle est une grande amoureuse des animaux. Pas pour rien qu’elle travaille comme véto à la clinique vétérinaire de Forks. Ce job l’épanouit énormément même si elle a vraiment du mal quand arrivent des pauvres bêtes blessées ou fort malades. Et c’est encore pire lorsque certaines perdent la vie. C’était toujours une tragédie pour elle qui s’attachait bien vite à ces animaux. C’était peut-être aussi parce qu’elle avait fini ses études seulement depuis quelques mois. Ce qui voulait donc dire qu’elle n’officiait qu’en tant que vétérinaire que depuis peu de temps. Peut-être qu’au fil des ans elle serait un peu plus endurcie face à la tristesse de ce boulot même si elle avait du mal à y croire.

Après un moment de balade, la jeune femme s’était arrêtée sur un banc afin de faire une petite pause, plus pour son animal que pour elle-même. Elle prenait soin de son chiot, hors de question qu’il se sente mal à cause d’elle. Son chien était un petit fou et avait bien du mal à calmer son excitation. Toutefois elle tentait de l’apaiser en le caressant gentiment. Au fil des minutes il respirait déjà moins vite, signe qu’il commençait à se calmer, ce qui était une bonne chose. Sauf qu’à un moment l’animal se releva et se mit à fixer quelque chose au loin. La jeune femme releva la tête pour regarder ce qui pouvait attirer son petit Mystic. D’autant plus qu’elle avait cru percevoir le cri d’un animal. Elle fronça les sourcils. N’écoutant que son courage, elle se leva du banc et commença à marcher en direction de ce fameux cri qu’elle avait entendu. Il fallait qu’elle sache ce que c’était. Surtout qu’elle avait l’impression que cet animal était en train de souffrir. Et donc elle ne pouvait pas ignorer ceci. Elle accéléra même sa marche pour arriver plus vite auprès de lui. Plus ils se rapprochaient et plus le comportement de son chiot changeait. Il avait l'air d'avoir peur. Chose qui ne rassurait pas vraiment la jeune femme.  

CODAGE PAR AMATIS


_________________

Madelaine Petsch the little mermaid


Code dialogues:
 


Dernière édition par Madelaine G. Petsch le Sam 6 Avr - 15:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ minibars
Peter Facinelli
Peter Facinelli


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Tumblr_mjes2kydLA1rs1mryo2_250
☆ in hollywood since : 24/03/2019
☆ interviews : 296 ☆ crédits : Frimelda pour la signature

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyVen 5 Avr - 18:53

Peter & Maddie

Vampirism, just a legend ?


Les Cullens. Famille très respecté de Forks pour leur comportement exemplaire, leurs enfants si bien élevés bien qu'adoptés et le docteur Cullen. Excellent médecin dévoué à la cause de sa ville et ses habitants bien que très discret et vivant légèrement à l'écart de la ville. En vérité les Cullens ont déjà vécus ici, ils sont partis et revenus à plusieurs reprise et pour cause, les habitants ne doivent pas nourrir une trop grande curiosité envers cette famille qui ne semble pas vieillir pour autant. Étrangement, les habitants de cette petite bourgade les laisses à peut-près tranquille. Ils ont choisis cette ville en raison du temps, Forks est une des villes sinon la ville la plus pluvieuse des États-Unis et c'est exactement ce qu'il leur fallait. Pour tout dire, les Cullens sont une famille de Vampire.

Carlisle le chef du clan Cullen est le plus vieux des siens. Il à 377 ans et est née à une époque où les humains, du moins certains d'entre eux avaient découvert l’existence des vampires et les chassait. Il était l'un d'eux d'ailleurs avant de se faire transformer. Le premier qu'il rencontra fut Edward qu'il sauva de la grippe espagnol. A l'époque il était déjà médecin et cet enfant mourrait, il avait fait la promesse à sa mère de le sauver. Vint ensuite Rosalie au bord de la mort après avoir été tabassé par son conjoint, puis Emmett, salement amoché par un Ours. Alice et Jasper furent les seuls à ne pas être transformés par Carlisle qui finie par rejoindre le clan Cullen qui n'avait qu'une exigence. Ne tuer aucun humain. Carlisle est le seul du clan à ne s'être jamais nourris de sang humain, tous les autres ont eu une mauvaise passe à un certain moment de leur vie.

Aujourd'hui était une journée pluvieuse comme beaucoup d'autres et donc propice à la chasse pour les Cullens. Ils pouvaient sortir sans inquiétude que les habitants les croises, même s'ils ne voulaient jamais se faire surprendre en pleine chasse sous risque de voir leur secret dévoilé. Samedi, pause de Carlisle qui a pris une demi journée, on ne la lui refusait jamais, c'était un médecin faisant des heures parfois un peu surhumaine et toujours disponible, il était très apprécié des habitants de la ville. Avant tout, le chef de clan se rend dans la supérette du coin, faire quelques courses pour couvrir les traces de sa famille avant de les offrir à un plus démunie qu'eux. Il déteste le gaspillage et ça ne lui viendrait même pas à l'idée de jeter cette nourriture quand il sait que d'autres meurent de faim.

Forêt de Forks, Carlisle et sa famille sortent chasser comme à leur habitudes.« Soyez prudent.» Prévint Carlisle alors qu'il sait que chacun risque de partir dans son coin. Ne pas aller sur le territoire Quileute est déjà une obligation pour ne pas rompre le traité, mais ne pas se faire remarqué par un randonneur égaré en est une autre.« T'en fais pas Carlisle, comme toujours .. » Un léger sourire au coin des lèvres, le chef de clan s'interrogeait. Brièvement puisque c'était Alice et qu'il la savait extravagante à souhait. Chacuns des couples partirent dans leurs coins, c'était souvent l'occasion pour eux de batifoler et d'avoir un peu d'intimité. Carlisle et Edward eux n'avait pas de compagne et s'en sortait très bien sans, même si pour Carlisle c'était différent. Il souffrait en silence et ces presque 400 ans de solitude commencent légèrement à lui peser. Du coup les deux hommes partent chasser ensemble et tombèrent rapidement sur un troupeau cerfs. Sans se concerter, chacun sauta sur une bête dans le but de s'en nourrir, mais une chose à laquelle il ne s’attendait pas, les quatre autres se trouvaient là aussi. On entendis les bêtes signaler leurs douleurs et grâce à leur odorat et leur ouïe fine ils sentirent également une présence approché. « Quelqu'un approche, il nous faut partir. » Indiqua le chef de clan au reste de sa famille, prêt à récupérer l’animal sous le bras et à décamper. Cependant c'est Alice qui l'en empêcha« Non pas cette fois Carlisle. Il te faut rester, nous allons nous occuper des bêtes, quand à toi il te faut rester. J'ai eu une vision, il te faut rencontrer cette femme ..» Lançait la vampire. Carlisle comprenait mieux pourquoi Alice avait ce sourire juste avant de partir et il la remercia pour sa précision d'un simple geste de la tête. Il n'était pas du genre à s'étaler. Simple, précis et concis, tel était le chef du clan Cullen.

