AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
AuteurMessage

☆ crazy administrator
avatar
Joe Keery



☆ in hollywood since : 25/05/2018
☆ interviews : 638 ☆ crédits : lempika, loudsilence.

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Dim 14 Oct - 17:38


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ billy hargrove

Après avoir confirmé que sa main va bien, un silence s'installe dans la voiture, il n'y a que la chanson de The Police qui casse le silence qui aurait été sans doute trop pesant et c'est bien mieux comme ça. Rapidement, tu arrives chez toi, te gares dans l'allée et t'annonce que vous êtes chez toi, enfin, en gros tu lui fais comprendre. La remarque ne tarde pas rapidement à tomber et tu fronces un peu tes sourcils. Uh... c'est un peu... grand. Tu avoues à demi-mots, tu sais que la maison des Hargrove n'est pas ce qu'il y a de plus grand, d'après ce que t'as entendu dire Lucas, il semblerait même que la chambre de Billy ait l'espace d'un placard à balais. Enfin, toi t'y peut rien que ta maison soit comme ça. Tu dis plus rien alors et tu l'emmènes à l'intérieur de la maison, direction ta chambre directement pour pouvoir jeter ton blouson sur le lit. Tu lui fais signe de te suivre dans la salle de bain et fouille pour trouver les anti-douleurs tant convoités. Quand tu les as en main, tu te tournes rapidement vers Billy et lui montre avec fierté la boîte avant de te rappeler à qui t'as affaire et tu perds un peu ton sourire en l'entendant, rien qu'une seconde, avant de te remettre à sourire et en haussant les épaules. J'en ai jamais besoin, je sais pas où ils sont en général. Tu expliques doucement en mettant les cachets dans sa main et tu l'entends parler de manger, tu fronces un peu tes sourcils rapidement. C'est vrai qu'aucun de vous deux n'a mangé finalement. C'est bien dommage, ce burger avait l'air super bon. Tu hausses un peu des épaules en rangeant l'aspirine et tu attrape ensuite une petite serviette, l'air détaché. Aucune idée si tu le mérites vraiment. Tu reprends avant d'ouvrir l'eau du robinet pour le laisser prendre ses médicaments, tu le laisses se redresser sans même trop y penser, t'as déjà ta serviette qui passe sous l'eau chaude. Ce n'est que lorsque Billy parle à nouveau que tu essore distraitement ta serviette, songeur pendant une seconde. Figure-toi qu'il y a un petit moment quelqu'un m'a cassé la gueule -je sais, c'est dingue- et que du coup je suis rentré chez moi et j'ai dût nettoyer ce bordel... et enlever les pansements qui étaient collés sur les plus grosses plaies, ça a fait un mal de chien, ces gamins sont vraiment... Mais tu te tais en te mordant la lèvre parce que les gamins en question t'as rien à dire de mal sur eux, même si sur le coup tu les a maudit alors que tu arrachais pansement après pansement en sautillant un peu devant le miroir de la salle de bain et en te retenant de faire des petits bruits pour exprimer ta douleur, c'est quand même eux qui t'ont remis sur pieds. Au risque de te tuer dans une voiture ensuite. Mais c'était quand même super stupide. L'eau coule toujours, elle n'attend que la main de Billy et tu te redresses un peu en serrant ta serviette mouillée au-dessus du lavabo avant de te tourner un peu vers lui et de tendre ta main. En silence. Il est assez grand pour comprendre qu'il doit mettre la sienne dedans, t'en es quasiment sûr.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Dacre Montgomery



☆ in hollywood since : 05/05/2016
☆ interviews : 9769 ☆ crédits : @; villetchuckie

