AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage

☆ wonderful moderator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3707 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Dim 4 Mar - 14:14


 

the songs on the radio are ok, but my taste in music is your face.

thomas — dylan.
mars 2016 — Rien n’aurait pas imaginé ce qui allait se dérouler sur le tournage. Ni les acteurs ni même l’équipe tout entière. La minute d’avant, on pouvait encore entendre les rires et voir la bonne humeur qui régnait entre les différentes personnes présentes sur le terrain. Personne n’imaginait qu’une seconde plus tard, tout ça ne serait qu’un souvenir. Le jeune homme se passa une main dans les cheveux, il avait une cascade à tourner et il devait se concentrer. Certes, celle-ci n’était guère dangereuse mais il fallait tout de même être prudent. Dylan était quelqu’un qui aimait bien s’amuser, néanmoins il était aussi très professionnel. Il savait faire la part des choses entre plaisir et boulot. Bien que c’était parfois fort difficile lorsqu’il se retrouvait avec un cast aussi fou que lui. Ecoutant les dernières recommandations du réalisateur, il hocha la tête pour montrer qu’il avait bien compris les directives. Prenant une grande respiration, il se mit en place attendant que le mot « action » soit prononcé.

[….]

Tout était noir, tout lui semblait flou. Il ne savait pas exactement où il se trouvait à l’heure actuelle. Il entendait un brouhaha de personne circulant à ses côtés mais il ne reconnaissait pas les différentes voix présentes autour de lui. Sa tête semblait sur les point d’exploser et il n’arrivait plus à bouger correctement sans ressentir une vive douleur. Ouvrant doucement les yeux, il fut frappé par la lumière vive du soleil. Quoi qu’en plissant les yeux, il remarqua que c’était juste une ampoule. Qu’est ce qu’il fichait ici ? Dylan se souvenait être sur le point de commencer une scène puis c’était un grand trou noir. Qu’est ce qui s’était passé ? Il voulut se redresser mais une main vint se poser sur son torse. Il n’avait même pas prêté attention à l’infirmière qui lui parlait d’une voix douce. Essayant de se concentrer sur ce qu’elle prononçait, il eut l’impression d’avoir la tête qui tournait. Il avait eu un accident sur le tournage et avait été transféré d’urgence à l’hôpital. Résultat des courses, le jeune homme se retrouvait avec diverses fractures et qu’il était resté plusieurs jours sans se réveiller après sa chute. Es ce qu'il allait pouvoir remarcher ? Il avait l'impression que son corps ne lui obéissait plus. Sauf pour lui faire ressentir une douleur horrible qui parcourait ainsi son corps entier lui faisant ainsi serrer les dents. Il avait été branché et actuellement les infirmières s’employaient à retirer ses fils. Sa vie n’était plus en danger. C’était donc ça le bip bip qu’il avait entendu ? C’était son propre cœur qui battait, lui qui pensait avoir rêvé, il s’aperçut très vite que c’était devenu un cauchemar.

Une infirmière lui demanda s’il allait bien et il ne put s’empêcher de grimacer. Oui, il allait bien sauf qu’il avait mal. Comprenant ainsi que son patient souffrait, elle s’appliqua à lui administrer une piqure avant d’apaiser ces maux. Ce fut radical et le jeune homme vit sa vision se floutée avant de sombrer de nouveau dans les ténèbres. Personne ne lui en voudrait s’il faisait un somme n’est ce pas ?

MAY

_________________
▬ I want it all, but I want you more.
Revenir en haut Aller en bas

gagnant du quizz
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 1054 ☆ crédits : Vava : Hallows, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Jeu 8 Mar - 23:16



Et si les choses s'étaient passées autrement
ft. Dylmas.


Il y a trois semaines en arrière le jeune Thomas a assisté à la pire chose qu’il lui est était donné de voir. Du moins en face de lui, parce qu’évidemment qu’en regardant des journaux télévisés il avait déjà vu pire. Mais là alors qu’ils étaient tous sur le tournage du Remède Mortel et que l’Anglais était en train d’assister à la scène que son collègue Dylan tournait, il vit celui-ci chuter durant la cascade qu’il devait faire. Tout était ensuite allé très vite. Le tournage avait cessé immédiatement, les secours étaient arrivés et avaient emmené Dylan dans l’hôpital le plus proche avant qu’il ne soit transféré plus tard dans sa ville de résidence, Los Angeles.

Évidemment tout le monde avait été choqué d’avoir assisté à l’accident de Dylan mais Thomas avait certainement été le plus touché. Il avait vraiment eu peur de voir mourir son meilleur ami. Ce qui lui avait ouvert les yeux sur le fait qu’il tenait à lui bien plus qu’à un simple ami… Oui il ressentait bien plus que de l’amitié pour lui, de l’amour c’était certain vu comme il n’avait cessé de s’inquiéter pour lui, de trembler de peur à l’idée qu’il ne vienne à mourir et de vouloir à tout prix être présent pour lui, auprès de lui. Certes ça serait sûrement la même chose pour des amis mais le blond sentait que c’était plus que ça de son côté. Il n’avait eu de cesse de se torturer l’esprit ces trois dernières semaines. Le tournage avait été arrêté puisque Wes avait décidé qu’il stopperait tout simplement l’aventure si jamais Dylan ne revenait pas sur le tournage. Du coup l’Anglais avait du temps pour lui et aurait donc dû souffler. Cependant sa petite-amie avait bien remarqué qu’il n’était plus pareil et que quelque chose clochait. Au début il avait fait comme si de rien n’était mais à force de discussions et de disputes avec elle, il s’était résigné à admettre que oui il ne l’aimait plus et qu’il valait mieux qu’ils rompent. Ce qu’ils avaient donc fait il y a tout juste quelques jours en arrière avant que Thomas décide de partir de son pays pour aller à Los Angeles. Il avait ce besoin de se rendre au chevet du brun à l’hôpital. Et ce même s’il craignait de tomber sur la petite-amie de Dylan.

Du coup Thomas était arrivé la veille en ville et avait pris une chambre d’hôtel puisqu’il ne voulait embêter personne. D’autant plus qu’il ne voyait pas chez qui il pourrait poser ses bagages. Du coup l’hôtel lui avait semblé la meilleure option. Il ne savait pas du tout combien de temps il resterait en ville. Il s’était renseigné auprès d’amis communs afin de savoir dans quel hôpital son ami se trouvait. Il avait pris un taxi pour s’y rendre. Une fois là-bas il avait demandé à l’accueil dans quelle chambre se trouvait le jeune O’Brien. On lui avait indiqué la chambre n°12 du 5ème étage. Le petit blond avait pris l’ascenseur pour s’y rendre et avait mis un petit temps avant de trouver la chambre qu’on lui avait indiquée. Il toqua à celle-ci mais n’avait pas obtenu de réponse. En grimaçant il était entré, espérant ne pas déranger.