S'essuyant le contour de la bouche qui débordais maintenant de sang, il s'agenouilla à nouveau au niveau de la bête, prétextant l'examiner quand la jeune femme arriva. « Il semble mal en point. Probablement cet Ours dont tout le monde parle.» Non sans une once de culpabilité il releva le regard vers la jeune femme, inquiet pour l'animal sur son regard mais en vérité si cette femme était son destin il détestait commencer leur relation sur un mensonge ..

_________________

   

   Donner son cœur, avec un bouquet d'fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ best member
Madelaine G. Petsch
Madelaine G. Petsch


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Original
☆ in hollywood since : 05/03/2019
☆ interviews : 565 ☆ crédits : Carpediem (ava), ASTRA (code sign)

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptySam 6 Avr - 16:32




Mady & Peter
Vampirism, just a legend ?



☾☾ Certes la journée était un peu pluvieuse mais la jeune femme commençait à avoir l’habitude de ce genre de temps depuis qu’elle avait emménagé à Forks. Elle avait mis sa capuche sur sa tête pour éviter d’avoir les cheveux trop mouillés. Par chance il ne pleuvait pas fort, juste assez pour embêter son monde. Mais ce n’était pas ça qui avait empêché la jeune femme de sortir de chez elle. Elle n’avait pas eu envie de rester chez elle alors qu’elle ne travaillait pas aujourd’hui. Elle prenait beaucoup de plaisir à découvrir Forks. C’était un petit coin de paradis selon elle. Bien loin de la ville et de son agitation. Même si de temps à autres Miss Pearson retournait à Port Angeles pour aller voir ses parents ainsi que le reste de sa famille et ses amis qui étaient là-bas. La plupart ne comprenaient pas son choix de partir de là-bas pour venir s’enterrer à Forks mais la belle s’en fichait. C’était son choix pas le leur. Ils n’avaient qu’à respecter ceci. De toute façon elle ne ferait pas marche arrière. Même si ce n’était pas simple tous les jours de se retrouver seule dans cette bourgade. Heureusement elle avait un petit chien noir trop mignon qui occupait bien ses journées lorsqu’elle n’était pas au travail. Avec lui elle ne s’ennuyait pas, bien au contraire.

Mystic et Mathi s’étaient tranquillement baladés dans cette forêt qui semblait bien calme. Ils avaient fait une petite pause afin que le chiot puisse reprendre son souffle. Il était calmé mais il eut un comportement qui intrigua sa maîtresse. Elle voyait qu’il fixait quelque chose au loin. Elle eut beau essayer de voir de quoi il s’agissait, elle ne vit rien. Par contre elle entendit nettement des cris. Comme si une bête était en train d’agoniser. De par sa passion pour les animaux et son métier, il lui était impossible d’ignorer ces hurlements. Elle s’était donc dirigée dans la direction des cris. Elle s’était dépêchée pour arriver au plus vite sur place. Elle avait à présent quitté le sentier pour s’enfoncer dans les bois. Après plusieurs minutes de marche elle arriva enfin sur place. Elle fronça un sourcil en voyant un homme aux cheveux blonds penché au-dessus d’un cerf. Elle contourna l'homme et l'animal. Elle fut horrifiée de voir dans quel état se trouvait cette pauvre bête. Elle retint un cri en plaquant une main devant sa bouche. De son autre main elle tirait la laisse de son chien pour l’empêcher d’approcher du cerf. “Mystic !” Gronda-t-elle pour qu’il se calme. Mais voilà qu’il grognait en regardant l’homme qui était accroupi. “Mais dis donc !” Elle le gronda à nouveau et se baissa pour le prendre dans ses bras. Elle le caressait pour essayer de l’apaiser puisqu’il semblait bien énervé. Elle ne comprenait pas pourquoi il était dans cet état, lui si gentil d’habitude. “Veuillez excuser ce petit diablotin !” Dit-elle en s’adressant à cet homme. Elle remarqua du sang sur ses mains et sur son haut. D’après ce qu’elle comprenait il était tombé sur ce pauvre animal et avait certainement essayé d'apaiser sa douleur. Elle grimaça en regardant le cerf. Elle se rapprocha de lui et se pencha pour sentir son pouls. Dieu que celui-ci était faible. Rien d’étonnant vu l’état dans lequel il était. Mathilda se mordilla la lèvre, pas très à l’aise de voir ce spectacle. Elle avait mal au coeur… Malheureusement elle ne pouvait rien faire pour lui. Elle n’était pas à la clinique et même si ça avait été le cas, elle n’était pas franchement certaine qu’elle aurait pu lui sauver la vie. Elle se redressa et inspira un grand coup avant de dire “En effet je ne pense pas qu’il puisse s’en remettre…” Déclara-t-elle avec bien du mal. Elle ravala difficilement sa salive. “J’avais du mal à croire à cette histoire d’ours… Je pense qu’à présent j’y crois davantage…” Dit-elle quelque peu chamboulée. Visiblement les rumeurs étaient donc vraies. Malheureusement pour ce pauvre cerf qui s’était fait attaquer par plus fort que lui. Mais ce qui étonnait la jeune vétérinaire, c’était le fait que l’attaquant ait laissé tomber sa proie. Peut-être qu’il avait été dérangé par quelque chose. La jeune femme détourna le regard de l’animal, ne pouvant plus supporter cette vision d’horreur. “Il faudrait abréger ses souffrances…” Dit-elle doucement. Seulement elle ne se voyait pas franchement le faire, c’était trop dur. Surtout qu’elle n’avait pas de seringue et d'’anesthésiant pour mettre fin à ses souffrances. “Vous pourriez l’aider ?” Demanda-t-elle, espérant que cet homme ait assez de sang-froid pour aider cette bête à partir et lui éviter de trop souffrir.  

Toujours en caressant son chien, aussi bien pour l’apaiser lui qu’elle-même elle prit le temps d’enfin observer cet homme. Elle fut subjuguée par tant de beauté. Jamais elle n’avait rencontré quelqu’un d’aussi charismatique. C’était à se demander s’il était bien réel. Et ses yeux… D’une couleur qu’elle n’avait jamais vue auparavant. Ils sortaient tellement de l’ordinaire, ils l’hypnotisaient. Était-ce des lentilles ? Si ce n’était pas le cas, ces yeux avaient une couleur pour le moins originale qui lui plaisait beaucoup. Mathilda n’en revenait pas de croiser un tel regard. Étant à peu près protégée sous les arbres, la jeune femme enleva sa capuche et secoua sa tête pour remettre sa chevelure flamboyante en place. Elle se sentait toute intimidée face à cet homme qu’elle trouvait plus que ravissant.  