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Dim 14 Oct - 23:18


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ @joe keery

C'est un peu grand. C'est peu dire. Peut-être 15 fois la taille de ta maison. Tu ne sais pas trop ce que les Harrington font dans la vie, tu t'en fous aussi royalement, mais en tout cas ça a l'air de bien payer. Dernier regard, sourcil arqué, que tu poses sur la maison avant d'entrer à l'intérieur. Et l'intérieur c'est toute une histoire aussi, bien que tu fasses quand même moins attention aux détails, pas mal inspiré par la cuisine que tu quittes un peu trop tôt pour te rendre à l'étage. Tu laisses Steve faire ses affaires pendant que tu l'observes du coin de l'œil. Il te sort des aspirines de nulle part alors que tu n'as strictement rien demandé et te dis d'en avaler tout de suite. La douleur est pourtant gérable, t'as connu bien pire que quelques égratignures sur une main. Il te raconte qu'il en a jamais besoin, tu hausses les épaules sans rien répondre, tant mieux pour lui s'il en a jamais besoin, il veut pas une médaille non plus ? Mais tu ne rentre pas dans un combat sans fin cette fois et avales rapidement les cachets pour ensuite pouvoir passer à des choses plus réconfortantes. La nourriture notamment, ton estomac te fait bien comprendre et parfois bruyamment qu'il a besoin de quelque chose de solide avant de foutre le camp. T'as gâché mon repas, j'te rappelle. Dis-tu en fronçant les sourcils. Après toutes tes aventures, tu mérites bien une bonne bouffe, tu ne l'as sûrement jamais autant mérité que ce soir. Mais t'iras pas jusqu'à le supplier pour ça, t'attendras de te barrer d'ici pour choper un truc. Que ce soit sur le chemin ou dans le frigo s'il est rempli. Il reprend la parole, tu roules des yeux, mais tu ne peux pas t'empêcher de laisser fuiter un semblant de sourire au coin des lèvres lors qu'il parle des mômes. Ces gosses sont des vrais soucis sur pattes, ils causent pas mal de problèmes. Tu peux même témoigner, surtout Max qui a pris force d'une situation dont elle avait la main, pour une fois. Si elle croit que ça change quoi que ce soit, elle peut se foutre le doigt dans l’œil jusqu'au coude. C'est pas elle qui te fait le plus peur, pas du tout. C'est vraiment une bande de petits cons. Ah? Quelqu'un t'a cassé la gueule? C'est siiii bizarre. Qui voudrait te faire du mal, Harrington? Tu lèves les yeux une nouvelle fois en soufflant ces mots d'un ton sarcastique. Tu regardes l'eau qui coule, puis Steve, puis à nouveau l'eau qui coule du robinet, roules des yeux et tends la main vers lui pour le laisser faire ce qu'il est en train de faire. Tout ça pour quelques bobos, sérieusement. Une fois de plus tu es docile, sans trop rechigner. Si avec ça tu ne gagnes pas le mérite de bouffer, tu comprends plus rien aux humains de cette foutue ville. Peu importe que t'aies eu mal ou quoi, moi j'peux supporter ça. Pas besoin d'en faire des tonnes. Dis-tu alors qu'il s'occupe encore de ta main. T'as jamais eu autant d'attention de la part de quelqu'un et ça t'fout un peu mal à l'aise à vrai dire. Surtout que c'est Harrington quoi. Aussi parce que tu ne veux pas ressortir de là avec des pansements hello kitty partout.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Joe Keery



☆ in hollywood since : 25/05/2018
☆ interviews : 638 ☆ crédits : lempika, loudsilence.

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Lun 15 Oct - 0:04


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ billy hargrove

Tu ne prêtes pas trop attention à Billy, à ce qu'il dit ou à ce qu'il fait, t'es trop concentré à chercher les médicaments et à... t'occuper de lui. C'est bizarre. Mais t'essaies de ne pas trop y penser alors qu'il te parle de manger et tu t'apprêtes à faire une autre remarque mais t'entends son ventre grogner, comme pour rappeler aux deux qu'il a faim. Après avoir passé ton air surpris, tu te mets à sourire doucement en coin mais sans rien rajouter de plus. Non, tu ne vas pas le laisser mourir de faim non plus, t'es pas comme ça, surtout pas après avoir décidé de soigner sa main. Tu remarque le sourire sur les lèvres de Billy quand tu parles des petits mais tu le relève pas, tu fronces un peu tes sourcils en te concentrant sur la serviette que tu mouilles, un peu perturbé. Surtout que la seconde d'après il recommence à se foutre de ta gueule donc oui, t'oublies rapidement ce passage. Honnêtement ? Jonathan, Tommy, toi... je dirais une bonne bande de crétins. Tu conclus avec un petit air songeur, appuyant tes mots avec sarcasme parce que vous pouvez être deux à jouer, clairement. Et tu tends ta main vers lui, t'attends un petit peu et tu es quasi sûr de te prendre un vent dans quelques secondes, mais contre toute attente il pose sa main dans la tienne. Sans trop le regarder, préférant te concentrer sur ton travail, tu emmènes doucement sa main sous l'eau et laisse le sang se mélanger dans le lavabo avant de froncer tes sourcils en l'entendant. La ferme. Tu souffles finalement, parce que t'en as rien à faire que lui il peut supporter ça, t'as pas envie de le laisser avec sa main comme ça et dans cet état. Surtout que c'est un peu de ta faute. Tu passes du coup le linge humide sur sa main pour frotter doucement le sang séché et tu fronces un peu tes sourcils en voyant mieux les ouvertures maintenant. Putain, t'y es pas allé de main morte sur ce mur. T'essaies du coup de pas penser en retour que ce 't'y es pas allé de main morte' a fait de même sur ta gueule y a quelques mois. Tu finis du coup par reposer le linge quand la blessure est propre, tu fermes l'eau et attrape une serviette propre que tu passes doucement sur sa main pour sécher avant d'ouvrir la petite armoire derrière le miroir de la salle de bain. Ca au moins tu connais. Tu prends l'antiseptique et, juste avant de le mettre sur les ouvertures, tu te tournes vers Billy en prenant un air de parent qui s'adresse à son gamin de 4 ans. Ca va piquer, ne pleure pas, d'accord ? Et comme tu fais le malin, tu te dépêches rapidement de mettre le produit sur sa main, histoire de t'échapper à une mort soudaine, sans doute. T'attrape ensuite un bandage que tu viens enrouler autour de sa main avec un peu de coton. Ca c'est parce que ça saigne encore et que ça serait con que t'en foutes partout. T'explique, histoire qu'il t'envoie pas chier une énième fois avec tes 'trucs de filles' et tu t'installes sur le rebord de la baignoire pour mieux pouvoir enrouler sa main dans le bandage. Lorsque c'est terminé, t'observes un peu le résultat et relâche doucement sa main avant de relever ton regard vers lui. Bon. T'as bien mérité un truc à manger. T'annonces avec un sourire avant de rouler la serviette entre tes mains et de la jeter sur le torse de Billy. Tu sais pas pourquoi t'as cette envie de tout lui jeter dessus ce soir mais tu dois clairement avoir des penchants suicidaires, ça c'est sûr.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Dacre Montgomery