Comme il s’en était douté, mister O’Brien était dans une chambre où il n'y avait qu'un seul lit. En le voyant allongé ainsi sur ce lit, le petit blond ne put s’empêcher d’avoir un pincement au cœur. Il grimaça tout en refermant la porte derrière lui. Il n’avait guère eu de nouvelles de Dylan depuis son hospitalisation. Il savait juste vaguement ce qui avait fuité sur internet mais bon il ne croyait que ce qu’il voyait. Et là pour l’instant ce qui était sous ses yeux ne le rassurait pas du tout. Il s’approcha lentement du lit et ne put s’empêcher de prendre la main de son ami dans la sienne. Il soupira en ravalant difficilement sa salive. Il ne savait pas ce qu’il en était pour Dydy et donc pensait que celui-ci était dans le coma. « Dylan, je suis désolé je n’ai pas pu venir te voir plus tôt… J’aurais aimé mais je ne pouvais pas et puis je n’en avais pas la force jusqu’à aujourd’hui… Mais là je dois t’avouer que te voir comme ça me fait mal au cœur. Ça me rappelle ton accident il y a trois semaines de ça… Et je n’arrive pas à m’en remettre. Ce jour-là ça m’a ouvert les yeux sur plein de choses. Comme le fait que tu étais bien plus que mon meilleur ami… Qu’en réalité j’ai des sentiments amoureux à ton égard… » Le jeune homme souffla quelques secondes avant de continuer. « Je suis désolé je sais que je n’ai pas le droit de ressentir ça pour toi et encore moins de te le dire alors que tu es en couple depuis plusieurs années avec Brittany, pardon… » Avait-il dit en lâchant la main de Dylan. « Je te souhaite un bon rétablissement, au revoir Dylan… » Le petit blond était vidé, comme si le poids qu’il avait sur les épaules était encore plus lourd à présent. Pourtant ça aurait dû le libérer de se confier ainsi, mais même pas. Ça lui faisait juste réaliser encore plus qu’il était amoureux de Dylan. Et il s’en voulait d’être tombé amoureux de lui alors qu’il est en couple depuis plusieurs années. Tout en marchant vers la porte il se mordilla la lèvre, repensant à sa propre relation qui s’était terminée quelques jours plus tôt à cause de ce qu’il ressentait pour le brun. Une boule s'était formée dans sa gorge et ses yeux commencèrent à s'embuer à cause du trop plein d'émotions qu'il avait depuis plusieurs semaines.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

☆ wonderful moderator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3707 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Ven 9 Mar - 23:11


 

the songs on the radio are ok, but my taste in music is your face.

thomas — dylan.
Dylan avait perdu la notion du temps ainsi que de l’espace. Il ne savait plus vraiment où il se trouvait actuellement. Dans ces derniers souvenirs, il était sur le tournage et après tout était noir. Etait-ce hier ou avant-hier ? Dylan n’aurait pu guère répondre à ses questions et il n’avait pas le courage de le demander aux infirmières. Celles-ci venaient lui changer ses bandages et le jeune homme avait bien du mal à voir si ça guérissait ou non. En tout cas, il n’avait jamais aussi longtemps dormi. Il avait tout le temps sommeil et son mal de tête revenait par moment, l’obligeant à fermé les yeux pendant un moment. Dyl’ pouvait remercier la morphine de faire effet, parfois la douleur revenait vite à la charge et il devait serrer les dents pour s’empêcher de crier. C’était sans doute parce qu’il bougeait dans son sommeil, déclenchant ainsi ses maux. Mais, il ne pouvait guère contrôler son corps, une fois endormi. De toute façon, il avait l’impression qu’il ne pouvait guère bouger le bas. Comme si ses jambes ne semblaient pas vouloir lui répondre. Une infirmière avait sans doute vu son état de panique quand il avait fait cette découverte et avait essayé de le rassurer. Après trois semaines et cette chute, il était normal que certains muscles ne répondent guère, qu’il fallait du temps pour que tout devienne comme avant. Mais la patience et lui, cela faisait deux. Surtout lorsqu’on était coincé dans un lit. Il n’avait vu personne dans sa chambre, il en avait alors déduit qu’il était seul dans celle-ci. Au moins, cela lui évitait d’être trop ennuyeux pour son voisin, qui voudrait d’un mec qui dort tout le temps.

Sa famille était venue, enfin il l’espérait. Il avait entendu des murmures et il lui semblait que c’était leurs voix mais étant trop faible pour ouvrir les yeux, ses doutes étaient restés. Brittany était-elle venue le voir ? Sûrement. Enfin peut-être, elle était en tournage ailleurs, alors peut-être pas finalement. Tout s’embrouillait dans sa tête, il n’arrivait plus à réfléchir correctement. De toute façon, il ne savait pas s’il avait vraiment envie qu’elle vienne le voir, surtout dans cet état de larve. Après tout, avec ses nombreuses fractures, il avait l’impression d’être une momie vivante. Soupirant, il posa sa tête sur le côté et replongea dans la noirceur qui semblait être devenue une amie proche désormais. Il dormit, une heure ? Deux ? Décidément dans cet endroit, il perdait la notion du temps. Ses paupières ne voulaient pas s’ouvrir, pas même lorsque la porte se fit entendre. Surement encore une infirmière qui vérifiait qu’il était encore vivant. Le jeune homme ne bougea pas, de toute façon elle finirait bien par repartir. Sauf qu’une voix se fit entendre. Une voix d’homme. Un infirmier ? Non, cette voix-ci, il la connaissait. Son cerveau tournait à plein régime. Il pouvait sans doute remercier les médicaments de lui ralentir le cerveau, il avait l’impression d’avoir la mémoire en compote. Comme si son passé était flou, les antidouleurs le mettaient réellement ko. Du coup, il se retrouvait à écouter ce jeune homme sans pouvoir réagir. Il sentit une source chaude dans sa main et il en déduisit qu’il devait lui tenir la main. Il fut soulagé que son cœur se soit plus branché, nul doute que l’appareil aurait perçu des anomalies à l’heure actuelle des choses. Celui-ci battait à cent à l’heure et s’il avait été conscient, il en aurait surement rougi.

Meilleur ami. Thomas. Il put enfin mettre un prénom sur la voix et se traita d’idiot de ne pas l’avoir reconnu avant. Il était venu le voir. Une agréable chaleur se diffusa en lui, lui causant un bien être nouveau. Il avait perdu cette sensation. Amoureux. Il pouvait presque sentir son visage chauffé. Qu’est ce qu’il lui arrivait ? On devait l’avoir drogué pour réagir de cette façon ou alors il hallucinait parce qu’aux dernières nouvelles, jamais Tommy lui ferait de pareilles déclarations. Maudits cachets. Sa main glissa de la sienne et il eut du coup froid. Comme si la chaleur venait de disparaître d’un coup. Au revoir Dylan. Non, il ne voulait pas qu’il parte. Il ne voulait pas subir de nouveaux les ténèbres. Alors, il ouvrit les yeux, bien qu’éblouis par la lumière. Il regardait autour de lui, avait-il vraiment rêvé ce passage ? Néanmoins, il put distinguer une silhouette près de la porte. « T...mas ?… »  Sa voix était légèrement cassée, sans doute du au faîte qu’elle n’avait pas servi depuis plusieurs semaines. Dyl’ se mit à tousser comme un idiot. Ok, il devait sans doute faire attention. « Reste. » dit-il d’une petit voix en tendant le bras, comme s’il pouvait l’en empêcher. Il était cloué sur ce fichu lit. « S’te plait. » Presque suppliant. Il ne pouvait pas le laisser s’en aller, pas après ce qu’il venait d’entendre. Ses mots résonnaient encore dans sa tête, il avait besoin de savoir si c’était réel ou non. Le jeune brun ne savait plus où il en était, perdu entre ce monde et l’autre. Dyl’ essaya de se redresser mais il ne put que laisser échapper un maudit gémissement de douleur, ok mémo à lui-même : ne pas utiliser un bras qui était couvert de bandages. Cela faisait un mal de chien.