CODAGE PAR AMATIS


_________________

Madelaine Petsch the little mermaid


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ minibars
Peter Facinelli
Peter Facinelli


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Tumblr_mjes2kydLA1rs1mryo2_250
☆ in hollywood since : 24/03/2019
☆ interviews : 296 ☆ crédits : Frimelda pour la signature

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptySam 6 Avr - 19:45

Vampirism, just a legend ?Pete & Maddie
Alors que la jeune femme était en train de s'approcher de l'endroit où se trouvait Carlisle, une autre odeur attira l'attention du vampire. Une odeur proche de celle des quileutes et pourtant pas tout à fait identique. Il ne lui fallut que peu de temps pour déterminé que cette odeur provenait d'un chien puisqu'il l'avait entendus alors que lui et sa maîtresse approchait. Carlisle ne s'était pas assez nourris du vampire et par conséquent il dû se contrôler un peu plus pour ne pas avoir envie de dévorer l'animal. Si la jeune femme était ce qu'Alice avait laissé entendre, se nourrir de son animal de compagnie n'était vraiment pas une bonne idée. Heureusement pour lui, le chef du clan Cullen était doté d'un self-control incroyable et savait mieux que personne endurer la soif en présence de sang qu'il soit animal ou humain. Des années de pratiques l'avait amener à pouvoir se contrôler, si bien qu'il était dorénavant capable d'aspirer le venin d'une proie humaine et s'arrêter avant de la vider de son sang. Enfin, la jeune femme et son chien furent à porter de vue pour Carlisle qui se concentrait sur l'état de l'animal qu'il savait pourtant mal en point par sa faute. Sans étonnement le chien qui semblait se prénommer Mystic aboyais après le vampire en signe de mécontentement et de méfiance. Non, il ne ferait rien à l'animal même si ce n'était pas l'envie qui lui manquait. « Laissez ce n'est rien. Après tout il ne me connais pas.» Carlisle mentait. Il savait parfaitement pour quelle raison Mystic en avait après lui, mais ça il ne pouvait le dire.

Il reporta à nouveau son attention sur le cerf qui était à l'agonie alors que la jeune femme appuyait ses dires. Non il n'allait pas s'en sortir et en temps normal Carlisle évite de faire souffrir les animaux qui lui servent de repas.« Il traine dans les parages, nous avons beaucoup de témoignages à son sujet. J'espère qu'il va finir par aller chasser ailleurs, la forêt de Forks est agréable et il l'a met en dangers.» En vérité, le vampire savait parfaitement qu'un Ours n'était pas la cause des différentes attaques qu'il y ai put avoir lieu. Il avait sortis cette excuse à Charlie, le Shérif du coin, pour qu'il ne s'inquiète pas trop mais en fin de compte c'était le clan Cullen qui commençait à s'inquiéter sachant que ces humains avaient étés attaqués par des vampires. Normalement, aucun ne venait ici en raison des Loups justement, mais ceux-ci ne semblaient pas s'en inquiéter. La jeune femme elle par contre ne supportait plus de voir le cerf souffrir et demandais à Carlisle d'abréger ses souffrances. Il ne pouvait le faire devant la jeune femme sous peine de griller sa couverture et de l'effrayer. Elle n'avait visiblement pas envie non plus d'assister à une telle scène. « Vous devriez retourner en bordure de forêt. On ne sait jamais l'ours pourrait revenir. Je vais m'occuper de ce Cerf. » Les gens de Forks avaient l'habitude de le voir gérer les situations comme celles-ci, mais certainement que la jeune femme qui n'était pas ici depuis longtemps se poserait des questions mais à cela il n'avait pas réfléchis.

Il observait alors la jeune femme s'éloigner et quand il la perdit du regard il se servit de son ouïe pour s'assurer qu'elle ne faisait pas demi-tour. Une fois qu'il était certain d'être parfaitement seul, il finis alors de se nourrir de la bête avant de se saisir d'une pierre pour simuler une mise à mort de l'animal. Il n'aimait pas tellement ça, mais c'était pour le bien de sa famille et lui-même, la jeune femme pourrait très bien signaler le cerf et des curieux pourraient donc venir farfouiller. Enfin bref une fois que ce fus fait, le vampire s'essuya à nouveau la bouche ainsi que les mains. Puis il décida d'aller rejoindre la jeune femme en bordure de forêt pour prendre de ses nouvelles, évidement à la vitesse à laquelle il se déplaçait, cela ne lui prit pas beaucoup de temps et comblerait celui qu'il à passé à se nourrir. Il aperçut enfin la jeune femme et s'en approcha lentement, les mains dans les poches pour ne pas l'effrayer. « Est ce que ça va ? » Elle avait l'air assez bouleversé par la situation et le chien lui ne semblait pas l’apprécier beaucoup plus.

Finalement tous deux commencèrent à marcher ensemble. « Pardon je ne me suis pas présenter. Je me nomme Carlisle. J'espère ne pas vous avoir trop fait peur. »  En approchant de cette manière et en venant la retrouver évidement. En fin de compte il prétextais tenir informer la jeune femme qu'il avait bien abrégé les souffrances du cerf pour être retourné auprès d'elle. Pourtant il se devait d'orienter leur marche s'il ne voulait pas lui même franchir le traité avec les Quileutes, ce qu'il fit assez discrètement. « Vous êtes de passage à Forks ? Pardonnez moi c'est une petite ville et il ne me semble pas vous avoir déjà croisé. » Il souriait légèrement, tentant une approche assez discrète pour ne pas paraître trop louche mais il se devait de faire conaissance avec cette femme et pourquoi pas, leur donner l'occasion d'une autre rencontre, ou d'un rendez-vous. Mais pour l'instant il se contentais simplement de lui parler.   
©️ DABEILLE

_________________

   

   Donner son cœur, avec un bouquet d'fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ best member
Madelaine G. Petsch
Madelaine G. Petsch


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Original
☆ in hollywood since : 05/03/2019
☆ interviews : 565 ☆ crédits : Carpediem (ava), ASTRA (code sign)

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyDim 7 Avr - 20:44




Mady & Peter
Vampirism, just a legend ?