☆ in hollywood since : 05/05/2016
☆ interviews : 9769 ☆ crédits : @; villetchuckie

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Lun 15 Oct - 14:57


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ @joe keery

Il faudrait qu'on t'explique pourquoi il est aussi à fond dans cette histoire, à croire que des deux c'est lui qui est blessé. Il te file déjà de quoi 'soulager ta douleur' apparemment, et puis continue de jouer à la parfaite petite ménagère. Tu roules des yeux, la scène est légèrement pathétique dans cette salle de bain, surtout que tu n'as rien demandé, t'as pas besoin de tout ça. C'est légèrement too much même. Surtout que son explication est simplement celle de 'je suis passé par là, j'sais pas si tu te souviens'. Si c'est pour en reparler toutes les deux minutes tu ne vois pas trop l'intérêt qu'il a de rester avec toi et t'emmerder encore. T'arques un sourcil à sa réponse, directement il blâme les autres. Et après tout ça, tu t'poses même pas de questions, monsieur le grand seigneur. Tu l'observes quelques secondes avant de secouer la tête. Justement, si trois mecs l'ont foutu à terre, ce n'est pas par pur hasard, il y a bien un moment où il l'a cherché. Néanmoins, il continue encore de jouer aux petites infirmières. A sa tâche, tu ne râles même pas, mais c'est surtout parce que plus vite ce sera fait et terminé, mieux ce sera. Tu lui files ta main pour faire ce qu'il a à faire avec, toujours en levant les yeux au ciel. Tu gardes un air totalement détaché face à la situation, comme si cette main ne t'appartenait pas vraiment. De toute manière, ce ne sont que des blessures, ça fini toujours par se guérir d'une manière ou d'une autre alors tu n'as pas à flipper pour si peu. Très drôle Harrington. Dis-tu d'une voix monotone. De main morte oui, toute à fait. S'il pouvait simplement en terminer et arrêter de faire ses commentaires ce serait bien, malheureusement sûrement trop demandé pour lui. Tu fronces les sourcils à sa remarque, bloquant un regard inexpressif. Comme si t'allais pleurer pour quelques goûtes, tu sais un minimum gérer le sentiment de picotement qui s'en vient. Tu serres simplement ton autre poing sur le coup, quand les goûtes tombent sur les plaies, les quelques secondes où ça brûle. Et maintenant il te fout un bandage. C'est pas possible. Super. C'est quoi la suite, un bisou magique ? Demandes-tu, cynique, mais tu le laisses quand même entouré ta main de bandage. Tu n'auras qu'à l'enlever avant de rentrer chez toi, manquerait plus que tu rentres blessé. Finalement, tu récupères enfin ta main, que t'enfonces dans la poche de ton jeans à la troisième vitesse. Heureusement, avec ça, vient une super nouvelle. Tu as apparemment, selon les critères de monsieur Joe, gagné le droit de manger. Grand bien te fasse. Tant mieux. Dis-tu en haussant les épaules avant de te recevoir la serviette. Visiblement, ce soir il te cherche. Tu l'attrapes de ta main valide avant qu'elle ne tombe au sol et lui rejette dessus. C'est une réaction un peu enfantine, mais il faut bien lui faire comprendre que ce serait bien qu'il arrête de te jeter des trucs dessus, vraiment. Bon, j'ai faim. Tu jettes un dernier regard en sa direction avant de tourner les talons et descendre directement dans la cuisine sans forcément l'attendre. Enfin il est sûrement encore à la traîne derrière. Tes parents vont pas gueuler si j'me sers ? Tu demandes quand même alors que tu ouvres le frigo pour jeter un coup d’œil. T'es pas vraiment du genre à prendre tes aises chez les autres. Surtout que chez toi il y a des règles donc, tu préfères demander avant d'te causer encore des soucis.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Joe Keery



☆ in hollywood since : 25/05/2018
☆ interviews : 638 ☆ crédits : lempika, loudsilence.