MAY

_________________
▬ I want it all, but I want you more.
Revenir en haut Aller en bas

gagnant du quizz
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 1054 ☆ crédits : Vava : Hallows, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Sam 10 Mar - 17:58



Et si les choses s'étaient passées autrement
ft. Dylmas.


Voir le brun sur son lit d’hôpital était une vision d’horreur pour le jeune Sangster. En effet il ne savait pas exactement dans quel état se trouvait son ami et du coup il n’arrivait qu’à imaginer le pire. Surtout qu’il avait de nombreux flashs de l’accident de Dylan sur le tournage. Rien que d’y repenser le jeune Anglais avait des frissons dans le dos. Il ferma un instant les yeux afin d’essayer de chasser ses souvenirs mais bien évidemment ça ne fonctionnait pas. Comment est-ce qu’il aurait pu penser à autre chose alors que son meilleur ami était encore hospitalisé trois semaines après… Thomas ne savait pas si son ami était véritablement sorti d’affaire ou pas. À le voir endormi comme il l’était, il pensait que celui-ci était dans le coma. Pourquoi pensait-il au pire ? Aucune idée… Peut-être parce que Dylan malheureusement pour lui n’était pas au meilleure de sa forme. Il suffisait de voir tous les bandages qu’il avait sur le corps. Le plus choquant était celui qu’il avait sur la figure.

Bien que mal à l’aise le petit blond s’était rapproché de Mister O’Brien et lui avait parlé à cœur ouvert. Si ce dernier était dans le coma, il entendrait peut-être la déclaration improvisée qu’il venait de lui faire. Mais le blondinet se disait qu’il ne s’en rappellerait peut-être pas ? Du moins s’il se réveillait un jour et s’en sortait… C’était sûrement d’imaginer le pire qui avait poussé le British à parler de ses sentiments. Certes il avait eu du mal tout de même à parler. Après tout ça faisait bizarre de parler à quelqu’un endormi profondément qui ne vous répondait pas non ? Néanmoins étant en grande détresse émotionnellement il s’était livré tant bien que mal.

Se sentant encore plus mal d’avoir prononcé à voix haute ce qu’il pensait tout bas depuis trois semaines le jeune homme avait décidé de quitter la chambre d’hôpital, ne voulant pas se mettre à pleurer dans cette pièce alors que son ami avait besoin de soutien, pas de pleurnicheries… Alors que sa main venait tout juste de se poser sur la poignée de la porte, le petit blond crut entendre Dylan. Non il devait rêver… Celui-ci était profondément endormi, il n’y avait pas de raison pour qu’il l’appelle. Du moins c’était ce que pensait Thomas en tout cas. En pensant à ceci une larme commença à rouler sur la joue du blondinet. Mais en entendant tousser derrière lui, il resta figé. Non ce n’était pas possible, Dylan ne pouvait pas être réveillé. Mister Brodie-Sangster n’osait plus bouger, il restait là comme un con avec la main sur la poignée de la porte. Comme si en ne bougeant pas il pouvait devenir invisible. À nouveau il entendit parler derrière lui. Il ne se voyait pas dans un miroir pourtant si ça avait été le cas, il aurait vu son visage blêmir en reconnaissant la voix de Dylan, même si celle-ci n’était pas tout à fait la même que d’habitude. Bon sang Mister O’Brien n’était pas dans le coma alors ? Ou alors il s’était réveillé grâce à lui ? Mais ça l’Anglais n’y croyait pas trop… Sa main était prête à ouvrir la porte, tout tournait à mille à l’heure dans son esprit. Mais une nouvelle supplication de son ami se fit entendre. Thomas sentait son cœur se briser en entendant Dylan le supplier de rester. Il ne savait plus quoi faire et s’il l’avait pu il se serait caché dans un trou de souris. Il regrettait déjà le fait d’avoir dévoilé ses sentiments alors qu’il pensait son ami dans le coma. Il se mordilla la lèvre et en entendant le brun geindre de douleur il décida de lâcher cette fichue poignée de porte et de prendre son courage à deux mains pour aller affronter le regard de son ami.

Thomas essuya en vitesse la larme qui était sur sa joue, il frotta également ses yeux. Il espérait que ceux-ci ne trahiraient pas son émotion puis se retourna et s’avança jusqu’au lit de Dylan. Il arriva près de celui-ci. « Calme-toi je suis là Dylan… » Avait-il dit en croisant son regard qu'il n'arrivait pas à soutenir. Il ne tenait pas à ce que le brun se fasse davantage mal à cause de lui. « Tu veux que je t’aide en replaçant les oreillers dans ton dos pour que tu sois semi-assis ? » Il attendit la réponse de son meilleur ami afin d’agir en conséquence. Au fond de lui il se doutait que Dylan avait tout entendu, la preuve il l’avait interpellé pour l’empêcher de partir. Mais il espérait pourtant que ça ne soit pas le cas, qu’il n’ait pas tout entendu. Il se sentait déjà bien assez mal de ressentir plus que de l’amitié pour lui. Il attrapa une chaise qui se trouvait dans un coin de la pièce et vint la placer près du lit. Il s’asseya en croisant ses jambes. « Je sais que ma question va te paraître stupide mais comment tu te sens ? » Avait-il dit non sans manquer de se mordre la lèvre inférieure. Le blondinet faisait tout son possible pour ne pas regarder les divers bandages de son ami. D’une part pour ne pas mettre ce dernier mal à l’aise et d’une autre part parce qu’il n’avait pas envie de se laisser à nouveau submerger par l’émotion. Se raclant la gorge il prit à nouveau la parole, évitant au maximum le regard du brun. « Je suis désolé de t'avoir tiré du sommeil... » Avait-il dit tout penaud.



made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 


Dernière édition par Thomas Brodie-Sangster le Mar 13 Mar - 16:10, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

☆ wonderful moderator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3707 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Lun 12 Mar - 18:59



the songs on the radio are ok, but my taste in music is your face.