☾☾ En venant se balader dans les bois, la jeune femme ne s’était pas attendue à tomber sur un pauvre cerf mal-en-point. Pourtant c’était une possibilité puisqu’il y avait des rumeurs qui parlaient d’attaques d’ours depuis quelques temps. Comme quoi ce qu’elle avait cru faux s’avérait être vrai. Mystic pourtant si joyeux d’habitude lorsqu’il voit des gens, avait le comportement totalement inverse aujourd’hui en présence de cet homme inconnu. Il était peut-être perturbé aussi à cause de l’animal en sang non loin d’eux. Afin d’éviter qu’il ne s’approche trop de la pauvre victime, elle l’avait pris dans ses bras tout en le sermonnant. Ne voulant pas paraître impolie, elle s’était excusée pour son chien. Heureusement l’inconnu ne semblait pas mal prendre le fait que ce chien ne soit pas sympathique avec lui. “Oui mais tout de même, normalement il ne fait jamais ça !” Répliqua la rouquine. C’était tout de même étrange que son petit chien noir agisse ainsi.

La jeune femme et l’homme discutaient des rumeurs d’ours. Visiblement il était au courant lui aussi. Ce qui étonnait guère Mathilda vu que tout le monde en parlait à Forks. Elle même en avait eu vent par des clients de la clinique vétérinaire. “C’est étrange qu’il vienne par ici… Si près de la civilisation.” Dit-elle plus pour elle-même que pour son interlocuteur. “Enfin j’espère que personne n’aura l’idée de venir le tuer…” Elle n’en serait pas très étonnée vu comme l’humain pouvait se montrer ignoble avec les animaux. Chose qu’elle ne comprenait absolument pas. Pour elle rien ne pourrait pardonner la souffrance qu’on inflige à ces bêtes. Leur cruauté avait le don de la révolter, de la rendre malade. Elle s’était toujours sentie plus proche des animaux que des hommes. Sans doute trop gentille pour comprendre la haine qui anime ce monde.

Voir cet animal souffrir était une vision insupportable pour la jeune Pearson. Si encore ils avaient été dans son cabinet elle aurait pu l’aider à partir en douceur, mais là ce n’était pas possible. Alors elle demanda gentiment à l’homme qui était arrivé avant elle, s’il lui était possible d’aider ce pauvre cerf. Elle hocha la tête aux dires du blond. “Oui de toute façon je ne pourrais pas assister à ça…” Sous-entendu la mise à mort du cerf. Elle se pencha une dernière fois afin de caresser tendrement la tête de l’animal. A voix basse elle lui dit. “Ça va aller mon beau, tu ne souffriras plus…” Elle se redressa et regarda l’homme présent à ses côtés. “Je vous laisse…” Dit-elle en le regardant dans les yeux. Elle eut bien du mal à se ressaisir et à partir tant elle était hypnotisée par ce regard qu’elle trouvait si magnifique. D’une couleur qu’elle n’avait jamais vue auparavant. “Au revoir.” Finit-elle par dire avant de quitter cette partie de la forêt. Elle rejoignit donc le sentier non sans se traiter d’idiote. Elle aurait au moins pu donner son numéro à cet homme afin de le revoir une prochaine fois ? Après tout elle l’avait trouvé charmant et puis ça lui ferait une connaissance à Forks vu qu’elle n’avait pas encore d’amis par ici. Mais bon il l’aurait sans doute trouvée étrange. Limite il aurait pu croire qu’elle lui faisait du rentre-dedans. Ce qui n’était pas son genre, même si elle le trouvait très beau.

Tandis qu’elle était en train de se promener avec son chien et qu’elle était perdue dans ses pensées, elle se fit surprendre par l’arrivée de cet homme auprès d’elle. Elle ne s’attendait pas du tout à ce qu’il vienne la rejoindre. Elle aurait plutôt pensé qu’il serait parti tout de suite après s’être occupé du cerf. Elle avait eu un léger sursaut avant de se tourner pour faire face à son interlocuteur. “Je… Oui, je suis un poil trop sensible dès qu’on parle des animaux.” Dit-elle en riant nerveusement tandis que Mystic lui groulait. Elle fronça les sourcils. “Mystic t’as fini oui !” Le gronda-t-elle afin qu’il se calme. Le chien baissa d’un ton mais n’était toujours pas serein. Elle se demandait vraiment ce qu’il avait dans le ventre aujourd’hui. “Et vous ? Ça n’a pas été trop dur ?” Demanda-t-elle en référence à ce qu’il avait dû faire pour le bien de cet animal blessé. “Merci pour lui.” Lui dit-elle en faisant un petit sourire. Elle avait été touchée par le fait qu’il aide le cerf à abréger ses souffrances. Elle continuait sa petite promenade en compagnie de cet homme charmant. Elle était contente qu’il soit venu la rejoindre. C'était une bien agréable surprise. “Oh non pas du tout !” Répondit la jeune femme en riant nerveusement. “C’est surtout que ça m’a fait de la peine de voir ce pauvre cerf…” Dit-elle avant de finalement se présenter à son tour. “Mathilda. Enchantée Carlisle !” Dit-elle en faisant un grand sourire. Elle n’avait jamais entendu ce prénom auparavant. Encore une chose originale chez cet homme. “Pardonnez ma curiosité mais votre prénom est de quelle origine ?” Mon Dieu ce qu’il devait la trouver bien curieuse. Enfin visiblement elle n’était pas la seule à être dans ce cas. “Oh il n’y a pas de soucis.” Dit-elle en souriant. “En fait je me suis installée ici il y a trois semaines.” Déclara-t-elle en souriant. “Je suis l’une des vétérinaires de la clinique.” Ajouta-t-elle afin qu’ils puissent faire plus ample connaissance. “Et vous ? Ça fait longtemps que vous vivez dans la région ?” Demanda-t-elle, se doutant qu’il vivait dans le secteur puisqu’il lui avait dit que Forks était une petite ville. Ce qui voulait donc dire qu’il devait vivre ici, enfin logiquement. Elle avait bien envie de lui poser une ou deux autres questions mais avait peur de passer pour une grosse curieuse. Pourtant sa peau si pâle et ses yeux si particuliers l’intriguaient fortement. Elle avait d’ailleurs bien du mal à ne pas garder le regard posé sur son visage. Même si elle était un peu intimidée il fallait bien l’avouer.  