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Lun 15 Oct - 15:45


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ billy hargrove

Après avoir fait la liste de ceux qui t'ont tapés dessus -plus qui avaient envie- Billy te lance une remarque qui te laisse pendant une seconde silencieux. C'est sûr que toi même tu as déjà été un crétin, que la première fois t'avais fait n'importe quoi avec Nancy, que Jonathan t'as tapé dessus et que Tommy a essayé de t'en foutre une parce que... well, parce que lui c'est un con fini. Mais t'es quasiment sûr que dans la partie avec Billy, t'avais rien fait pour mériter ça. J'allais pas te laisser taper sur Lucas. Tu conclus, à voix haute, et même si tu t'adresses à lui, tu parles plus pour toi-même. Tes sourcils un peu froncés alors que tu regarde sa main, tu secoues finalement la tête, préférant la passer sous l'eau et t'occuper d'elle. Tu te concentre là-dessus en silence jusqu'à être un peu impressionnée par les blessures, tu les pensais pas si profonde non plus, tu pensais que ça arrêterait de saigner et même si ça continue légèrement, ça ns'est quand même pas arrêté depuis. Lorsque Hargrove te dis que c'est très drôle, tu laisses passer un petit reniflement amusé, tu sais que c'est pas vrai mais toi ça te fais un petit peu rire quand même. T'es un peu idiot mais avec le temps tu t'y es fait. Peut-être pas Billy qui doit se demander pourquoi tu rigoles mais tant pis. Bref, tu reste concentré sur la main, tu lui met le bandage tout autour et hausse un sourcil en entendant sa remarque, tu garde sa main quelques secondes dans la tienne en l'observant. Quoi, c'est ce que tu veux ? Tu demande avec l'ombre d'un sourire suite à sa demande de bisou magique. Mais la seconde d'après tu préfères jeter la serviette sur lui, prenant un faux air surpris en te faisant une note mentale d'arrêter de lui jeter des trucs dessus. Mais c'est plus fort que toi. Tu rattrapes la serviette que Billy te relance dessus, tu ne remarque même pas que tu souris, tu te relèves de la baignoire pour laisser tomber le linge dans le panier. Hargrove est déjà sortit de la salle de bain pour regagner la cuisine et tu roules des yeux avant de descendre à ton tour, le suivant dans ta propre maison. Tu le regarde ouvrir le frigo avec un air amusé. T'habites ici ? Tu demande en fond avant de t'appuyer contre le plan de travail en le regardant et tu fronces légèrement tes sourcils en l'entendant te poser une question par rapport à tes parents. Tu secoues légèrement de la tête en venant passer tes doigts dans tes cheveux. Uhm... non ? Ils ne sont pas là de toute façon. Tu murmures en te mordillant l'intérieur de la joue et t'approche à ton tour du frigo pour y jeter un coup d'oeil dedans. Je vais... préparer quelque chose. Tu peux te servir à boire si tu veux. Dans ta tête tu prépares déjà la suite, finalement t'attrape des filets de poulets que tu poses sur le plan de travail, tu jette un coup d'oeil en coin à Billy. Tu sais pas ce qu'il aime au final mis à part les hamburgers mais t'as rien pour faire des hamburgers. Tu manges... des brocolis ? Tu finis par demander en fronçant un peu tes sourcils. Question que tu ne pensais pas poser un jour à Billy Hargrove, ça c'est sûr. Et en attendant sa réponse, tu prends une casserole, met de l'eau dedans avant de la poser sur la plaque de cuisson avant de sortir une poêle et de la poser sur une autre plaque.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Dacre Montgomery



☆ in hollywood since : 05/05/2016
☆ interviews : 9769 ☆ crédits : @; villetchuckie