thomas — dylan.
Quelle activité passionnante que de rester couché dans un lit. Sauf lorsqu’on s’appelait Dylan bien entendu. Le jeune homme était loin d’être un grand fan mais les infirmières avaient été très claires à son sujet, il ne bougeait pas de là. De toute façon, où pouvait-il bien aller ? N’avait-il pas pu s’empêcher de penser alors qu’il écoutait d’une oreille les conseils de l’infirmière en chef. Il aurait bien aimé voir autre chose que sa chambre mais il ne pouvait pas sortir de son lit. Cette fatigue était intenable, il maudissait ces cachets qui le rendaient comme ça. Si cela ne tenait qu’à lui, il ne l’en prendrait pas mais le médecin avait été clair sur ce point. Il en avait besoin pour éviter de souffrir. Entre être éveiller et ne pas ressentir de douleur, le choix avait été vit fait pour le brun. De toute façon, il était plus un robot qu’autre chose en ce moment. Etant sorti du léger coma dont ils l’avaient plongé, Dylan allait devoir s’habituer à vivre de nouveau. Mais en avait-il réellement envie ? En tout cas, en ce moment, c’était un Dylan à l’humeur plutôt sombre qui existait. Il était loin le garçon souriant qui riait pour un oui ou pour un non. Dyl n’avait guère envie de voir du monde, il préférait être seul. Quelle image pourrait-il rendre de toute façon ? Il n’aimait pas cette sensation de faiblesse qu’il ressentait dans tout son corps. Il avait beau ressentir la douleur, cela n’empêchait pas sa jambe gauche d’être inactive. Elle re-fonctionnera avec du temps et de la rééducation lui avait-on dit. Sauf que lui, la patience n’était pas son fort. Cette sensation d’impuissance grandissait en lui et il était sans doute à la limite de craquer.

Cette envie d’hurler sa détresse se faisait de plus en plus forte. Mais au lieu de l’exprimer, il se renfermait. Finalement, dormir était une bonne chose. Cela lui évitait d’être confronter aux autres, de devoir croiser leurs regards de pitié. Jusqu’à la venue de Thomas. Il n’aurait pas su dire pourquoi lui, cela avait été différent. D’ordinaire, il avait fait semblant de dormir encore et la personne serait partie. Mais là non, il avait eu ce besoin d’ouvrir les yeux, comme si Thomas était sa bouée, comme si celui-ci pouvait le sauver de cette décente aux enfers. Peut-être parce qu’il s’était livré à lui alors Dyl’ avait ressenti cette envie d’être sauvé ? Il n’aurait pas su répondre à cette question. Tout ce qu’il souhaitait, c’est qu’il reste. Même si pour ça il devait utiliser sa voix, qui n’avait pas servie depuis longtemps. Il était devenu maître en haussement de tête pour se faire comprendre. Lorsqu’il avait prononcé son prénom – écorcher serait plutôt le terme vu la suppression de syllabe – il avait pensé qu’il ne l’avait pas entendu. Son ventre s’était serré dans une angoisse douloureuse et après avoir toussé, il avait finalement pu utiliser sa voix. Voyant qu’il ne réagissait pas, Dyl’ ressentit un pincement au cœur. Allait-il le laisser tomber ? Après ses paroles, Thomas allait réellement partir sans se tourner vers lui ? Les ténèbres semblaient de nouveau l’appeler comme pour se protéger. Il ferma un instant les yeux. Non, il devait résister, lutter. Lutter pour Thomas. Il essaya de se redresser, grave erreur. Il le regretter actuellement vu la douleur qui le traversait. Au moins, cela eut le mérite de faire venir Thomas. C’était un mal pour un bien dirait-il. Je suis là, Dylan. Oui, il le voyait bien. Un sourire apparut sur ses lèvres.

Dyl’ n’arrivait pas à détacher son regard du blond face à lui. Comme si, ses yeux ne pouvaient rien voir d’autre. Ou alors croyait-il que s’il échappait à sa vigilance, Thomas partirait ? Peut-être. « Je. Oui s’il te plait. » Sa voix était encore faible mais au moins, désormais il pouvait parler sans avoir peur qu’elle ne s’échappe. Se redressant légèrement afin que Thomas puisse placer les oreilles convenablement, il se laissa tomber lorsque ce fut fait. A croire qu’il n’était plus aussi doué pour faire quelques pompes. Dyl’ se passa une main sur les côtes avant de remonter légèrement son drap. Pas réellement envie que Thomas puisse voir le nombre de bandages qu’il avait sur le corps. Ce serait honteux pour lui. Trop honteux. Il ne voulait pas voir dans son regard du dégoût, ça l’enfoncerait encore plus. Dylan ne put s’empêcher de pouffer face à sa question et il le regarda avec un petit air blasé. « Comme un charme. Je ne peux pas aller mieux. » Au moins, il avait toujours l’ironie pour le protéger de tout ça. Même si Thomas n’y était pour rien, Dyl savait qu’il faisait ça par inquiétude mais il était en colère. En colère contre lui-même. Contre cette maudite chambre avec ses murs blancs. Il ne voulait pas être agressif envers lui, non ce fut en se mordillant la lèvre qu’il bredouilla quelques excuses. Il le regarda s’installer sans dire un mot. « Ce n’est pas grave, je dors trop de toute façon. » dit-il avec un sourire. « Puis même…, je ne regrette pas que tu l’aies fait. » Es ce qu’il devait lui dire qu’il avait entendu ses paroles ? Sa main joua avec le bord de son drap, ne sachant pas quoi dire. « Je suis content que tu sois venu me voir. » Et pour la première fois, ce fut sans doute un vrai sourire qui naquit sur ses lèvres.


MAY

_________________
▬ I want it all, but I want you more.
Revenir en haut Aller en bas

gagnant du quizz
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 1054 ☆ crédits : Vava : Hallows, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Mar 13 Mar - 16:47



Et si les choses s'étaient passées autrement
ft. Dylmas.


Thomas aurait peut-être eu mieux fait de ne pas venir rendre visite à Dylan. Mais il n’avait pas pu faire autrement, quelque chose l’avait poussé à venir. Et ce quelque chose c’était l’amour qu’il ressentait pour lui. Il s’était livré à lui, pensant qu’il ne l’entendrait pas. Mais visiblement c’était l’inverse qui s’était passé puisque quand le blond allait s’en aller encore plus mal qu’en arrivant, il fut appelé par le brun qui voulait qu’il reste avec lui. Le blondinet avait hésité mais avait finalement cédé aux appels de son ami qui semblait vouloir le retenir, quitte à se faire du mal. Mais voilà il ne fallait pas que Mister O’Brien fasse de bêtise vu son état. Alors oui le jeune Sangster était venu près de lui pour l’empêcher de trop bouger.

En arrivant près du brun, Toto avait fait comme si de rien n’était, comme s’il ne lui avait pas révélé ses sentiments et comme s’il n’avait pas été pris de tristesse en le voyant dans ce lit d’hôpital. Il fallait qu’il soit plus fort que toutes ces émotions qui l’envahissaient. Entendre Dylan et le revoir faisait battre son cœur plus vite. Il lui avait tellement manqué ces trois dernières semaines. D’autant plus qu’il avait été mort d’inquiétude pour lui. D’ailleurs même maintenant il l’était encore… Mais il fallait qu’il essaie de le cacher à son ami afin qu’il ne soit pas trop mal.