CODAGE PAR AMATIS


_________________

Madelaine Petsch the little mermaid


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ minibars
Peter Facinelli
Peter Facinelli


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Tumblr_mjes2kydLA1rs1mryo2_250
☆ in hollywood since : 24/03/2019
☆ interviews : 296 ☆ crédits : Frimelda pour la signature

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyMar 9 Avr - 10:51

Vampirism, just a legend ?Pete & Maddie
Forks et sa brume plus que légendaire. Il n'en fallait pas plus au docteur Cullen et sa famille pour avoir une raison de venir s'installer ici. Sa forêt dense et sa vaste faune propice à la chasse, une source inépuisable pour les vampire "végétariens". Pourtant Forks est une petite ville, ils ont déjà vécus ici auparavant et ont été forcé de partir. Leur éternelle jeunesse ne peut passer inaperçue et risque souvent de les faire démasquer. C'est pourquoi la famille change assez souvent de région, mais elle revient toujours à Forks, elle nourrit un réel profond attachement pour cette ville. C'est également pour ça qu'ils ont conclus le pacte avec les Quilleutes, ils veulent aider à protéger cette ville autant qu'ils le peuvent. Cette famille à réussis à se fondre dans la masse et à être apprécier des humains, si seulement ils savaient certainement que tout ne se passerai pas aussi bien. Carlisle est un médecin respecté et beaucoup consulté, pourtant jamais plus il n'a été tenté. Sa seul méfiance était les animaux domestiques qui réagissaient énormément en sa présence. Bien sur ceux-ci avaient un sixième sens qui leur disait de se méfier des vampires. Bien que lui n'ai jamais touché à aucun animal domestique de sa vie. « Ce n'est rien. J'ai .. peur des chiens. Peut-être le ressent-il ? » Oui il fallait bien qu'il trouve une excuse pour que la jeune femme arrête de se préoccuper de l'attitude de son chien. Non en vérité il n'avait nullement peur des chiens, il n'appréciait juste pas spécialement les loups.

La rumeur des ours c'est en fait le docteur Cullen qui en était l'auteur. En effet Charlie commençait à psychoter quand aux rumeurs plus étranges les unes que les autres qui lui arrivait aux oreilles et ne parlons pas de la psychose qui était en train de gagner la ville. Carlisle était presque parole d'évangile ici, tout ce qu'il disait était crus par tout le monde, jamais sa parole n'avait été remis en doute. Cependant il n'était absolument pas dans les habitudes de l'immortel d'en profiter bien au contraire. Il aidait autant que possible cette ville qu'il aimait tant mais ne s’immisçait jamais dans la vie au quotidien de ses habitants. Non sa famille et lui se montrait utile lorsque le besoin se faisait ressentir, tâchait de maintenir à distance les potentielles menaces, mais ça s'arrêtait là.  « Oui en effet. La nature ne s'explique pas toujours sur ce qu'elle nous réserve. » Il souriait doucement, pourtant il espérait que quelque part la jeune femme ne chercherait pas trop à voir cet ours imaginaire qui rôdait dans les parages. Il ne manquerai plus qu'elle tombe sur des vampires beaucoup moins sympa que lui et qu'elle finisse par être mordus. Non, quelque chose lui disait qu'il devait veiller sur cette femme, il en ignore pour l'instant la raison, mais il en ressent le besoin. Ce n'est pourtant absolument pas dans ses habitudes de vouloir surveiller quelqu'un comme ça. Il devait combattre ce besoin. « Ne vous en faites pas. Ici ce sont plutôt des pêcheurs que des chasseurs. Je doutes qu'ils aient l'envie d'aller s'en prendre à lui. Cette bête à l'air féroce. Il serait suicidaire de vouloir la traquer .. » Ajoute-t-il pour dissuader une bonne fois pour toute la jeune femme d'aller à la recherche de cet ours sauvage qui n'existe pas.

Celle-ci avait d'ailleurs l'air très très mal en point à la vue de l’animal qui souffrait. Si elle n'était pas militante extrême ou quelque chose dans le genre elle devait certainement avoir un travail en rapport avec ces animaux. Carlisle le ressentais sans pour autant avoir besoin des pouvoirs émotionnels de Jasper, c'était une personne pleine de compassion. Il acquiesça de la tête alors que la jeune femme indiquait ne pas vouloir assister à la mise à mort du cerf et c'était quelque chose qui arrangeait l'immortel qui allait pouvoir finir son repas. Puis il se mit à sourire en voyant l'inconnue adresser comme une dernière parole pour accompagné la bête dans la mort. Il allait malheureusement souffrir une dernière fois avant de partir même si en temps normal Carlisle essayait d'être rapide et efficace pour protéger les animaux de cette souffrance justement.  « D'accord. Ne vous en faites pas ça va aller. » Il n'eut cependant pas compris tout de suite que la jeune femme venait de lui dire au revoir. Comment ça au revoir ? Non pour ça il n'était pas vraiment d'accord. Ça ne pouvait pas se terminer si vite, sur une si mauvaise expérience.

Non Carlisle n'avait pas envie de finir sur une note aussi négative et surtout il voulait s'assurer que la jeune femme était remise de ses émotions. Alors une fois qu'il eut finis de mettre à mort le cerf il se mit à la poursuite de la jeune femme qu'il ne tarda pas à retrouvé. Même si lui n'est pas un traqueur, suivre une personne n'est guère difficile pour un vampire qui peut facilement remonter l'odeur que dégage la personne et se servir de son ouïe ainsi que de sa vue pour finir par arriver à les retrouver. « J'ai crus comprendre que cela vous perturbais. Est-ce que .. Est-ce que c'est en rapport avec vôtre travail ? »  Demandait-il en continuant de marcher aux côtés de la jeune femme. Il n'était pas en train de la draguer ou plutôt à son époque on faisait la cours aux femmes non il était simplement curieux et avait envie d'en apprendre un peut plus sur elle. Elle l'intriguait en grande partie parce qu'Alice avait poser un mystère sur sa tête, mais pas uniquement. Cependant son chien ne semblait pas se calmer et commençais à vraiment agacer la jeune femme qui du coup ne se concentrait plus vraiment sur leur conversation. Carlisle lui, regardais le chien, un regard intimidant bien que non agressif, mais visiblement cela suffit à calmer la bête qui arrêtait de lui aboyer après. Même envers les animaux qui ne l'aimaient pas, il était pacifiste. « Ce n'est jamais une partie de plaisir. Mais je commence à avoir l'habitude. Je suis médecin. » Les médecins eux disent qu'on ne s'y habitude jamais. Allez donc passer plus de trois-cents ans à veiller les morts, soigner des enfants condamnés et voir que finalement vous aurez beau essayer de toutes vos forces, vous ne pourrez jamais sauver tout le monde. En fait non, on ne s'habitue jamais vraiment à voir des enfants souffrir c'est certain, mais on se forge une certaine carapace. Carlisle lui avait la sienne. Alors le "jeune" homme acquiesça de la tête à nouveau et lui adressa un sourire lorsqu'elle le remercia. Il ne pouvait dire plus déjà parce que ce n'était pas un grand bavard mais ensuite, il était tout de même responsable de la souffrance de cet animal. « Je comprend, mais c'est fini pour lui. Il es partit et ne souffre plus.» Il tentait d’apaiser le chagrin évident de la jeune femme mais ce n'était pas si simple. « Enchanté Mathilda. » Ajoutait-il accompagné d'un nouveau sourire. Il n'était pas très à l'aise avec les premières rencontres surtout en tête à tête. En fait la plupart des gens qu'il connaissait ici étaient venus le voir pour se faire soigner. Ça aide comme première impression. « C'est .. d'origine Anglaise. En fait, mon père était britannique. » Répondit-il sans vraiment réfléchir au fait qu'il paraissait plutôt jeune pour quelqu'un qui avait perdu son père. Mais il se rappela que beaucoup de mortels perdaient l'un, voir deux de leurs parents très tôt dans leur vies et que donc cela ne choquerait probablement pas la jeune femme.« En effet c'est assez récent. Du coup nous aurons certainement l'occasion de nous rencontrer à nouveau, nos travail respectifs ne sont pas à grande distance l'un de l'autre. » Dit-il se rendant compte que finalement là il passait peut-être pour un dragueur alors qu'en fin de compte ce n'était pas du tout son intention. Il essayait simplement de se montrer gentil et accueillant envers la jeune femme qui venait d'arriver dans la ville, même si lui même n'était pas censé être là depuis bien longtemps. «Quelques mois tout au plus. Ma famille et moi cherchions une petite ville calme, en plein milieu de la nature. Nous avons d'ailleurs notre villa situé en plein coeur de la forêt. C'est très agréable. » Répondit-il à la jeune femme. Il espérait qu'elle aurait envie de continuer à parler tout en marchant. Il trouvait cela fort agréable malgré le fait qu'il se dois de faire attention à sa propre allure. Mais la limite que les Cullens ne peuvent franchir approche à grand pas et Carlisle ne risquerait pas à franchir la frontière même pour une femme.« Est-ce que .. nous pourrions orienter notre marche plutôt par ici si cela ne vous dérange pas. J'ai .. d'assez mauvais souvenirs dans cette direction. » Niveau excuse bidon on ne fait pas mieu, qu'est-ce qu'il pourra bien lui sortir si jamais les rayons du soleil commencent à faire leur apparition ?  
©️ DABEILLE

