AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 When the nights are long (Ade)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage

☆ minibars
avatar
Phoebe Tonkin



☆ in hollywood since : 10/05/2018
☆ interviews : 70 ☆ crédits : © Lolitaes

MessageSujet: When the nights are long (Ade)   Ven 18 Mai - 15:20

When the nights are long
Adelaide & Phoebe

« Do you recall, not long ago  We would walk on the sidewalk . Innocent, remember? All we did was care for each other   »
Ce que t’aimais ton Loft, ta collocation avec les filles. Quand t’as quitté Paul il y a un peu plus de six mois maintenant, tu ne savais pas vraiment quoi faire. D’ailleurs rien que cette décision, le quitter, tu l’avais prise sur un coup de tête. T’en avais assez de jouer la comédie, de faire semblant. Une blague qui dure cinq ans, ça commençait à faire long, à peser un peu trop lourd dans ta vie. Puis peut-être que vous vous preniez un peu trop au jeu. Peut-être que ça devenait dangereux. Pour toi, pour lui, pour vous deux. Enfin tout ça tu le diras pas, tu l’assumeras pas. T’es juste contente d’avoir pu trouver si rapidement un nouveau chez toi. Tu n’as pas vraiment réfléchi en débarquant chez Britt et Shelley, tes deux meilleures copines de The Secret Circle. Si, sur le moment, ça t’avais paru évident d’aller toquer à leur porte, tu te demandais quand même parfois si t’avais fait le bon choix – Shelley, elle est même pas au courant que ta relation avec Paul, c’était du fake. T’as pas forcément envie de lui briser son petit cœur d’artichaut en lui balançant la vérité. Surtout que cinq ans de mensonge, ça pouvait pas mal peser. En fait, la seule personne qui savait vraiment tout de toi, tout de toi de A à Z, de ta fausse relation à ton salaud de père, de ta première fois à tes premières conneries, c’était Adelaide. Ade, c’était un peu comme ton double, celle qui connaissait toute ta vie par cœur, à qui tu ne pouvais rien cacher. Genre comme si quand elle te regardait, elle savait déjà tout, avant même que tu ne lui dises. Comme si quand tu faisais semblant, quand tu t’enfermais dans ta carapace habituelle, elle arrivait à la détruire en moins de temps qu’il ne faut pour le dire. Ouais, t’étais heureuse d’avoir Ade dans ta vie mais à la fois, parfois, qu’est ce que ça pouvait te faire chier aussi. Pas qu’elle soit là, mais juste qu’elle sache tout. Tu parlais à personne de ton enfance, de ta famille, de ton père qui faisait que tromper ta mère, de ta mère qui pleurait tous les soirs, de toi qui la consolait comme tu pouvais. Tout ça, personne le savait, ça regardait personne, c’était ton jardin secret, la raison pour laquelle tu ne voulais pas et ne pouvais pas te caser. Mais elle, Ade, elle savait tout. C’était pas comme si tu pouvais lui mentir, cacher, jouer. Elle était venue chez tes parents petite, elle avait vu de ses propres yeux le grand cinéma de ton père – les moments où il jouait au mari parfait devant les autres. C’étaient les pires moments pour toi, parce que tu le voyais comme il aurait du être vraiment et comme il n’était pas, comme il n’avait jamais été.

Ce soir, y’a les filles qui avaient voulu faire une soirée au loft. Cocktails, petits-fours, musique caliente. T’adorais ce genre de soirées, surtout quand t’étais avec des personnes que t’aimes, et que tu avais envie de voir. Naturellement, tu avais invité Ade, surtout que tu ne l’avais pas vu depuis un moment. Mais naturellement, à peine arrivée, tu l’as évitée. Tu saurais même pas expliquer pourquoi, en fait. T’as passé la soirée à rigoler avec tes copines, à te laisser draguer par des gars, à faire comme si ils t’intéressaient vraiment. Mais tu t’en foutais, parce que tu savais avec qui tu passerais la nuit, et ça ne serait pas avec eux. Ouais en fait, t’avais envie de profiter, faire ton grand show à la Tonkin puis après revenir avec Adelaide et passer le reste de la nuit avec elle. En fait, si elle avait fait ça, elle, ça t’aurais sans doute profondément agacée. Tu lui aurais rentré dedans bien avant que la soirée ne se termine. Mais Ade tu la connais, plutôt calme de nature, elle allait pas te dire grand-chose – pas tout de suite en tout cas, pas devant tout le monde en mode furie comme toi tu pourrais le faire. Plutôt tard –ou tôt le lendemain-, la fin de soirée se fait sentir, les invités commencent à déguerpir. Toi t’as déjà assez bu, assez danser, t’as juste envie de t’allonger. Tu cherches Ade des yeux puis quand tu la vois, de dos, tu fonces vers elle, et derrière elle, place tes mains sur ses yeux. « Tu m’attendais bébé ? » T’enlèves tes mains et lui déposes un baiser sur la joue. T’y penses même pas, au fait qu’elle puisse être énervée contre toi. T’as fait ta soirée, t’es toute contente et tu reviens comme une fleur. C’est tout toi ça : faire ce que tu veux, quand tu veux, comme tu le veux. L’avis des autres, ça semble pas être un de tes premiers soucis. « J’vais aller m’allonger là. Tu viens avec moi et tu restes ? » Tu lui souffles après l’avoir emmené un peu à l’écart du groupe encore présent dans la pièce.
(c) DΛNDELION

_________________


HIPS DON'T LIE
Tonkin ☽ You know my hips don't lie and I'm starting to feel it's right all the attraction, the tension Don't you see baby, this is perfection
Revenir en haut Aller en bas
 
When the nights are long (Ade)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: CENTRAL L.A. :: Echo Park-