Le petit blond avait proposé à Dylan de remettre en place ses oreillers. Il lui fit un sourire tout en s’appliquant à le faire quand Dydy lui avait donné la permission de le faire. « C’est bon comme ça ? Mieux installé ? » Lui demanda-t-il en le regardant s’installer contre les oreillers. Thomas retint une grimace en voyant le brun se tenir les côtes. Il se doutait qu’il devait avoir mal et aurait aimé pouvoir lui venir en aide ou prendre sa douleur à sa place mais ce n’était guère possible malheureusement. Mister Brodie-Sangster lui demanda comment il allait. Il grimaça à la réponse ironique de son meilleur ami. Oui c’était bête il fallait bien le reconnaître. Mais que pouvait-il lui demander d’autre après tout ? Gêné il détourna le regard puis s’installa sur une chaise près du lit. « Désolé c’était bête comme question… Je me doute que tu ne vas pas bien… » Mais en fait il avait surtout voulu se rassurer sur le fait que son ami ne souffrait pas trop de la situation aussi bien physiquement que mentalement. Mais pour le coup c’était raté, Toto se sentait encore plus mal. Dylan s’excusa. Thomas lui fit un signe de la main pour lui faire comprendre qu’il n’y avait pas de mal. Pour cause il n’en voulait pas au brun et comprenait même sa réaction.

Le blondinet s’était excusé d’avoir réveillé celui qui faisait battre son cœur. Ce dernier lui avait alors répondu qu’il dormait trop. « C’est probablement parce que tu en as besoin pour te rétablir. » Lui avait répondu tendrement Thomas. Bizarrement ce dernier fut gêné d’entendre son ami lui dire qu’il ne regrettait pas qu’il l’ait réveillé. « Ah… Ah bon ? » Est-ce que ça voulait dire qu’il avait entendu la déclaration que lui avait faite Tommy ? Celui-ci n’en savait rien mais peut-être qu’il le saurait bien vite. Thomas souria comme un idiot quand Dylan lui avoua qu’il était content qu’il soit venu. « J’aurais préféré te revoir dans de meilleures circonstances mais je suis content aussi de te revoir. » Sans qu’il ne s’en rende vraiment compte sa main vint se poser sur celle de Dylan dans un geste de tendresse. Le blondinet finit par avouer. « J’ai pas réussi à avoir de tes nouvelles ces trois dernières semaines. Ça fait combien de temps que tu n’es plus inconscient ? Enfin si tu le sais… » Par cette question le jeune homme cherchait à savoir si son ami avait été longtemps inconscient après l’accident. Et en même temps il cherchait aussi à savoir si le brun était juste endormi quand il était arrivé ou s’il venait seulement de sortir du coma. Quoi qu’après réflexion il savait déjà puisque Dylan lui avait dit qu’il dormait trop.

Quand le blond réalisa que sa main était sur celle de son ami il l’enleva. « Excuse-moi. » Avait-il dit directement, gêné. À nouveau il détourna le regard, n’osant pas soutenir celui de Dylan. Il se mordilla la lèvre. Il ne savait pas trop quoi dire, tout ce qu’il avait en tête était l’accident de son ami et il ne voulait pas en parler pour ne pas lui rappeler de mauvais souvenirs et le mettre mal à l’aise. Nerveusement le jeune homme passa sa main dans ses cheveux avant de croiser ses bras sur son torse.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 


Dernière édition par Thomas Brodie-Sangster le Mer 14 Mar - 23:12, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas

☆ wonderful moderator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3707 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Mer 14 Mar - 16:08



the songs on the radio are ok, but my taste in music is your face.

thomas — dylan.
Un peu de compagnie ne pourrait guère lui faire de mal, il en avait bien besoin. Dylan allait sans doute devenir fou dans sa chambre, tout seul. Quoi qu’il n’était guère d’humeur à supporter la présence de quelqu’un. Une part de lui ressentait le manque de contact, il avait cette nécessite de voir du monde. C’était comme ça que Dylan fonctionner. En souriant, il attirait forcément du monde. Alors que là, c’était plutôt le contraire. Il les faisait fuir, que ce soit en les évitant ou parce qu’ils n’avaient pas le courage de venir le voir. Quoi que dans ses conditions, on voyait qui étaient vraiment nos amis. Ou sa petite amie. Il pourrait presque en rire si ce n’était pas si triste. Il n’avait même pas encore eu la possibilité d’entendre sa voix. Peut-être qu’il aurait ouvert les yeux si elle s’était manifesté. Ou alors il ne l’avait juste pas entendu, trop pris dans ses ténèbres. Dyl’ n’arrivait plus à réfléchir correctement, quoi qu’il pense, c’était toujours négatif. Il se détestait d’avoir cette attitude, à croire qu’il avait perdu cette flamme qui faisait de lui, cet être enjoué et rieur qu’il était auparavant. Un seul accident avait pu fissurer le jeune homme, il était comme brisé de l’intérieur. Et son jamais, son corps ne voulait plus fonctionner comme avant, nul doute qu’il aurait bien du mal à revenir lui-même.

Dylan se redressa doucement, tirant un peu sur ses bandages qui lui comprimaient la poitrine. Néanmoins, lorsque Thomas déplaça quelques oreillers, il fut un peu plus à l’aise et hocha la tête à sa question. C’était mieux oui. Au moins, il n’était pas couché pour lui parler. Faible. Il n’arrivait même pas à le faire lui-même. Décidément, il devenait de plus en plus incapable ne cessait de lui répéter une voix dans sa tête. Il aurait voulu hurler cette rage qui sommeillait en lui. Cependant, au lieu de l’extérioriser comme il le fallait, il s’en prenait au jeune homme. Il se sentit honteux et il se dépêcha de s’excuser. Il ne voulait guère le faire souffrir et qu’il parte. « Je ne sais pas si je vais bien ou pas, c’est ça le pire. On me dit que je vais mieux mais je ne vois aucune amélioration… Je me sens tellement… Cassé. » Et pour cause, il avait eu plusieurs cotes fracturées ainsi que sa jambe. Autant les côtes, toujours douloureuses, guérissaient doucement mais sûrement. Autant sa jambe. Son genou était en piteux état. Il n’osait même pas lever le drap pour voir les dégâts, de peur d’être dégoûté de son propre corps.

« Peut-être oui ou parce qu’ils me droguent, niveau antidouleurs. » dit-il en jouant avec le pan du drap. Oui, il était plutôt content de le voir, sa présence l’avait toujours apaisé. Il avait vu son amitié avec Thomas grandir au fils du temps. Devenant rapidement l’un de ses meilleurs amis. « Moi aussi. J’aurais nettement préféré qu’on se retrouve autour d’une bonne bière fraîche. » Il aimait bien passer du temps en sa compagnie, ils pouvaient discuter de divers sujets. Son regard se posa sur leurs mains, il suffisait juste qu’il retourne sa main et entrelace leurs doigts ensemble, pour ressentir cette chaleur. Face à sa question, il ne put s’empêcher de froncer les sourcils, essayant de faire jouer sa mémoire. Chose difficile mais qu’il devait faire. « Je ne peux pas vraiment te le dire, on va dire que je me suis réveillé y a une semaine je crois. Mais j’ai replongé juste après pendant quelques jours. J’avais des branchements mais ils ont tout enlevé quand ils se sont rendu compte que je n’en avais plus besoin. » Maintenant, ils faisaient juste des vérifications plusieurs fois par jour pour s’assurer qu’ils se portaient bien. Il fallait désormais laisser le temps faire son œuvre. « T’as pas essayé de contacté Britt ? » S’il voulait de ses nouvelles, elle était sans doute la meilleure pour le lui en donner. A moins qu’elle se moque que son copain soit dans un hôpital.