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Jeu 18 Oct - 18:38


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ @joe keery

Encore une fois c'est lui le bon seigneur et toi tu n'es que la brute qui s'en ait pris à un gamin. Tu hausses les épaules à la remarque de Steve d'un air détaché comme si tu ne regrettais absolument pas. De toute manière, qu'est-ce que tu aurais pu faire d'autre? Tu regrettes seulement la fin parce que t'as quand même pris cher, autant quand Max t'a drogué avec tu ne sais quoi, autant quand t'es rentré dans le mal chez toi et sans la rouquine qui était partie avec tous ses petits copains et Steve visiblement vu que tu t'es retrouvé seul en émergeant. Tant pis, s'il veut croire qu'il a sauvé ses gosses ou que ce n'est qu'une grosse victime de la société, franchement tu t'en fous. Tant qu'il se dépêche de te 'soigner' et qu'il te rende pleine possession de ta main. T'espères juste que son bandage ne sera pas trop gros, que tu puisses dissimuler un peu ta blessure. T'arques un sourcil à sa question et lèves les yeux pour simple réponse avant de secouer la tête. Il est désespérant, ce serait presque comique à la longue. Après lui avoir renvoyé sa serviette, tu descends en direction de la cuisine. Tu jettes simplement un œil dans le frigo parce que tu as l'accord de Steve, il t'a même dit que tu avais mérité de manger quelque chose. Ouais, bienvenue chez moi Harrington. Dis-tu en écartant les bras comme si tu allais lui présenter les lieux pour la première fois. C'est un peu trop grand pour que tu te sentes à l'aise ici. Trop grand et trop... luxueux. C'est même un peu bizarre d'être dans ses lieux, sachant que ce n'est pas chez toi et clairement que ça n'y ressemble pas, tu préfères quand même demander si ça ne gêne pas ses parents. T'es un peu surpris d'apprendre qu'ils ne sont jamais là, t'hausses rapidement les sourcils, avant de te caler contre le plan de travail. T'as de la chance. Tu laisses glisser sans trop réfléchir. T'aimerais bien qu'ils soient plus absents chez toi, la vie serait bien meilleure. Tu lui suis du regard, sortir des trucs du frigo, un peu curieux surtout de savoir ce qu'il y a dans sa tête à Harrington. Ça doit être un sacré bordel. Ou alors un espèce de ruisseau qui coule. Tu ne sais pas trop. T'hausses les épaules et attrapes une canette de soda, que tu ouvres aussitôt. Des... brocolis? Tu réponds en fixant ton regard sur lui pendant quelques secondes, également les sourcils froncés. Pourquoi des brocolis ? T'es en train de faire quoi ? Dis-tu en riant un peu, surtout moqueur. Est-ce qu'il est en train de cuisiner un truc complexe? Quelle idée de sortir des brocolis à un invité. Pas que tu sois un grand expert mais, tu sais pas, un plat de pâtes ou des frites c'est plus basique. T'arques un sourcil, quand même assez amusé puis tu t'avances pour attraper un tablier. Peut-être celui de sa mère ou de quelqu'un qui est censé cuisiner ici, un espèce de tablier avec des patates qui sourient, avant de le jeter en direction de Steve. Faudrait pas que tu te salisses Harrington.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Joe Keery



☆ in hollywood since : 25/05/2018
☆ interviews : 638 ☆ crédits : lempika, loudsilence.

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Jeu 18 Oct - 19:11


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ billy hargrove

Tu rigoles. Parce que t'es faible, t'as pas mangé et t'es fatigué. Mais tu rigoles quand Hargrove fait semblant d'être chez lui et tu fronces un peu tees sourcils en l'observant, amusé, avant de croiser une seconde tes bras en se rapprochant. L'autre avec sa tête dans ton frigo, quel cinéma. Tu me feras visiter ? Tu demande sans trop réfléchir, plus lancé dans la blague qu'autre chose, avant de le regarder faire lorsqu'il cherche dans le frigo, il se pousse ensuite pour te laisser y accéder et tu peux récupérer ce que t'as besoin. Tu poses tout sur le plan de travail, pas loin de Billy, et hausse un sourcil en l'entendant dire que t'as de la chance. Tu sais pas trop, c'est un peu vide ici et tu te sens seul. Mais bon, tu préfères mourir que de l'avouer à Hargrove, déjà, et ensuite tu laisses ton regard glisser un peu sur lui. Sur son oeil légèrement violacée et tu te mordilles l'intérieur de la joue en fronçant tes sourcils. T'as peut-être trop regardé le Breakfast Club. On échange, si tu veux ? Tu proposes en haussant un peu des épaules avec un sourire au coin des lèvres. Si t'as besoin de vacances. Tu tournes légèrement ton regard vers lui avant de sortir ce qu'il faut du frigo exactement, une canette de soda te passe sous le nez quand Billy la récupère et tu souris à nouveau. Fais gaffe, t'as faillis prendre celle au coca cherry. Petit retour en arrière, t'as juste pas envie que ça dégénère aussi rapidement. C'est peut-être pour ça que tu fermes le frigo, ton brocolis frais dans la main, des fois tu te dis que tu fais vraiment des course de maman et tu retiens un léger soupir pour toi-même. Surtout que Billy a l'air perturbé par ton histoire de légumes, peut-être qu'il en mange pas du tout, t'en as aucune idée. Il rigole et tu sais pas trop où te mettre, tu fronces un peu tes sourcils. C'est naturel chez toi de cuisiner, t'as vu ta mère faire et puis après t'as dû te mettre à sa place quand ils ont commencés à ne plus être trop présent, parce que les pizzas tous les soirs ça commençait sincèrement à devenir écoeurant. Des pâtes. Tu réponds, certes l'idée est plus développée dans ta tête et la poêle qui chauffe déjà sur le feu en est la preuve. Du coin de l'oeil t'observes Hargrove qui bouge dans la cuisine, récupère le tablier de ta mère et te le jette, tu l'attrapes d'une main et roule un peu des yeux en l'entendant. Tu es hilarant. Et je ne vais pas te faire le plaisir de mettre ça, je sais que ça te ferais beaucoup trop plaisir. Tu reprends en secouant un peu ta tête et pose la tablier sur la chaise derrière toi avant de sortir une planche à découper et un couteau, tu coupes rapidement le poulet en morceaux et les met dans la poêle pour faire cuire la viande. D'une main t'attrape le torchon, l'essuie dedans, avant de le laisser retomber sur ton épaule et de planter tes poings sur tes hanches en observant le feu que tu finis par régler avant de te tourner vers Billy. Alfredo. Des pâtes alfredo. Tu reprends, plus doucement avant de rouler des yeux en sentant la remarque qui va venir, tu préfères te détourner en lançant un peu plus sèchement. Alors ce brocolis, tu le mange ou pas ? Ca vas peut-être te faire grandir. Tu souffles, comme si la différence de taille entre vous était énorme alors qu'elle doit être de quelques centimètres à peine.