_________________

   

   Donner son cœur, avec un bouquet d'fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ best member
Madelaine G. Petsch
Madelaine G. Petsch


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Original
☆ in hollywood since : 05/03/2019
☆ interviews : 565 ☆ crédits : Carpediem (ava), ASTRA (code sign)

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyDim 14 Avr - 21:14




Mady & Peter
Vampirism, just a legend ?



☾☾ Malgré la météo qui était loin d’être idéale, la jeune Pearson était de sortie avec son petit chien noir Mystic. Après tout c’était souvent un temps pareil à celui-ci qui couvrait la région donc autant s’y faire. Parce que si l’on ne s’y faisait pas, alors on ne sortait pas beaucoup de chez soi. Et Mathi rester enfermée chez elle à longueur de journées ? Non merci ! Elle aimait bien trop la nature pour rester entre quatre murs. Même s’il lui arrivait parfois de passer du temps sur internet ou à mater des séries pendant des heures. Mais aujourd’hui elle avait eu envie d’explorer un peu plus la forêt de Forks. Sûrement à cause des rumeurs qui tournaient à son sujet. Mais elle n’avait pas rencontré un ours, non mais un homme plutôt charmant d’après ce qu’elle en avait vu. “Oh ! Vraiment ? Je, je suis désolée !” Répondit Mathilda qui ne s’attendait pas à apprendre que cet homme avait peur des chiens. C’était tout de même rare de rencontrer des gens qui craignaient ces bêtes. Elle tentait donc de garder son carlin éloigné de son interlocuteur afin qu’il ne se sente pas trop mal en sa présence. “Vous avez eu une mésaventure avec un canidé ?” Demanda la rouquine avec curiosité. C’était sûrement mal de questionner ainsi le blond mais elle avait terriblement envie de connaître la raison de cette peur des chiens qui l’animait. Elle-même avait été mordue étant enfant, pourtant elle n’avait jamais eu peur d’eux. Même si elle craignait parfois certains chiens qu’elle pouvait croiser dans la rue. Mais c’était sans doute normal avec ce qu’elle avait vécu.

La rouquine hocha la tête lorsque son interlocuteur lui indiqua que la nature réservait parfois des surprises. Oui elle était bien d’accord avec ça. Mais en même temps si l’humain traitait mieux celle-ci, il y aurait sans doute moins de problèmes. Parce que oui il fallait respecter la faune et la flore si on ne voulait pas en subir de fâcheuses conséquences. Miss Pearson elle en tout cas faisait son possible pour ne pas polluer la nature. Quant aux animaux, elle les aimait tant qu’il lui était tout bonnement impossible de leur vouloir du mal. “Tant mieux !” Répondit-elle tandis que le blond lui indiquait qu’il n’y avait pas vraiment de chasseurs. Elle n’aimait pas du tout ces personnes qui prenaient un malin plaisir à abattre un animal de sang-froid. Pour cause étant enfant elle s’était prise d’affection pour un marcassin qui avait grandi chez un voisin. Lorsqu’il fut adulte ils l’avaient tué pour le manger et elle ne s’en était jamais remise, se disputant même avec son camarade de classe et voisin à ce sujet. Par contre elle n’avait pas trop de soucis avec les pêcheurs même si au final eux aussi tuaient de pauvres poissons mais bon elle n’avait pas le même attachement pour les poissons que les autres animaux, c’était sûrement pour ça. “En tout cas ça va peut-être paraître méchant mais si jamais des gens prenaient en chasse ces ours et qu’ils venaient à se faire tuer, je dirais qu’ils l’ont bien cherché…” Oui elle préférait la compagnie des animaux à celle de ses semblables mais elle avait de bonnes raisons pour ça. Et puis c’est vrai quoi si on n’embête pas les animaux, il n’y a pas de raison qu’ils s’en prennent à vous.

Mathilda avait demandé à cet homme charmant d’abréger les souffrances de ce cerf. Elle était touchée qu’il ait accepté. Au moins quelqu’un qui avait du coeur. Voilà ce qu’elle avait pensé. Elle avait glissé quelques petits mots à l’intention de l’animal avant de s’en aller, disant au revoir à cet homme qu’elle venait de rencontrer. Pourtant elle s’en voulait de partir ainsi. Elle aurait tant aimé pouvoir continuer à faire connaissance. Pourtant d’habitude elle est plutôt du genre à avoir du mal à s’ouvrir à la gent masculine et à lui accorder sa confiance. Mais elle a ce sentiment que le blond est quelqu’un de bien. Ça ne pouvait en être autrement. Miss Pearson et son chien étaient repartis sur le sentier afin de continuer leur petite balade puisque la jeune femme n’avait pas envie de rentrer tout de suite chez elle. Tandis qu’elle ne pensait pas revoir de sitôt cet homme avec qui elle avait prit goût à discuter, elle eut le plaisir de le revoir puisqu’il l’avait rejointe. Elle ne put s’empêcher de sourire d’ailleurs tout en hochant la tête. “Oui mais pas que, j’ai toujours adoré les animaux depuis toute petite.” Répondit la jeune femme qui souhaitait être la plus sincère possible. En effet d’ordinaire elle n’était déjà pas du genre à mentir mais là elle voulait vraiment faire connaissance avec cet homme qui avait le don de l’intriguer. “Oh c’est vrai ?” La jeune femme trouvait marrant le fait qu’ils aient tous les deux un métier en rapport avec la médecine, même si évidemment ils n’évoluaient pas vraiment dans la même sphère. “Vous avez une spécialité ?” Demanda-t-elle afin de savoir s’il était médecin généraliste ou non. Elle avait l’impression de bombarder ce pauvre homme de questions mais c’était plus fort qu’elle. Il lui paraissait tellement intéressant qu’elle avait toujours envie d’en apprendre plus à son sujet.