Il fut déçu de le voir retirer sa main et il ne s’en cacha pas, affichant une légère grimace. Dyl l’écouta s’excuser et il ne put que le fixer. « Ça me dérangeait pas. » Le jeune homme se mordilla la lèvre et tourna sa main, comme pour lui dire qu’il pouvait remettre la sienne par-dessus. Pas certain qu’il se fasse comprendre mais au moins, l’intention était présente. « C’était vrai ce que tu a dit ? » Ses yeux ne semblaient guère vouloir le lâcher d’une semelle, ils suivirent la courbe de son visage s’arrêtant sur les moindres détails. « Quand je dormais. » Autant être précis.



MAY

_________________
▬ I want it all, but I want you more.
Revenir en haut Aller en bas

gagnant du quizz
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 1054 ☆ crédits : Vava : Hallows, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Mer 14 Mar - 23:30



Et si les choses s'étaient passées autrement
ft. Dylmas.


Thomas était certes heureux de revoir Dylan mais d’un autre côté il se sentait mal de le voir dans cet état. Il aurait vraiment préféré qu'ils se retrouvent dans d’autres conditions. Mais malheureusement ce n’était pas le cas et il devait prendre sur lui pour ne pas que son ami remarque qu’il était gêné par le fait qu’il ait pu entendre sa confession. Tout comme il ne voulait pas non plus qu’il voie qu’il ne savait plus trop comment agir en sa présence. D’autant plus que se retrouver dans cet endroit n’arrangeait en rien les choses.

Le petit blond avait remis en place les oreillers dans le dos de son ami afin que celui-ci soit au moins un peu mieux installé puisqu’il ne semblait pas vouloir rester allongé. Thomas souria en voyant Dylan hocher de la tête pour lui faire comprendre que oui ainsi c’était mieux. Visiblement en demandant à Mister O’Brien comment il se sentait le blondinet avait fait une erreur. En effet il s’était montré maladroit mais il ne savait guère comment gérer la situation. Il fut peiné par ce que lui révélait Dylan mais tâcha de ne pas le montrer. Il essayait de voir ce qu’il pouvait bien lui dire mais ce n’était pas évident. « Laisse-toi du temps Dyl… Tu reviens de loin… » Après tout seul le temps pourrait l’aider à aller mieux. Alors oui ce n’était pas marrant de se sentir diminué et ça le blond n’en doutait pas, mais malheureusement Dylan n’avait pas trop le choix. « Et s’ils te disent que tu vas mieux c’est parce qu’eux la voient cette amélioration que toi tu ne remarques pas. » Avait rajouté doucement Thomas pour essayer de faire entendre raison à son ami. Il voulait vraiment que Dylan mette toutes les chances de son côté pour sa guérison. « Je sais que c’est facile à dire mais ne te prends pas trop la tête et prends le temps de te soigner comme il le faudra. Même si c’est chiant les hôpitaux… » Nul doute que lui non plus n’aimerait pas se retrouver enfermé dans ce genre d’endroit pendant des semaines. Mais quand il fallait en passer par-là, on devait s’y plier quoi qu’il arrive.

Thomas écouta son ami qui lui disait qu’il dormait peut-être trop à cause des antidouleurs. « Eh bien je me répète mais tu en as besoin… Et puis au moins vois le bon côté des choses pour une fois tu peux te reposer et flemmarder. » S’ils n’avaient pas été dans cette situation nul doute qu’à la fin de sa phrase Mister Sangster aurait laissé son rire s’échapper mais pas cette fois. En revanche il ne put guère faire taire son rire plus longtemps en entendant son ami lui dire qu’il aurait préféré qu’ils se retrouvent devant une bière fraîche. « Pour sûr moi aussi ! » Lui répondit-il en souriant. « Promis on se fera ça quand tu sortiras d’ici. » Il lui aurait bien proposé de lui en ramener une mais pas sûr que le personnel hospitalier voie ça d’un très bon œil.

Visiblement le jeune Anglais avait posé une question piège à son ami qui mit un certain temps à répondre tandis que la main du blond était posée sur celle du brun. Le Britannique passa son autre main libre dans sa chevelure blonde en écoutant les propos de Dylan. Il se retint de grimacer en apprenant que l’Américain avait été branché pendant plusieurs semaines. Nul doute que s’il avait dû le voir ainsi il aurait eu encore plus mal au cœur. Au moins il n’avait pas eu à le voir ainsi et c’était un léger soulagement. Et puis ça prouvait bien que même si le brun avait du mal à voir une amélioration il y en avait une, la preuve il pouvait respirer seul à présent. Cette fois Thomas garda le silence ne sachant pas quoi répondre à ce sujet. Alors plutôt que de dire une bêtise, mieux valait se taire.

Le jeune Brodie-Sangster hocha négativement la tête lorsque son ami lui demanda s’il avait essayé de contacter Brittany. « Non… J’ai pas son numéro déjà et puis je ne voulais pas la déranger. » Oui déjà il aurait eu du mal à la contacter par téléphone. Certes il aurait pu faire une recherche sur les réseaux sociaux et lui envoyer un message privé mais non il n’avait pas osé le faire. Pour plusieurs raisons qu’il préférait garder pour lui.

En se rendant compte après un certain temps que sa main était posée sur celle de Dylan, le petit blond s’était dépêché de l’enlever en s’excusant. Alors qu’il avait détourné le regard en se mordant la lèvre, Thomas arqua un sourcil en tournant la tête vers son ami qui lui disait que ça ne le dérangeait pas. Le blondinet descendit donc son regard vers la main du brun qui semblait lui faire comprendre qu’il voulait de nouveau ce contact. Thomas évita de se poser mille et une questions et écouta son cœur en remettant sa main sur celle de Dylan. Le petit blond se sentit mal à l’aise, son cœur loupant un battement, apparemment oui son ami avait tout entendu de ce qu’il lui avait dit. Il se mordilla à nouveau la lèvre avant de sa main libre essayer de se cacher le visage durant un instant. Il ne savait pas s’il devait faire comme s’il avait oublié ou dire tout simplement la vérité. Il opta cependant pour le second choix puisque de toute façon vu sa réaction il devait être clairement démasqué. Il se racla la gorge avant de dire. « Oui… C’est vrai… » Et voilà qu’il était encore gêné et ne savait plus où poser le regard. « Mais c’est probablement mieux que tu oublies… » Il ne voulait pas que son ami se sente obligé de quoi que ce soit à cause de lui. Et puis il ne voulait pas non plus être responsable de la fin du couple Brittany-Dylan si jamais ce dernier envisageait une rupture suite aux révélations que lui avaient faîtes Thomas. D’ailleurs ce dernier n’osait plus bouger sa main qui était sur celle de Dylan. S’il s’était écouté, il l’aurait enlevée mais comme Mister O’Brien semblait vouloir ce contact, il ne voulait pas le froisser en le rompant.  