Dernière édition par Joe Keery le Dim 21 Oct - 14:53, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Dacre Montgomery



☆ in hollywood since : 05/05/2016
☆ interviews : 9769 ☆ crédits : @; villetchuckie

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Sam 20 Oct - 20:27


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ @joe keery

T'entends Steve rigoler derrière toi, sans réellement le vouloir. Tu n'as pas l'impression d'être quelqu'un de particulièrement drôle, ou alors il se moque tout simplement de toi. T'es pas vraiment doué pour détecter la différence entre les deux, mais selon la suite, il semblerait que Steve soit juste en train de rire. Sans que tu comprennes bien pourquoi, mais bon, il ne faut pas trop chercher. Tu hausses les épaules à sa question. Je verrais si tu le mérites. T'as gagné le droit de manger, il a pas encore gagné le droit de... visiter sa propre maison. Pourquoi pas après tout, vu tout ce qu'il sort du frigo, la seule chose que tu connaisses réellement est le poulet, il va peut-être le mériter. Enfin tu te demandes quand même ce qu'il peut faire avec autant d'ingrédients, t'es pas trop habitué de manger des trucs trop élaborés, même si la nouvelle femme de ton père cuisine de temps en temps. Ça m'étonnerait que tu veuilles vraiment échanger. Tu ris un peu, pour pas laisser le dramatisme s'installer dans la cuisine des Harrington, surtout parce que tu ne veux pas te faire plaindre de l'ambiance bien loin de celle de cette maison. Max est une plaie. Tu rajoutes après t'être rendu compte que peut-être tu avais donné un peu trop, surtout pour éviter les questions ou quoi. T'as bien compris que ça ne le dérange pas tant que ça de se mêler des affaires des autres. Autant tout remettre sur le dos de l'adolescente. Une nouvelle fois, t'arques un sourcil alors que le sujet du coca cherry remonte à la surface. T'avais même pas remarqué qu'en plus il en avait dans son frigo, c'est ridicule. Néanmoins, tu ne sais pas, tu souris juste un peu avant de prendre une gorgée de ton soda, sans cherry dieu merci. Pour en revenir sur un sujet qui t'intéresse un peu, pas comme le sujet du coca cherry, tu observes un peu ce que Steve est en train de fabriquer. Il est sérieusement parti dans des paquets de préparations, avant de te dire qu'il fait des pâtes. De quoi te laisser un air perplexe sur le visage. Vous ne devez pas avoir la même définition des pâtes dans ce cas, surtout avec cette idée de brocolis. Qu'est-ce que les brocolis viennent foutre dans des pâtes ? Finalement tu hausses les épaules et laisses tomber. Surtout que ton attention est portée sur le tablier que tu lui envoies. Tu continues de boire ta boisson. T'es pas drôle. Dis-tu en laissant planter ton attention sur autre chose la seconde d'après. Tu regardes un peu tout ce qu'il y a autour de toi, en même temps il y a tellement de petits bibelots inutiles dans cette cuisine. Jusqu'à ce qu'il reprenne la parole. Tu pouffes un peu, forcément, c'est comme s'il tendait le bâton pour se faire battre, toi tu le saisis. Moi c'est Billy. Tu te retiens de rire quand même, c'est plus sarcastique qu'autre chose, mais ça te tire quand même un léger sourire. Sûrement qu'il devait s'y attendre un peu. Mets en si tu veux, Alfredo. Tu ne sais pas trop si tu aimes ou pas, ce n'est pas vraiment quelque chose que tu manges tous les jours, voir même quasiment jamais, donc. T'es pas tellement plus grand que moi. Ouais, les seuls centimètres qui vous séparent c'est juste parce que ses cheveux sont volumineux, c'est tout. Bien entendu. Après avoir tourné un peu dans la cuisine, tu reprends place contre le plan de travail pas loin des plaques de cuisson pour garder un œil dessus. Sur la nourriture. Sur Steve aussi, un peu.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Joe Keery



☆ in hollywood since : 25/05/2018
☆ interviews : 638 ☆ crédits : lempika, loudsilence.