Lorsque l’homme près d’elle lui indiqua que le cerf était parti et qu’il ne souffrait plus, la jeune femme posa une main sur son propre coeur pour réitérer ses remerciements sans toutefois les dire de nouveau à voix haute. Enfin ils se présentèrent l’un à l’autre et la jolie rousse put mettre un nom sur ce si joli visage. “Oh d’accord.” Dit-elle tandis qu’elle apprenait que Carlisle avait des origines Anglaises du côté de son père. Elle-même était allée deux fois en Grande-Bretagne mais juste le temps d’une journée donc elle n’avait pas pu visiter grand-chose mais elle avait beaucoup aimé et n’hésiterait donc pas y retourner si l’occasion se présentait.

Les deux jeunes gens continuaient à faire connaissance tout en se baladant. “Oui c’est vrai mais je connais un peu Forks pour y être venue quelques fois par le passé.” Dit-elle en souriant. En effet une personne de sa famille vivait ici. C’était peut-être pour ça d’ailleurs qu’elle avait choisi de s’installer dans cette petite bourgade, parce qu’elle y avait quelques agréables souvenirs d’enfance. “Ah oui ?” Demanda-t-elle tandis que Carlisle lui indiquait qu’ils travaillaient non loin l’un de l’autre. Étrangement elle était contente d’apprendre ça. Après avoir confié être arrivée récemment dans cette petite bourgade, elle avait demandé au médecin si lui était ici depuis longtemps. Lorsqu’elle apprit qu’il vivait ici avec sa famille, son coeur loupa un battement. Mathi se sentit quelque peu bizarre. Sans doute un peu déçue d’apprendre qu’il n’était pas célibataire. Enfin c’était ce qu’elle croyait en tout cas. “Oh vous êtes marié et avez des enfants…” Dit-elle sur un ton qu’elle espérait neutre. Elle n’avait pas envie qu’il la trouve trop étrange. D’ailleurs elle était tellement obnubilée par cette famille qu’elle n’avait guère fait attention à ce que Carlisle lui avait dit par la suite, à savoir qu’il vivait en plein coeur de la forêt. Comme quoi ça l’avait pas mal perturbée. La jeune femme arqua un sourcil en écoutant Carlisle. “Ah euh oui pas de souci.” Répondit-elle simplement ne voulant pas que son nouvel ami se sente mal à l’aise. Ce serait dommage. Mais elle garda ses questionnements pour elle, ne voulant pas qu’il la trouve trop curieuse. “Y a-t-il d’autres choses que je devrais savoir sur Forks ?” Demanda la jeune femme qui essayait de relancer un peu la conversation pour ne pas qu’il y ait un silence gênant entre eux. Et puis ça lui permettrait peut-être d’apprendre des choses qu’elle ne connaissait pas déjà. Peut-être que Carlisle lui indiquerait de bonnes adresses. Elle rebondit ensuite sur quelque chose dont Carlisle avait parlé un peu plus tôt. “Vous viviez en Angleterre avant de venir vous installer à Forks ?” Demanda-t-elle espérant en savoir un peu plus au sujet de cet homme qui lui semblait si agréable. Il planait autour de lui comme un mystère qu’elle avait envie d’éclaircir.  

CODAGE PAR AMATIS


_________________

Madelaine Petsch the little mermaid


Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

☆ minibars
Peter Facinelli
Peter Facinelli


Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Tumblr_mjes2kydLA1rs1mryo2_250
☆ in hollywood since : 24/03/2019
☆ interviews : 296 ☆ crédits : Frimelda pour la signature

Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  EmptyMar 16 Avr - 16:27

Vampirism, just a legend ?Pete & Maddie
Carlisle et sa famille aimaient profondément Forks. Non seulement parce que climat qui y régnait était idéal pour la famille de vampire mais aussi pour son environnement. Ils avaient beau repartir de ce petit compté ils finissaient toujours par y revenir. Ils nourrissent un profond attachement pour cette ville et ses habitants, en repartir ne sera pas facile comme toujours. Ce devait être la 4 ème fois que Carlisle revenait. Il aimait toujours autant cet endroit et c'était assez ressourçant pour lui. Pourtant en presque 400 ans d'existences jamais il n'a songé à trouvé son « ame soeur.» Lui détestait ce terme, mais Alice elle ne semblait pas désespérer autant que le doyen du clan Cullen. Tous espéraient que celui qui leur avait sauvé la vie ou les avaient simplement recueillis puisse enfin trouver son bonheur. Tout comme Carlisle souhaitait qu'Edward trouve son bonheur également, les deux êtres étant seuls depuis un bon moment maintenant.
Alors qu'il expliquait à la jeune femme qu'il avait peur des chiens et que celui-ci devait le ressentir, la jeune femme chercha à en savoir plus. Il allait lui falloir plonger dans son mensonge monté de toute pièce mais il arriverait à s'en sortir. « Ce doit être dans mes gènes. » Dit-il avant de se rendre compte de ce qu'il venait de sortir. D'ailleurs la jeune femme ne manqua pas de lui soumettre un regard étrange. Pas étonnant étant donné qu'elle même possède un chien. Bravo Carlisle tu as assuré sur ce coup-là pensa le vampire.« Un membre de ma famille s'est fait mordre une fois sous mes yeux. Depuis j'ai toujours eu peur des chiens. » Ce n'est pas vrai, personne ne s'était jamais fait mordre quand bien même par un loup, mais sur ce coup là il se devait de se rattraper.