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

☆ wonderful moderator
avatar
Dylan O'Brien



☆ in hollywood since : 04/08/2014
☆ interviews : 3707 ☆ crédits : « lempika. & perséphone »

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Jeu 15 Mar - 16:50



the songs on the radio are ok, but my taste in music is your face.

thomas — dylan.
Dylan ne rêvait que d’une chose, que le médecin lui annonce qu’il puisse sortir. Même si dans son état, il se doutait que ce n’était guère demain qu’il allait l’entendre. Il s’était beau réveillé, il n’en était pas pourtant totalement guéri. Comme le prouvait le nombre de cachets qu’il prenait. Puis, chez lui, il ne pourrait jamais prendre soin de lui-même. Ce serait l’enfer, finalement il était peut-être mieux ici. Au moins, il était couché et nourri sans se soucier des autres. Même si les infirmières essayaient de le bouger un peu pour qu’il se motive. Ce qui n’était pas gagné connaissant le caractère du jeune homme. Il avait beau être connu pour sa bonne humeur et sa facilité à rire à chaque instant, il n’en était pas moins têtu. Aussi têtu qu’une mule dirait sa mère. Elle dirait surement qu’il a hérité de son père pour ça. Dyl’ ne faisait pas un bon malade, il n’était pas patient. Puis, comment on peut être joyeux lorsque notre corps décide de ne pas répondre à nos attentes ? Il ne pouvait même pas sortir prendre un peu l’air. Le jeune homme ne savait même pas s’il était à Los Angeles ou à New-York finalement. Était-il rentré réellement à la maison ou bien ses parents avaient décidé de le transférer près d’eux ? Peut-être le demanderait-il à Thomas.

Mais pour l’instant, le jeune brun avait d’autres préoccupations que de savoir où il se trouvait. « Mouais, tu as sûrement raison. Mais j’ai du mal à supporter cet enfermement. » dit-il d’une voix neutre alors qu’au fond de lui, il était juste las. Las d’être couché, las d’être ici. Las de sa vie en général, las de tout. Il ne put s’empêcher de soupirer. « Ou alors ils essayent juste de te faire sentir meilleur alors que tu sais parfaitement que tu ne va spas bien. Je ne suis pas stupide Tom. » Son accident n’était pas bénin et il avait sans doute eu beaucoup de chance vu les nombreuses fractures qu’il avait eues. « Je déteste cet endroit. » lâcha-t-il, grognant presque ses mots avant d’ajouter. « J’ai juste l’impression de devenir fou, j’ai envie de rien. Juste que tout s’arrête. En faîte, le seul moment ou je me sens bien, c’est lorsque je plane un peu à cause des antidouleurs. » Il laissa échapper un petit rire, il allait vite devenir dépendant de ces instants où son cerveau était comme déconnecté de la réalité. Qu’il oubliait tout autour de lui. Ses parents. Son entourage. Sa douleur. Tout. Il était dans un autre monde et cela lui convenait, monde rempli de ténèbres si tentantes. « Je pense que je flemmarde un peu trop, j’aimerais bien voir autre chose que des murs blancs à chaque réveil. » Il avait bien la télévision mais il n’avait guère envie de l’allumer. Peut-être il songerait à l’allumer si un match de Metz est diffusé mais la saison n’était pas encore commencée malheureusement. Puis, pas certain que les infirmières souhaitent l’entendre hurler à pleins paumons. Dylan aimait bien l’entendre rire, il avait ce petit air adorable à chaque fois. « Et tu as intérêt à tenir ta parole. Je compte sur toi pour nous payer aussi les pizzas qui vont avec ! » Dyl’ ne se souvenait pas avoir encore mangé ici ou alors sa mémoire lui faisait défaut. Mais il ne savait guère si c’était une bonne chose ou non, au moins il ne vérifiait pas ainsi la réputation qu’avait un hôpital au niveau de la qualité de leur nourriture.

Le jeune brun fut surpris d’apprendre de sa bouche qu’il n’avait pas eue de ses nouvelles plus tôt. Ses proches avaient sans doute voulu ne rien dire par respect pour lui. Même si techniquement, c’était du n’importe quoi. Thomas était son meilleur ami, il avait bien le droit d’être mis dans la confidence. « Je pense pas que tu l’aurais dérangé… Enfin je ne sais pas. » Lui-même ne savait même pas si elle était venue le voir. Aucun message n’avait été laissé hormis un rapide mot de la part de Julia qui avait terminé à l’autre bout de la pièce. Le jeune homme ferma un instant les yeux, il voulait juste profiter de cet instant. De cette main de nouveau dans la sienne. Il se sentait comme apaisé, comme si cette chaleur qu’il ressentait bloquait les ténèbres. Rien que pour ces pensées, il pouffa. Ridicule. Finalement, il décida d’aborder un sujet plutôt délicat, du moins du point de vue de Thomas sans doute. Il n’était pas idiot, il avait probablement entendu ce qu’il ne devait pas entendre. Il aurait très bien pu l’ignorer mais il ne le voulait pas. Dylan secoua la tête, sa main se renfermant doucement sur la sienne. « Je peux pas oublier. » dit-il les lèvres légèrement pincées avant d’ajouter. « Et je ne veux pas. »  Dylan se mordilla la lèvre et se redressa légèrement. Grimaçant au passage. Toujours pas une bonne idée de vouloir bouger mais il avait besoin d’être le plus droit possible pour confronter Thomas. « Je n’ai pas envie d’oublier ce que tu m’as dit Thomas. Tu es mon meilleur ami et ça ne changera jamais. Je… Tu vas sans doute me trouver stupide mais depuis que je suis ici, j’ai l’impression d’être seul. Que je ne suis bon à rien mais tes mots… Tes mots, ils m’ont transpercé. Moi qui ais toujours fui mes visiteurs, toi je ne pouvais pas. Je ne pouvais pas te laisser partir, pas après ce que tu m’as dit. » S’arrêtant doucement pour reprendre son souffle, il le regarda droit dans les yeux. « Je ne peux pas dire ce que je ressens pour toi, enfin j’ai Brittany. Je l'aime. Mais avec toi, j’ai un lien, je le ressens. Je ne peux pas mettre de nom là-dessus mais j’ai besoin de toi. » Dylan entremêla leurs doigts ensemble et l’emmena jusqu’à ses lèvres où il déposa un tendre baiser. « Me laisses pas Tommy. » Il ne voulait pas de pitié, juste de son soutien. D’une personne en qui il aurait totalement confiance pour s’ouvrir, qui ne le jugerait guère sur ses doutes et ses peurs.  

MAY

_________________
▬ I want it all, but I want you more.
Revenir en haut Aller en bas

gagnant du quizz
avatar
Thomas Brodie-Sangster



☆ in hollywood since : 31/08/2017
☆ interviews : 1054 ☆ crédits : Vava : Hallows, Gif profil 1 : Auteur inconnu, Gif profil 2 : Butterfly Midnight

MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   Sam 17 Mar - 18:05



Et si les choses s'étaient passées autrement
ft. Dylmas.


Tant bien que mal le blond essayait de rassurer au maximum son ami, de l’aider à avancer. Il voulait lui montrer qu’il était là pour l’aider à traverser cette dure épreuve, qu’il n’était pas seul. Même si Thomas avait probablement du mal à trouver les bons mots. Mais au moins il essayait, c’était ça le plus important. De toute façon à part être présent et soutenir au maximum son meilleur ami, il ne pouvait guère faire grand-chose de plus tant que Dylan serait alité ici.