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Dim 21 Oct - 15:32


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ billy hargrove

La situation est plus qu'étrange avec Hargrove qui fouille dans ton frigo à la recherche de quelque chose à manger et qui fait comme si les lieux lui appartenait. Trop étrange. Tu peux déjà voir la tête choquée de Dustin s'il avait été là, avant de te demander si tout va bien dans ta tête. Et honnêtement, ce soir t'en as aucune idée, t'as l'impression de vivre sur une autre planète. Bien sûr que je le mérite. Tu te défends faiblement, faisant la moue pendant une seconde comme si tu avais oublié que la maison en question est bien la tienne et que tu la connais déjà. C'est juste par principe que tu te défends. A la place, tu préfères te concentrer sur ce que tu sors du frigo, dans ta tête tu te dresses une liste d'ingrédients avant d'entendre Hargrove dire que ça ne t'intéresserait pas de changer de maison. Tu entrouvres un peu les lèvres pour demander quelque chose avant de les refermer rapidement, ton regard remontant sur Billy alors que ce dernier mentionne Max à présent. Max... je ne la connais pas plus que ça. Je sais juste que c'était la fille sur qui Dustin avait flashé et qui a préféré Lucas finalement. Tu te mords la lèvre juste après avant de te tourner vers Billy. Qu'est ce qu'il t'a pris avec Lucas, d'ailleurs ? L'autre soir ? Enfin, t'en avais rien à faire des autres gamins, même de Max au final, c'était... comme si c'était lui le problème. T'essayes juste de comprendre, t'as pas envie de foutre Billy à nouveau en colère, t'es juste perturbé. Et finalement tu secoues un peu ta tête pour te préparer sur ce que tu fais, pour les pâtes que tu glisses dans l'eau bouillante et le tablier que tu finis par rattraper d'une main, l'air un peu amusé. Alors que tu le reposes derrière toi, t'entends Billy te dire que t'es pas drôle et tu roules un peu des yeux. Et si tu le mettais toi ? Je te transformerais en commis. Tu décides avant de hausser un peu des épaules, t'approche de la petite radio posée sur le plan de travail et l'allume, t'es presque sûr de connaître la musique qui passe, t'es presque sûr de connaître toutes les musiques qui passent, en fait, tu passes a vie à ça, et tu reconnais rapidement The Cure. Quant au titre, tu fronces un peu des sourcils. Friday, I'm in love. Tu baisses un peu le son pour te concentrer sur le poulet que tu tournes un peu dans la poêle, te décidant finalement à donner le nom de la recette de ce que tu fais. Autre que simplement 'pâtes' évidemment. Et tu l'entends, avec sa blague idiote, et tu fronce tes sourcils pendant une seconde avant de pouffer un peu de rire, c'est plus fort que toi. Billy ? ... Tu as un prénom, alors ? Evidemment, tu joues la carte de l'imbécile en faisant papillonner tes cils dans sa direction, comme si tu ne savais pas qu'il s'appelait Billy. Tu l'as bien vu débarquer au lycée ce jour-là avec Nancy en te demandant qui c'était et ce qu'il fichait là avec sa plaque de Californie. Avant de te retrouver dans un nombre impressionnant de cours avec lui, comme si c'était fait exprès. Enfin, la question qui t'intéresse vraiment c'est de savoir pour les brocolis et tu attends que Billy se décide à te fournir une réponse. Ce qu'il fait, en t'appelant Alfredo. Bien que tu roules des yeux, tu ne peux pas t'empêcher de sourire doucement aussi. Sourire que tu dissimules en lui tournant le dos, bien évidemment. Parfait, tu vas grandir. T'annonces en te retenant de rire et coupe le brocolis ensuite que t'ajoutes dans la poêle quand le poulet semble presque prêt, t'arroses le tout d'un trait de citron et tu laisses patienter tranquillement sur le feu, tu tournes les pâtes une dernière fois avant de récupérer le torchon sur ton épaule pour t'essuyer les mains et le repose ensuite en te tournant vers Billy. Enfin décidé à lui répondre. Mais je le suis quand même parce que je mangeais des brocolis, moi. T'annonces avec un petit sourire et l'observe ensuite en silence, t'avais pas remarqué qu'il s'était planté aussi prêt finalement. Ca va ? Tu demandes alors que ta voix se fait plus douce avant de descendre ton regard sur sa main. Ta main, ça va ? Tu répètes en te mordillant un peu la lèvre avant de relever ton regard sur le sien alors qu'un léger sourire étire doucement tes lèvres. Je savais pas que c'était ton truc, les blagues débiles. Tu fais remarquer en croisant un peu tes bras contre ton torse.
Revenir en haut Aller en bas

☆ crazy administrator
avatar
Dacre Montgomery



☆ in hollywood since : 05/05/2016
☆ interviews : 9769 ☆ crédits : @; villetchuckie

MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   Dim 21 Oct - 16:31


≈ ≈ ≈
{ If only you knew, my dear, how I live my life in fear
People in this town they, they can be so cruel }
crédit/ tumblr ✰ w/ @joe keery