Carlisle c'était occupé de mettre fin à la souffrance de l’animal. Ne relevant pas les remarques de la jeune femme sur le fait de mériter la mort s'ils se mettaient à chasser l'ours. Selon lui personne ne méritait la mort, malgré le fait que lui-même soit un monstre une partie de lui ne pouvait s'empêcher de garder la foi et de respecter son prochain. Même si il n'avait pas de prochain étant immortel. Il s'était contenté de sourire à la jeune femme et de la saluer en retour alors qu'elle lui faisait ses adieux. Non le vampire ne pouvait s'y résoudre. La jeune femme l'intriguait et l'attrait de sa famille pour elle également. Il n'était pas très loquace et n'avait à aucun moment fait le rapprochement entre le fait qu'Alice soit aussi insistante sur le fait qu'il se devait de rencontrer la jeune vétérinaire et le fait qu'il y avait certainement une raison et une vision derrière tout ça. Il n'avait pas tiré une croix sur l'amour bien au contraire mais de là à se lancer à la conquête d'une femme qui lui est destiné .. C'est une toute autre histoire. Pourtant ce n'est pas les prétendantes qui manquaient, mais lui ne s'était jamais montré intéressé au grand dame de la gente féminine du coin.

Rattrapant la jeune femme assez rapidement ils eut aucun mal à se parler et très rapidement la conversation fut assez simple. Petit à petit Carlisle se décontractait surtout depuis que le chien avait arrêter de lui aboyer après. Il s'intéressait de plus en plus à cette femme qui semblait avoir le coeur sur la main. A quelque chose près on pourrait dire qu'il s'agit de son égal au féminin. Si tenté qu'elle n'était pas vampire, pas immortel et qu'à son humble avis elle aimait bien de trop les animaux pour devenir son identique un jour. Il chassa rapidement cette pensée de sa tête après tout il venait de rencontrer cette femme et il n'était pas encore du tout question d'en faire quoi que ce soit. Il se re-concentra alors sur sa conversation avec la jeune femme. « Ils vous le rendent bien on dirait. » Dit-il en souriant en montrant l'attitude que pouvait avoir son chien avec elle. Il était protecteur envers elle c'est certain rien qu'à voir comment il a montré les dents au vampire sans craindre pour autant pour sa propre vie. Il le savait, les petits chiens étaient bien souvent les pires, les plus hargneux lorsqu'il s'agissait de défendre leur maître. La conversation dévia sur le métier de la jeune femme et vint finalement sur le métier de Carlisle. Acquiesçant d'un sourire lorsqu'elle lui demanda confirmation sur son métier. Puis lorsqu'elle lui demandait plus ample explication il dit avec le sourire. « Je suis chirurgien urgentiste. Mais je suis plus souvent aux urgences qu'au bloc. Il ne se passe pas grand chose de grave à Forks fort heureusement. » Le sourire aux lèvres il continuait de marcher avec Mathilda.

D'ailleurs elle semblait l'observer avec insistance à certains moments et cela ne manqua pas d'être relevé par le vampire qui souriais assez rapidement en coin, trop rapidement pour que la jeune femme ne puisse l’apercevoir. Ils apprenaient petit à petit à se connaître et il commençait à comprendre ce qu'Alice avait voulus mijoté entre les deux êtres. Parce oui, pas très loquace mais pas stupide non plus. Il reste malgré tout un homme d'expérience, pas de ce domaine mais dans le genre relationnel avec les humains il en avait assez vus tout au long de son existence pour interpréter certains signes.«Oh je vois. Vous veniez souvent ici ? Vous aviez de la famille ? » Voyant que la jeune femme se montrait très curieuse concernant sa propre vie il ne se cachais donc pas pour poser des questions sur la sienne. Finalement il était assez content de faire sa rencontre et de savoir également que son cabinet se trouvait non loin de l'hôpital ou il passait bien souvent trop de temps au goût de sa famille. A les écouter il s'agirait de sa deuxième maison, mais il se réfugie beaucoup dans son travail. Au moins il n'est pas isolé il n'y a pas mieux au niveau relationnel. « Nous aurons donc l'occasion de nous revoir. » Ajoutait-il. C'est la que la jeune femme eu un semblant de déception au moment où il se mit à parler famille. Une fois de plus il eu un sourire furtif voyant que la jeune femme avait l'air assez déçus de le savoir marié. Alice avait peut-être raison tout compte fait puisqu'il trouvait la jeune femme différente et extrêmement jolie en plus de cela. « Oh non, pas de femme. Et mes enfants ne sont pas .. vraiment les miens. Mais c'est tout comme. Je les ai adoptés, élevés et aimer comme s'il s'agissait des miens. » Dit-il comme pour soulager la jeune femme. Quelque part cela le soulageait lui-même puisqu'il se disait que si cette femme s'inquiétait de savoir si il était marié c'est qu'elle était forcément intéressé. Du moins aussi intrigué que lui quand à leur rencontre. Il trouvait leur conversation fascinante mais il était temps de bifurquer et de prendre une autre direction. Mathilda ne sembla pas relever, comme quoi toutes ses excuses bidons ne sont pas soumises à interrogation et c'est tant mieux, il ne saurait quel autre drame inventé pour expliquer son comportement plus que douteux. Au contraire elle semblait vouloir en savoir plus sur Forks. Marchant les mains dans le dos il cherchait ce qu'il pourrait bien lui apprendre de plus. « Et bien .. les gens d'ici sont très serviables et accueillants. C'est une ville plutôt soudée cependant cela à ses inconvénients. Les habitants de Forks semblent nourrir une passion pour les commérages.» Dit-il en riant légèrement. Il en avait déjà fait les frais. Il avait refuser tellement d'invitations et d'avances d'infirmières ou de femmes du coin que certaines s'étaient amusées à faire courir la rumeur qu'il devait certainement être gay. Bon sang non. Enfin il ne pense pas. Qu'en penserait son père quand bien même celui-ci est décédé ? «En fait je suis partis il y a un petit moment. J'ai beaucoup voyagé.» Se rendant compte qu'il faisait assez jeune pour avoir autant de passé à son actif il en profitait pour ajouter. « J'ai beaucoup travaillé sur le terrain en dehors de mes études. En fait j'ai passé mon diplôme en candidat libre et le reste du temps j'aidais la ou je le pouvais.» Trop modeste pour dire qu'il à fait partie de comme qui dirait médecins sans frontières, il n'ajouta rien de plus. Il allait passé pour quelqu'un de vachement plus intelligent qu'il ne l'était tout d'un coup pour faire médecine en candidat libre. Mais comment s'enfoncer toujours plus dans son mensonge ..? 
©️ DABEILLE

_________________

   

   Donner son cœur, avec un bouquet d'fleurs.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne

Contenu sponsorisé



Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty
MessageSujet: Re: Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)    Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)  Empty

Revenir en haut Aller en bas
 
Vampirism, just a legend ? (Peter & Maddy)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» The legend of Zelda : Spirit tracks
» Legend of the burning sands
» Peter Hallward: Entrevue avec JBA (juillet 2006)
» Peter Lentz [Validée]
» Urban Legend

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: À TRAVERS LE TEMPS :: Réalité Alternative-