Le blond écouta les plaintes du brun et tenta à nouveau de calmer ses craintes. « C’est normal. Tout le monde serait pareil dans ces conditions. Mais oui j’avoue que te connaissant c’est sûrement encore pire. » Avait dit le blondinet en riant doucement. Surtout que quand on connaît bien le jeune O’Brien on sait ô combien il est actif et n’aime pas être en mode larve. Le jeune Sangster s’était retenu de lever les yeux au ciel en entendant les propos de l’autre garçon. Il soupira doucement en prenant la parole. « Dylan, ce n’est pas en voyant tout en noir que tu vas réussir à te sortir de là… » Lui avait dit calmement Thomas avant de rajouter. « Je me doute que c’est très dur pour toi et que c’est un choc de te retrouver ici, mais crois un peu ce que te disent les médecins. Et aies un peu espoir, il n’y a que comme ça que tu pourras te soigner au plus vite… » Et c’était tout ce qu’espérait le blond, que son ami prenne conscience des choses pour se battre et ressortir plus fort de cette mauvaise passe. Toto se sentait mal de voir son ami comme ça. Mais il ne le montrait pas, il devait rester fort devant lui, lui montrer l’exemple. « Je comprends… » Souffla-t-il doucement alors qu’O’Brien avait dit détester cet endroit. Et si l’Anglais faisait au mieux pour se maîtriser, cette fois il ne put guère s’y résoudre, ses émotions avaient pris le dessus. « Dis pas de conneries Dylan ! T’as pas le droit de dire ça ! » Pour lui c’était insoutenable d’imaginer le brun mort. Il avait eu tellement peur pour lui, peur que ça arrive que non il ne voulait absolument pas entendre Dylan parler du fait qu’il voudrait que tout s’arrête. Réalisant qu’il s’était quelque peu emporté, il mordilla sa lèvre. « Pardon… C’est juste que j’aime pas t’entendre dire des choses pareilles. J’ai pas envie que tu meurs, que tu me laisses. Et puis penses à tes autres proches aussi… » Il souffla un peu avant de prendre de nouveau la parole. « Mais je comprends que tu sois abattu, juste maintenant penses à remonter la pente. Doucement mais sûrement. » Lui avait dit le petit blond en lui faisant un petit sourire. C’était compréhensible que l’Américain en ait plus que marre de se trouver ici. « Et ça finira par arriver. » Lui répondit doucement le jeune Anglais. Ce dernier eut une idée, il ne savait pas si elle était réalisable, mais si c’était le cas ça pourrait faire du bien à son ami. « Est-ce que tu as le droit de sortir en fauteuil dans le parc de l’hôpital ou pas ? » Peut-être que Dylan ne le savait même pas lui-même. Au pire Thomas pourrait toujours aller se renseigner à ce sujet.

L’ambiance était un peu plus détendue puisque les garçons parlaient de projets futurs. Dylan voulait passer une soirée avec son ami à boire des bières. Pas de souci le blondinet lui offrirait ça une fois qu’il sortirait de l’hôpital. Thomas ria de nouveau en entendant le brun lui réclamer également des pizzas. « C’est mon genre de ne pas tenir mes promesses ? Mais ok on se fera donc une soirée à la pizzeria. » Lui avait répondu le petit blond avec le sourire aux lèvres. Ce programme tentait beaucoup le jeune homme et il avait déjà hâte que ça se fasse même s’il ne savait pas du tout quand ça serait possible. « Et toi tu me promets de te battre pour sortir au plus vite et ça sera avec grand plaisir que je t’inviterai. » Après tout si cette pensée pouvait aider le brun à positiver c’était tout bénef. En faisant ça, le jeune Thomas avait l’impression d’appâter un baudet avec une carotte pour le faire avancer. Il se retint de rire à cette pensée.

Demander des nouvelles de Dylan à Brittany ? Non Thomas ne l’avait pas fait. Il avait préféré ne pas contacter la jeune femme. Et puis il avait eu pas mal de choses à gérer de son côté, surtout au niveau de sa vie privée et de ses sentiments. « Je pense qu’elle a déjà certainement beaucoup de choses à gérer. Et puis elle a sûrement déjà bien assez de soucis… Je n’allais pas l’embêter… » Avait répondu le blond. D’une part il disait vrai, même s’il gardait pour lui le fait qu’il n’avait pas essayé de la joindre parce qu’il se sentait bien trop coupable d’éprouver des sentiments amoureux pour Dylan. Il aurait sûrement été plus que gêné s’il avait dû s’entretenir avec la blonde.

Thomas avait remis sa main sur celle de Dylan puisque ce dernier le souhaitait. Le blond était gêné même s’il aimait beaucoup cette sensation. De plus la conversation engagée par le brun ne l’aidait pas vraiment à être à l’aise. Il se sentait mal, coupable et aurait préféré que son ami n’en sache rien mais malheureusement il avait tout entendu. Voilà pourquoi Thomas avait conseillé à l’autre garçon d’oublier ce qu’il lui avait dit. Sauf que comme d’habitude le brun s’entêtait et ne voulait pas. Le cœur du blond s’emballait, il avait l’impression qu’il allait flancher. Il ferma les yeux en entendant son ami lui dire qu’il ne pouvait et ne voulait pas oublier. En entendant le brun bouger, le petit blond rouvrit les yeux. « Dylan… » Avait-il dit doucement comme pour le supplier d’oublier tout ce qu’il avait entendu, à bout de forces nerveusement. Mais non ce n’était pas dans l’intention de Mister O’Brien qui se lança dans un long monologue. De nouveau le cœur du blondinet s’affola mais pas pour les mêmes raisons que précédemment. Il était resté muet, écoutant simplement ce que Dylan avait à lui dire. Il avait eu un infime espoir que ses sentiments soient réciproques mais ce n’était pas le cas. *T’es un idiot Thomas !* Pensa le jeune homme qui s’insultait d’avoir osé croire qu’une telle chose serait possible. Il détourna le regard afin que Dylan ne remarque pas dans quel état il se trouvait. Les nerfs du jeune homme en avaient pris un coup et sous l’émotion il se retrouva à trembler. Chose qu’il ne pourrait certainement pas cacher au brun qui tenait toujours sa main avant même de venir y déposer un baiser. Tout tournait dans la tête du blond. Il était touché par certains propos de son ami, mais d’autres lui brisaient le cœur aussi. Il n’osait plus regarder le brun droit dans les yeux et surtout il était à court de mots.

made by lizzou – icons & gif by tumblr

_________________
Stella my little cat

by Wiise




Code dialogues:
 
Revenir en haut Aller en bas

Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)   

Revenir en haut Aller en bas
 
et si les choses s'étaient passées autrement. (dylmas)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revenant de promenade...
» Aristide Passé Composé
» [Terminé] Le passé ressurgit, certaines histoires refont surface et un lien se rompt (Pv/ Carter)
» [ Passé ]La bataille du Mont Gundabad
» Le reflet du passé [Terminé]

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
OH HOLLYWOOD ! ::  :: À TRAVERS LE TEMPS :: Réalité Alternative-