T'hausses les épaules, prenant un peu tes aises dans cette pièce. Bien que ça te fait sentir un léger sentiment de malaise d'un coup, tu ne sais pas trop pourquoi. Sans doute que tu n'as pas l'habitude, les soirées pyjamas chez les copains c'est pas vraiment ton truc. Sauf quand il y a une centaine de gens et de l'alcool qui coule à flot. C'est plus ça ton genre de soirée, plutôt que d'attendre qu'Harrington te fasse la cuisine. Peut-être qu'en fait c'est parce que l'endroit est trop... calme ? T'es pas habitué, t'es entouré de bruit en permanence. Certes, il y a le fond de la radio, mais ce n'est pas ce genre de bruit dont tu parles. Et puis dans ta voiture, quand tu conduis, c'est toujours à fond. C'est peut-être ce calme environnant qui te plonge un peu dans les confidences. Tu te rattrapes bien vite, ne laissant pas le temps à Harrington de poser trop de questions, pour ne pas te laisser en dire trop non plus. T'arques un sourcil alors que Steve commence à discuter potins sur ta demie-sœur. Tu n'es même pas sûr de remettre Dustin, ni même de savoir lequel s'est, mais d'accord. Génial. Tu réponds simplement en hochant la tête. Apparemment il passe plus de temps avec ces gosses que tu ne pensais pour en savoir autant sur la vie amoureuse de cette bande de cons. Puis tu souffles, bruyamment. T'as pas envie de te justifier, de perdre du temps à le faire alors que tout le monde ne retiendra que ton geste. Tes sourcils se froncent un peu, pas tellement sûr de ce qu'il insinue s'il insinue quelque chose, quelque chose qui ne te plait pas vraiment. Laisse tomber Harrington, c'est mieux. Lâches-tu finalement. Il n'y a rien à comprendre, tu n'aimes pas Lucas. Il n'y a pas de raison, c'est juste que t'aimes pas le fait qu'il soit entré dans ta vie, via Max. Paraît que t'as un léger problème avec les figures masculines. Tu souffles une nouvelle fois, si la guerre semblait passer, Steve vient de la réanimer un peu plus. T'es chez lui, tu ne veux pas causer de dégâts, surtout qu'il t'a invité après que t'aies agi comme un vrai con. Bien que cette proposition soit tentante... non merci, je vais regarder. Tu ne cuisines pas toi, c'est à peine si tu sais comment faire cuire des pâtes. Et puis t'en as pas franchement envie non plus, tu préfères rester là, à boire ton soda et attendre que tu puisses manger. Des pâtes en plus, tu valides. Même s'il ajoute pleins de trucs, même des brocolis, c'est pour dire. J'ai un prénom oui, c'est surprenant je sais. T'entres un peu dans son jeu de celui qui sera le plus idiot les deux, même si clairement tu ne fais pas le point face à Steve. Tu le trouves un peu idiot par moment, peut-être qu'il fait exprès ou peut-être que c'est simplement ancré dans son caractère. Parce que c'est quand même sacrément idiot de perdre du temps à te faire à manger. Ou même t'approcher après ce qu'il s'est passé la dernière fois que ton chemin a croisé le sien. Ouais, c'est très idiot. D'autant plus qu'il pense que les brocolis font grandir. Clairement tu sais que c'est une petite pique, juste parce que monsieur a quelques centimètres de plus que toi. Autant le laisser avoir ce plaisir, c'est peut-être sur ce seul terrain qu'il peut te battre. D'accord, je cède. T'es plus grand parce que t'es un bouffeur de brocolis. Dis-tu en levant les mains en l'air. Faudrait pas que cette bataille sur les brocolis dure des heures non plus. Félicitations Harrington. Dis-tu d'un ton ironique avant de planter ton regard sur le plat qui repose sur le feu. Ça t'ouvre un peu l'appétit quand même, même s'il y a des brocolis. La tronche du légume donne pas tellement envie, mais t'es à un stade où t'avalerais tout et n'importe quoi. Tu redresses ton regard quand il te demande si tu vas bien. Quelle drôle de question, ça t'étonne un peu, puis finalement pose ton regard sur ta main. Tu hausses les épaules. Ça va, j'vais survivre. Tu lèves les yeux au ciel, Steve agit vraiment comme une mère protectrice. Pas que tu connaisses grand chose dans le domaine, mais t'imagines que la femme de ton père serait en panique aussi si elle te voyait la main plein de sang. Peut-être que c'est le moment de le remercier, mais t'avoues que le 'merci' te reste encore au travers de la gorge pour le moment. Je savais pas que c'était ton truc, les pâtes Alfredo. Tu l'imites et tu croises également tes bras, les ramenant contre ta poitrine. Comme quoi, on en apprend des choses dans la cuisine des Harrington. Dis-tu en arquant un sourcil, laissant un léger sourire en coin s'installer.
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: [AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.   

Revenir en haut Aller en bas
 
[AU!STRANGER THINGS] yeah, I've been living in a state of dreaming.
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 5Aller à la page : Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant
 Sujets similaires
-
» 1.06 All Good Things Must Come to an End
» Ever Living rule
» eurydice&basile ❝ all these little things ❞
» Living crappily ever after • PV
» Sky ~ Rastaman vibration, yeah, positive ! || Validée.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: À TRAVERS LE TEMPS :: Réalité Alternative-